Hyperactivité: le safran serait-il aussi efficace que la Ritaline ?

Apr 26, 2019 par

En France, 2 % à 7 % des enfants en âge scolaire sont susceptibles de présenter un trouble du déficit de l’attention et/ou hyperactivité (TDAH). Pour soulager les symptômes de cette pathologie neuropsychiatrique, touchant majoritairement les petits garçons, les chercheurs étudient le potentiel de différents molécules.Une équipe de chercheurs de Téhéran vient de montrer que le safran aurait des effets bénéfiques.

hyperactivite-safran

Se tourner vers les plantes médicinales pour réduire l’hyperactivité?

Pour commencer leur étude, les chercheurs iraniens dirigés par Shahin Akhondzadeh du centre de recherche en psychiatrie de l’hôpital Roozbeh de Téhéran ont réuni 54 enfants âgés de 6 à 17 ans avec un TDAH diagnostiqué.

Ils sont partis de ce constat : 30 % des patients ne répondent pas au méthylphenidate (Ritaline®) ou ne peuvent pas supporter les effets secondaires de ce stimulant (insomnies, nausées, agressivité, perte d’appétit, troubles du comportement). De plus, cette molécule qui agit sur le système dopaminergique peut entraîner une certaine dépendance.

Pour proposer une alternative à ce psychostimulant, les chercheurs ont voulu tester, pour la première fois, une épice médicinale  : le safran ou Crocus sativus.

À savoir ! Le safran est une épice obtenue par déshydratation des stigmates rouges de la plante Crocus sativus. Considéré comme “l’or rouge”, le safran est très onéreux, car son obtention nécessite un long travail de culture et de préparation. Cette épice comportant plus de 150 molécules (des glucides, des polypeptides, des lipides et les principales molécules ayant des effets médicaux : la crocétine, la crocine (responsable de la couleur), la picrocrocine (responsable du goût) et le safranal (responsable de l’odeur). 90% de la culture mondiale du safran est réalisée en Iran. En plus de son utilisation culinaire, le safran possède des vertus médicinales grâce à ses propriétés antispasmodiques, antiseptiques, anticonvulsives, digestives et antioxydantes. Il agirait aussi sur le sommeil, le système neurologique (antidépresseur et augmentation de la capacité de mémorisation) et sur les troubles cardiaques. Il s’agit généralement d’une épice bien tolérée, mais certains effets indésirables, tels que nausées, vomissements, diarrhée ou saignements, ont été rapportés après une utilisation à haute dose.

Comparer l’efficacité du safran à celle de la Ritaline

Comme le safran est reconnu pour sa capacité à augmenter l’inhibition de la recapture de la dopamine et de la noradrénaline, les chercheurs ont testé son efficacité sur les enfants souffrant de TDAH. Les chercheurs ont constitué deux groupes : l’un recevant du méthylphenidate (Ritaline) et l’autre, recevant des capsules de safran, à la dose de 20 à 30 milligrammes par jour en fonction du poids pour les deux composés.

Les symptômes de chaque volontaire ont été évalués initialement puis à 3 et 6 semaines après le début du traitement.

Les chercheurs ont utilisé l’échelle ADHD-RS-IV pour évaluer les troubles. L’enfant a été évalué par ses parents ou les enseignants à l’aide de cette échelle.

À savoir ! L’échelle ADHD-RS-IV évalue les 18 symptômes du TDAH selon 4 niveaux en fonction de leur fréquence d’apparition (0= jamais ou rarement; 1=quelquefois ; 2=souvent et 3=très souvent). Un score supérieur à 28 qualifie un TDAH significatif. Ces 18 symptômes, regroupent, entre autres, les étourderies, l’égarement de choses, le fait de ne pas écouter, le niveau de distraction ou encore l’agitation continuelle.

Dans ces travaux publiés dans la revue Journal of child and adolescent psychopharmacology, les chercheurs observent, dans les deux traitements, une diminution de moitié de l’intensité des symptômes en utilisant l’outil d’évaluation ADHD-RS-IV.

Autrement dit, les changements entre le début et la fin de l’étude ne différaient pas entre le groupe safran et le groupe recevant de la Ritaline.

De plus, la survenue des effets indésirables était similaire entre les groupes.

Après avoir montré l’efficacité du safran sur le court terme, les chercheurs doivent désormais montrer comment l’épice agit sur des enfants atteints de TDAH sur une longue période.

Aussi, les chercheurs doivent répéter cette expérience avec un groupe placebo pour s’assurer que le  bénéfice ressenti par la prise du safran ne soit pas lié à “l’effet placebo” mais bien aux propriétés médicinales du safran.

 

Julie P., Journaliste scientifique

– Crocus sativus L. Versus Methylphenidate in Treatment of Children with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder: A Randomized, Double-Blind Pilot Study. Journal of child and adolescent psychopharmacology. Consulté le 23 avril 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.