Hydroxychloroquine contre la Covid-19 : un an après, qu’en est-il ?

juin 2021 par

Rapidement après l’arrivée de l’épidémie de la Covid-19 en France au début de l’année 2020, plusieurs spécialistes, dont le Professeur Raoult, microbiologiste de renom, s’étaient positionnés avec force pour une prescription élargie de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19. Un vaste débat était alors amorcé, débat qui, après une multitude d’études à travers le monde, n’a toujours pas trouvé son épilogue.

Hydroxychloroquine contre la Covid-19

Hydroxychloroquine contre la Covid-19

Pendant le premier confinement en mars 2020, experts et spécialistes se sont largement opposés sur le sujet de la chloroquine (ou de l’hydroxychloroquine), un médicament prescrit notamment dans la prévention du paludisme et dans le traitement de certaines maladies rhumatismales inflammatoires, et sur son intérêt potentiel dans le traitement de la Covid-19. Parmi les fervents défenseurs de cette molécule, le plus ardent était sans conteste l’éminent microbiologiste français, le professeur Didier Raoult. Convaincu de l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19, il se positionnait pour une large prescription de ce médicament, y compris en prévention.

Deux camps se sont progressivement créés, les pro et anti-chloroquine, et le nombre important d’études ayant été menées depuis 2020 n’a apparemment pas calmé le débat. Dès le printemps 2020, face aux doutes sur l’efficacité et l’innocuité de la chloroquine, le professeur Raoult avait mis en avant plusieurs études, largement critiquées par la communauté scientifique et médicale. Parallèlement, les médias avaient rapidement relayé plusieurs décès de patients ayant présenté un arrêt cardiaque à la suite de la prise du médicament.

Plusieurs études scientifiques retirées de la publication

Du côté des autorités de santé publique, après un premier appel à la prudence par rapport à l’automédication, une délivrance sous conditions de la molécule avait été autorisée pour les patients hospitalisés avec des formes sévères de la Covid-19. Mais le 22 mai 2020, une étude est publiée dans la célèbre revue scientifique, The Lancet, et confirmait les risques liés à la prise de chloroquine (augmentation de la mortalité et risque d’arythmies cardiaques). Tous les essais cliniques alors en cours utilisant de la chloroquine sont immédiatement stoppés. Mais l’étude est rapidement retirée pour des doutes sur la fiabilité des résultats. D’autres études du même type suivront le même procédé.

Malgré le retrait de plusieurs études mettant en doute l’efficacité et l’innocuité de l’hydoxychloroquine  contre la Covid-19 et le soutien sans faille du professeur Raoult, son intérêt s’est progressivement estompé, pour laisser la place à d’autres médicaments prometteurs, et surtout moins polémiques.

Un débat qui se poursuit encore aujourd’hui

Aujourd’hui, le débat sur l’hydroxychloroquine contre la Covid-19 s’est légèrement calmé, même s’il est difficile de conclure définitivement à son intérêt ou non dans la Covid-19. Officiellement, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère que ce médicament n’a que peu ou pas d’effet sur l’état de santé des patients hospitalisés pour Covid-19 et déconseille cette thérapeutique.

Pour autant, la chloroquine reste utilisée, en association ou non avec l’antibiotique azithromycine, dans plusieurs pays du monde, notamment des pays africains. Et le professeur Raoult, à l’origine de la médiatisation importante de cette molécule, a annoncé la prochaine publication de résultats tendant à prouver son efficacité. Un nouvel épisode qui montre que la saga de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19 ne semble pas prête à se terminer.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Covid : un an après le #Lancetgate, retour sur la saga de l’hydroxychloroquine portée par le Pr. Raoult à Marseille. france3-regions.francetvinfo.fr. Consulté le 7 juin 2021.
– 17 affirmations douteuses de Didier Raoult. Pascal Lapointe. sciencepresse.qc.ca. Consulté le 7 juin 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.