Du gluten à la maladie cœliaque

Nov 29, 2017 par

La maladie cœliaque, ou intolérance au gluten, est l’une des maladies digestives qui fait le plus parler d’elle depuis quelques années. Une personne sur 100 pourrait être concernée en France, mais seulement 10 à 20 % des cas seraient actuellement diagnostiqués. Comment expliquer une telle insuffisance de diagnostic, alors que les régimes sans gluten font de plus en plus d’adeptes ?

gluten - maladie cœliaque

Gluten et maladie cœliaque

La maladie cœliaque, plus communément appelée l’intolérance au gluten, est une pathologie digestive fréquente dans les pays développés. Sur le plan médical, elle correspond à une intolérance permanente à un ou plusieurs fragments protéiques du gluten, s’accompagnant d’une destruction des villosités de l’intestin grêle. S’ensuit une mauvaise absorption des nutriments, en particulier le fer, le calcium et l’acide folique (vitamine B9).

La maladie cœliaque se manifeste classiquement dès le plus jeune âge, chez le nourrisson ou le jeune enfant. L’enfant souffre d’une diarrhée chronique, de fatigue et peut présenter un ralentissement de la croissance. Si la maladie n’est pas diagnostiquée à ce stade, les symptômes évoluent et deviennent à l’âge adulte :

  • Une diarrhée;
  • Une anémie par carence en fer;
  • Un retard d’apparition de la puberté;
  • Des troubles du cycle menstruel;
  • Des anomalies de l’émail dentaire;
  • Des douleurs articulaires et musculaires;
  • Un amaigrissement parfois inquiétant.

À savoir ! Le gluten est un ensemble de protéines présentes dans de nombreuses céréales (le blé et ses différentes variétés, l’orge, le seigle, le triticale, etc.) et participe à la fermentation du pain.

Le seul traitement possible de la maladie cœliaque consiste à adopter à vie un régime sans gluten strict. Mais avant de débuter un tel régime, il faut impérativement être sûr du diagnostic de la maladie.

Une intolérance et pas une allergie

En tout premier lieu, il est crucial de distinguer la maladie cœliaque d’une allergie au blé ou au gluten, qui sont plus rares. Le diagnostic de la pathologie repose sur plusieurs éléments clés :

  • La recherche d’anticorps spécifiques de la maladie (anticorps anti-transglutaminase) dans le sang;
  • La réalisation d’une endoscopie et de biopsies sur le duodénum;
  • La rémission des symptômes après l’instauration du régime sans gluten.

Malheureusement, aujourd’hui il n’est pas rare de constater des situations paradoxales :

  • Des patients atteints de maladie cœliaque, qui ne suivent pas un régime sans gluten strict (environ 50 % des cas selon les estimations);
  • Entre 80 et 90 % des personnes atteintes de la maladie qui ignorent leur état et ne suivent donc aucun régime;
  • Un nombre croissant de personnes qui suivent un régime sans gluten alors qu’elles ne sont ni allergiques, ni intolérantes.

Or à ce jour, aucune preuve scientifique n’a établi précisément l’intérêt de suivre un régime sans gluten, en dehors des contextes d’allergie ou de maladie cœliaque ! Un constat qui témoigne de la nécessité d’une information claire et détaillée sur le gluten et les pathologies qui lui sont liées…

Une campagne d’information sur le gluten

Les régimes sans gluten sont aujourd’hui très en vogue, mais ils ne sont pas forcément suivis par les personnes qui en ont réellement besoin. Pour tenter de remédier à cette situation, l’Association Française des Intolérants Au Gluten (AFDIAG) lance une campagne d’information sur le gluten et la maladie cœliaque.

Selon cette association, l’éviction injustifiée du gluten de l’alimentation est devenue un phénomène courant, qui peut retarder le diagnostic de la maladie cœliaque. De plus, les études scientifiques menées jusqu’ici n’ont pas démontré que la suppression du gluten présentait des bénéfices sur la santé. Il est capital que les professionnels de santé informent sur la différence entre l’intolérance au gluten et une simple hypersensibilité au gluten (impression de mieux être ressentie en réduisant ou en supprimant le gluten). Par ailleurs, l’allergie aux protéines de blé ne nécessite pas un régime sans gluten, mais une éviction du blé et de ses dérivés.

Cette campagne, initiée par l’AFDIAG en septembre, est relayée jusqu’à fin novembre dans les pharmacies, les laboratoires de biologie médicale et les cabinets de médecine générale. Elle se matérialise par une affiche et une brochure destinée au grand public. Une seconde vague de cette campagne sera mise en place début 2018, avec un nouveau visuel. Pour que les régimes sans gluten, particulièrement contraignants, ne soient suivis qu’à bon escient.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Lancement de notre nouvelle campagne d’information sur le dépistage de l’intolérance au gluten. AFDIAG. Novembre 2017.
Estelle B.

Pharmacienne

Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.

Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.