Infections urinaires : cranberry, un mythe ?

Feb 27, 2018 par

Depuis des années, on entend que la cranberry (ou canneberge en français) permettrait, en la consommant soit en jus, soit en comprimés, de lutter contre les infections urinaires féminines. Santé sur le Net fait le point.

jus de cranberry

Qu’est-ce qu’une cystite ?

Sous le terme « infections urinaires » on parle en fait de l’ensemble des infections situées au niveau de la vessie. Elles sont plus fréquemment observées chez la femme que chez l’homme. On considère d’ailleurs que 40 à 50 % des femmes ont au minimum une infection de ce type dans leur vie.

À savoir ! 90 % des cystites sont dues à la bactérie E. Coli qui migre dans l’urètre alors qu’elle est habituellement présente au niveau du tube digestif.

Une cystite peut se manifester par divers symptômes tels que :

  • Brûlures lors de la miction (l’action d’uriner) ;
  • Sensation de poids dans le bas du ventre ;
  • Envie pressante et très fréquente d’uriner ;
  • Urines troubles, pouvant contenir un peu de sang.

Il faut cependant savoir, qu’une cystite n’entraîne ni fièvre ni douleur lombaire.

Très fréquentes, les cystites peuvent être favorisées par différents facteurs tels qu’une anomalie morphologique de l’appareil urinaire, l’incontinence urinaire, les rapports sexuels, certaines maladies (par exemple, la sclérose en plaques) ou encore un déficit en œstrogènes. La cystite bien que généralement sans gravité peut dans certains cas devenir plus préoccupante, notamment lorsqu’elle survient chez la femme enceinte, les plus de 75 ans ou chez les personnes immunodéprimées.

La cranberry

La canneberge ou en anglais « cranberry », dont le fruit en baies rouges rappelle la myrtille, est très prisée pour ses propriétés sur les infections urinaires. Plusieurs études indiquent que la canneberge contient un élément, la proanthocyanidine, dont les propriétés seraient à l’origine de son action sur les cystites. Elle agirait en diminuant l’adhésion des bactéries E. Coli aux parois des voies urinaires, limitant ainsi le risque d’infection. Cependant se pose la question de la validité méthodologique de ces études.

C’est dans ce contexte que l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation) déclare en mai 2016 que « l’efficacité de la canneberge n’est à ce jour pas démontrée » et conclue par « les données, notamment cliniques (suivi de patients), sont actuellement insuffisantes ».

Le clou est enfoncé par la publication du prestigieux journal JAMA. Une étude sur 185 résidents américains d’une maison de retraite démontre clairement l’inefficacité des capsules de cranberry dans l’indication des infections urinaires chez la femme âgée. Il semblerait donc qu’il soit temps de dire adieu à la canneberge !

Quelques conseils à adopter pour éviter les cystites aiguës :

  • Boire beaucoup d’eau (plus de 1,5L par jour) ;
  • Ne pas se retenir d’uriner quand on en ressent le besoin et vider la totalité de la vessie ;
  • Eviter les produits d’hygiène intime parfumés et les bains moussants ;
  • S’essuyer d’avant en arrière (pour éviter la contamination par les germes des selles) ;
  • Préférer les sous-vêtements en coton ;
  • Uriner immédiatement après un rapport sexuel (lorsque les infections surviennent après) et éviter l’utilisation de spermicides.

Charline .D, Pharmacienne.

ANSES. Canneberge et infections urinaires. Mis à jour le 27 Mai 2016.
Ameli-santé. Cystite aigüe. Mis à jour le 24 Janvier 2017.
Le quotidien du médecin. La canneberge est inefficace en prévention des infections urinaires… même chez les femmes âgées. Mis à jour le 28 Octobre 2016.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.