Les facteurs de risques d’AVC chez les jeunes

Aug 1, 2017 par

En France, on compte environ 1 AVC toutes les 4 minutes. Cette affection touche plus volontiers les personnes âgées (moyenne de 73 ans). Cependant, les moins de 65 ans peuvent aussi y être confrontés et le nombre de jeunes victimes semble en augmentation ces dernières années. Existe-t-il, alors, des facteurs de risque spécifiques pour les plus jeunes ?

AVC plus fréquent chez les jeunes

L’augmentation inquiétante des AVC chez les jeunes

Pour rappel, un AVC ou Accident Vasculaire Cérébral, plus communément appelé « attaque cérébrale » est un arrêt brutal de l’irrigation d’une zone plus ou moins conséquente du cerveau. Il ne reçoit alors plus suffisamment d’oxygène et de nutriments, ce qui provoque la mort des cellules au niveau de la zone touchée. La gravité de l’AVC varie en fonction de la localisation et de l’étendue des parties cérébrales touchées.

On distingue 2 types d’AVC :

  1. L’AVC ischémique ou infarctus cérébral (85% des AVC) est dû à l’obstruction d’une artère cérébrale par un caillot ;
  2. L’AVC hémorragique (15% des AVC) est provoqué par la rupture d’une artère cérébrale responsable d’un saignement cérébral.

Alors que l’affection touche préférentiellement les plus de 65 ans, on assiste depuis plusieurs années à une augmentation des cas d’AVC chez les plus jeunes. Selon une étude française réalisée à Dijon, grâce à l’unique registre exploitable concernant l’évolution de ces accidents, la survenue des AVC chez les moins de 55 ans a doublé en moins de 30 ans.

Ainsi, dans cette région de France, le nombre de cas chez les moins de 55 ans est passé de 117 (période 1985-1993) à 205 (période 2003-2011). Bien que les accidents vasculaires cérébraux soient rares (0,02%) chez les jeunes, les spécialistes en charge de l’étude ont jugée la situation inquiétante. Ils représentent aujourd’hui près de 11,8% de la totalité des AVC contre 9% dans les années 80.

C’est la première cause de handicap acquis et la deuxième cause de démence chez l’adulte. De plus, le coût pour la société est doublé (perte d’un travailleur et prise en charge médicale) lorsque l’AVC touche un jeune. Ainsi, l’enjeu est de taille rendant la prévention incontournable. Quels sont les facteurs de risque ? Sont-ils les mêmes que pour un AVC « classique » ? Sur quoi peut-on agir pour prévenir l’affection ?

AVC : les facteurs de risque

Une récente étude allemande s’est intéressée à la question des facteurs de risque chez les jeunes victimes d’AVC. Afin de déterminer l’impact de tel ou tel facteur, les auteurs ont choisi de comparer les caractéristiques des patients victimes d’AVC avec des individus n’ayant pas eu d’AVC.

A savoir ! Le modèle employé par les auteurs de l’étude est dit « cas-témoin ». C’est une comparaison a posteriori d’un groupe de sujets malades avec des individus non-malades mais comparables (sexe, âge, etc.) afin de déterminer les facteurs pouvant impacter la survenue de la maladie.

Afin d’avoir le maximum d’informations, les victimes d’AVC ont été choisies au sein d’une cohorte (étude de suivi) appelée SIFAP1 s’étant déroulée entre 2007 et 2010. Les sujets témoins, c’est-à-dire non malades, nécessaires pour effectuer la comparaison, ont été choisis dans la cohorte GEDA Study (2009 à 2010). Finalement, 2125 victimes d’AVC ont pu être comparées à 8500 individus non malades. Tous étaient âgés de 18 à 55 ans.

8 facteurs ont été particulièrement étudiés :

  1. Hypertension artérielle ;
  2. Dyslipidémie ;
  3. Diabète ;
  4. Maladie coronarienne ;
  5. Tabac ;
  6. Consommation excessive d’alcool (binge drinking ou alcoolisation massive) ;
  7. Faible niveau d’activité ;
  8. Obésité.

Les résultats révèlent que 2 facteurs semblent être essentiellement impliqués dans la survenue de tous les types d’AVC : l’hypertension artérielle (présente dans 27,1% des AVC) et le faible niveau d’activité (60% de risque imputable).

La combinaison des 8 facteurs cités permet d’expliquer 79,8% de la totalité des AVC. Ainsi, comme pour ceux des plus âgés, la sédentarité et l’hypertension artérielle apparaissent comme les plus grands pourvoyeurs d’AVC. Cependant, l’étude n’aborde pas les facteurs plus spécifiques aux jeunes…

Charline D., Pharmacien

– Quels sont les principaux facteurs de risque de l’AVC ? JIM. Le 20 Juillet 2017.
– Trends in the incidence of ischaemic stroke in young adults between 1985 and 2011: the Dijon Stroke Registry. Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry.  Le 18 Novembre 2013.
– Comprendre l’accident vasculaire cérébral. Ameli santé. Le 21 Avril 2017.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.