Le traitement contre la toux : efficace contre l’AVC ?

Jun 21, 2017 par

L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) touche près de 130 000 personnes chaque année en France. (INSERM, 2013). Il est la conséquence de l’obstruction d’une artère cérébrale, par la formation d’un caillot sanguin. Peu de traitements sont actuellement disponibles, permettant la prise en charge d’une telle affection. Une nouvelle découverte pourrait changer la prise en charge de l’AVC

Sirop contre la toux

AVC : conséquence d’un réseau bouché…

L’organisme humain est un véritable réseau dans lequel circulent entre 4L et 6L de sang. Cette quantité importante de sang permet l’alimentation des différents organes, en oxygène et en nutriments, indispensables au fonctionnement de l’organisme. La formation de caillot sanguin (agglomérat de protéines du sang), au niveau d’une artère, est responsable du développement d’une thrombose (soit l’obstruction d’un vaisseau sanguin par la formation d’un caillot), pouvant entraîner un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique (interruption de la circulation sanguine, dans une partie du cerveau, conséquence de la formation de ce caillot).

À savoir ! Les symptômes généraux de l’AVC correspondent à une déficience musculaire, des pertes de la sensibilité et de l’équilibre, des difficultés d’élocution, des troubles de la vision, des maux de tête etc.

Lors du diagnostic d’une thrombose, il s’agit d’une urgence thérapeutique. La destruction du caillot est incontournable dans l’éviction de toutes conséquences plus graves et irréversibles.

Un traitement bien connu, celui contre la toux, pourrait bien être une solution permettant de diminuer la taille d’un caillot sanguin. Et ainsi réduire le risque d’AVC

Un traitement contre la toux, efficace en cas d’AVC ?

C’est une équipe de chercheurs français de l’INSERM qui a émis cette hypothèse. En effet, les traitements généraux contre la toux (Mucomyst®, Exomuc®, Fluimucil®, etc.) contiennent une molécule particulière : la N-acétylcystéine. Cette dernière permet l’expulsion du mucus, obstruant les voies aériennes, elle a donc un rôle mucolytique. Et ce, par un mécanisme biologique simple : en cassant les liaisons moléculaires du principal constituant du mucus (la mucine). Ce composant ainsi fragmenté, le mucus peut alors être expulsé bien plus facilement, en dehors de l’organisme.

Or, dans le cadre de la formation de caillots sanguins, des liaisons moléculaires semblables sont également créées. Ces chercheurs ont ainsi démontré qu’une injection de N-acétylcystéine, par voie intraveineuse, pouvait également fragmenter ces caillots sanguins. Ceci permettrait de limiter le risque d’apparition d’AVC.

Cette découverte est d’autant plus intéressante que les traitements contre la toux sont « à bas coût », et largement utilisés dans le monde entier. L’utilisation d’une telle molécule, dans la prise en charge de l’AVC pourrait donc avoir des conséquences non négligeables et sauver de nombreuses vies.

Delphine W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– Le principal composant du sirop contre la toux efficace en cas d’AVC. INSERM. Le 8 juin 2017.
– Accident vasculaire cérébral. INSERM. Jean-Louis Mas. Le 8 juin 2017.
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.