Consommation de gluten et risque d’infarctus du myocarde

Jun 9, 2017 par

Le régime sans gluten, impératif à vie pour tous les patients atteints de la maladie cœliaque, fait de plus en plus d’adeptes dans la population générale. Mais la consommation de gluten augmente-t-elle le risque cardiovasculaire, en particulier le risque d’infarctus du myocarde ? Une récente étude s’est penchée sur cette question.

régime sans gluten-infarctus du myocarde

Gluten et maladie cœliaque

Le gluten est un ensemble de protéines présentes dans de nombreuses céréales (le blé et ses différentes variétés, l’orge, le seigle, le triticale, etc.) et participe à la fermentation du pain. Certaines personnes souffrent d’une intolérance au gluten, appelée la maladie cœliaque, qui est une affection chronique inflammatoire de l’intestin grêle.

La maladie cœliaque est une maladie d’origine immunitaire, l’organisme produisant des anticorps reconnaissant spécifiquement le gluten. Elle se manifeste par des symptômes qui apparaissent progressivement et perdurent dans le temps :

  • Une dégradation de la digestion ;
  • Une assimilation altérée des nutriments, des minéraux et des vitamines ;
  • Une diarrhée chronique ou une constipation ;
  • Des douleurs abdominales accompagnées de ballonnements et de flatulences ;
  • Une fatigue prolongée ;
  • Une anémie par carence en fer ou en vitamine B9 (acide folique) ;
  • Une perte de poids ;
  • Des aphtes récidivants ;
  • Une dermatite herpétiforme (éruption cutanée ressemblant à de l’herpès).

Sans traitement, la maladie peut évoluer vers plusieurs types de complications (ostéoporose, infertilité inexpliquée, atteinte des nerfs périphériques, augmentation du risque de certains cancers).

La maladie cœliaque peut survenir dès le plus jeune âge ou débuter à l’âge adulte. Elle concerne trois fois plus de femmes que d’hommes. La maladie peut rester asymptomatique (sans signes cliniques) pendant de longues années, ce qui complique son diagnostic. La prise en charge de la maladie cœliaque repose essentiellement sur le suivi d’un régime totalement dépourvu de gluten.

Qu’est-ce que le régime sans gluten ?

Le régime sans gluten constitue la base du traitement de la maladie cœliaque. Ce régime est sans conséquences pour la santé, mais peut être ressenti comme contraignant au quotidien et sur le long terme. Un suivi par un nutritionniste ou un diététicien peut alors être nécessaire.

En pratique, tous les aliments contenant du gluten doivent être proscrits. Il ne faut donc pas consommer :

  • Le pain, les viennoiseries et les pâtisseries traditionnelles ;
  • Les pâtes alimentaires ;
  • Les biscuits ;
  • La plupart des céréales pour petit-déjeuner ;
  • Tous les aliments panés, enfarinés ou enrobés de pâte à frire ;
  • Les pains de viande ou de poisson contenant de la farine ou de la chapelure ;
  • Les aliments préparés contenant de la farine de blé (soupes, desserts, sauces) ;
  • Les bières ;
  • Le seitan (aliment végétarien très riche en gluten).

Par ailleurs, le gluten est susceptible d’être présent dans de nombreux produits alimentaires, tels que la charcuterie, le sucre glace, les épices et mélanges d’épices, mais aussi dans certains médicaments.

Pour remplacer les céréales contenant du gluten, il est possible de consommer du riz, du maïs, du sarrasin (blé noir), des pommes de terre ou de l’avoine pure. Désormais des rayons de produits sans gluten existent dans la plupart des petites et moyennes surfaces.

Si ce régime s’impose à vie aux personnes atteintes de la maladie cœliaque, de plus en plus de personnes font délibérément le choix d’opter pour ce régime pour améliorer leur santé. Mais qu’en est-il du risque d’infarctus du myocarde ? Supprimer le gluten est-il un choix judicieux pour se prémunir des maladies cardiovasculaires ?

Gluten et risque d’infarctus du myocarde

Des études précédentes ont montré que la maladie cœliaque est associée à une augmentation du risque d’infarctus du myocarde, un risque diminué grâce à la mise en place du régime sans gluten. Mais la consommation de gluten augmente-t-elle en elle-même ce risque ? Pour évaluer plus précisément l’effet du gluten sur le risque de coronaropathie, des chercheurs ont analysé les données recueillies sur 64 174 femmes et 45 303 hommes pendant plus de 20 ans.

Les résultats de l’étude montrent que la consommation de gluten était inversement corrélée à la consommation d’alcool, de tabac, de graisses et de viande rouge. Elle est au contraire positivement corrélée à la consommation de céréales complètes ou raffinées. En comparant les faibles et les gros consommateurs de gluten, le risque d’infarctus du myocarde était statistiquement similaire dans les deux groupes. La consommation à long terme de gluten n’est donc pas associée à une élévation du risque d’infarctus du myocarde.

D’après cette étude, si le régime sans gluten influence le risque de coronaropathie chez les personnes atteintes de maladie cœliaque, ce phénomène n’est pas valable pour la population générale. Au contraire, la baisse de la consommation de céréales complètes et une alimentation plus riche en viande rouge pourraient affecter négativement le risque cardiovasculaire. Un argument qui va à l’encontre de l’intérêt du régime sans gluten, en dehors du contexte de la maladie cœliaque.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Intolérance au gluten. AMELI Santé. Mis à jour le 28 juillet 2016.
– Long term gluten consumption in adults without celiac disease and risk of coronary heart disease: prospective cohort study. Lebwohl, Benjamin and al. 2017. BMJ 357:j1892. 
Estelle B.

Pharmacienne

Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.

Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.