« Kinesio taping » : efficace ou effet placebo ?

Aug 23, 2016 par

kinesio-taping-efficace-placebo

Les Jeux Olympiques de Rio viennent de se terminer et ce qui est certain, c’est que les bandelettes de couleurs sur les muscles des sportifs ne sont pas passées inaperçues. Elles font partie de la « kinesio taping », technique devenue tendance mais dont les effets bénéfiques peinent à être prouvés scientifiquement. Que sont donc vraiment ces bandes ? Sont-elles réellement efficaces ?

La Kinesio Taping, une méthode de « taping » thérapeutique

La « kinesio taping » est une technique qui consiste à coller sur les muscles des rubans élastiques, censés avoir une action sur divers tissus et systèmes physiologique du corps. Elle se démocratise dans le domaine sportif depuis plus de quatre ans et devient petit à petit un phénomène de mode, impossible à rater lors de grands événements tels que les Jeux Olympiques.

A savoir ! Cette méthode a été inventée en 1979 par un chiropraticien et acupuncteur japonais du nom de Kenzo Kase.

La kinesio taping ressemble à d’autres techniques de « taping » qui emploient également des bandes adhésives, mais plus classiques et qui n’agissent que sur une gêne fonctionnelle ou une douleur. Ces techniques basiques ne font que soutenir les muscles. Quant à la kinesio taping, souvent utilisée de manière préventive, elle servirait également à diminuer la douleur, accélérer la réhabilitation d’une région et permettre la relaxation musculaire. Elle procurerait un support et de la stabilité aux muscles, ainsi qu’aux articulations en jouant un rôle de maintien. Aussi, elle ne restreindrait pas l’amplitude du mouvement et augmenterait la performance musculaire avec une meilleure vascularisation. Grâce à des bandelettes d’élasticité variable, se réglant selon le lieu d’application (sur un muscle ou sur une zone ligamentaire), la « kinesio taping » assurerait ainsi un meilleur maintien que les rubans basiques.

La « kinesio taping » est conseillée par certains professionnels de santé en cas de douleurs aiguës ou chroniques. Ceux-ci rappellent toutefois qu’il n’est pas possible de se soigner uniquement avec cette méthode qui relève plus d’un complément à d’autres techniques. Les scientifiques qui ont mené des études pour en mesurer les effets ont d’ailleurs beaucoup de difficultés à définir ses bénéfices.

Une technique qui serait un placebo ?

Pour déterminer l’efficacité de la « kinesio taping », les chercheurs ont réalisé plusieurs études sur des patients présentant des douleurs musculo-squelettiques, ainsi que sur des personnes en bonne santé. L’objectif de ces études était notamment de comparer les résultats suite à une utilisation des bandelettes « K-Tape » (kinesio taping) et des bandelettes « Micropore », plus classiques (autres techniques).

     1.     En 2014, des scientifiques italiens ont fait subir plusieurs séries de tests à 36 personnes en bonne santé, en plaçant des bandelettes sur leurs quadriceps dominants. Aucune différence significative n’a été constatée quel que soit le type de bandes utilisé ou l’endroit d’application. Pourtant, 45% des testeurs ont déclaré se sentir plus forts et performants avec les rubans K-Tape.

     2.     Une autre étude se basait sur un échantillon de 495 participants, tous atteints de douleurs musculo-squelettiques. Douze tests ont été menés sur divers muscles dont les épaules, les genoux, le bas du dos ou encore le cou. Les résultats ont alors démontré que la « kinesio taping » n’était pas meilleure que les techniques classiques (bandes Micropore) ou qu’un placebo.

     3.     Au Brésil, 60 jeunes femmes en bonne santé et actives, divisées en trois groupes (contrôle, K-Tape et taping classique), se sont prêtées à des tests sur leur jambe dominante. Pour toutes les variables étudiées, avant et après l’application des bandes, il a été découvert que la kinesio taping n’améliorerait pas les performances neuro-musculaires ou la stabilité du membre inférieur.

Ces trois études montrent ainsi que les effets de la kinesio taping seraient similaires à ceux des bandes adhésives classiques, et s’apparenteraient même aux effets placebo. De plus, lorsque les effets des bandelettes K-Tape étaient plus importants que ceux des rubans classiques, les résultats n’étaient pas suffisamment significatifs pour conclure à un bénéfice. Toutefois, il a aussi été constaté que la stimulation d’une zone douloureuse précise par des bandes permettrait d’attirer l’attention du cerveau sur ce muscle en particulier. Cette focalisation améliorerait une préactivation du muscle plus rapide.


Ainsi, si tous les effets bénéfiques de la « kinesio taping », vantés par plusieurs professionnels de santé spécialisés, ne sont pas reconnus par les études, cette méthode n’aurait cependant aucune conséquence néfaste sur le corps. Elle agirait même comme un placebo et stimulerait le cerveau pour améliorer la performance. Pourtant, elle ne se démarque pas des autres méthodes similaires et surtout, elle ne peut constituer un traitement unique et doit être effectuée en complément de d’autres thérapies.

Simone VA, Rédactrice.


Sources
Mauricio A. Luz Junior et al., Kinesio Taping® is not better than placebo in reducing pain and disability in patients with chronic non-specific low back pain: a randomized controlled trial, Brazilian Journal of Physical Therapy, 09 octobre 2015, 10.1590/bjpt-rbf.2014.0128
Parreira Pdo C et al., Current evidence does not support the use of Kinesio Taping in clinical practice: a systematic review, mars 2014, 10.1016/j.jphys.2013.12.08
Stefano Vercelli et al., How much is Kinesio taping a psychological crutch?, novembre 2012, 10.1016/j.math.2012.10.008
P. Debraux, Les effets du Kinesio Taping sur la performance neuromusculaire et la stabilité du membre inférieur, Sciences du Sport, 6 août 2013

Simone VA.
Rédactrice et Assistante Webmarketing.
Immergée dans le secteur de la e-santé depuis plus d’un an.
Passionnée de sport et d’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.