Qu’est-ce que le syndrome de Peter Pan ?

Actualités Psychiatrie

Rédigé par Julie P. et publié le 26 avril 2019

En 1983, le psychanalyste américain Dan Kiley décrit et rend populaire le complexe ou syndrome de Peter Pan, le fameux personnage crée par J.M.Barrie et repris par Walt Disney. Quelles sont les caractéristiques de cette angoisse de devenir adulte ?

syndrome-peter-pan

Un syndrome non reconnu par la psychologie clinique

Dans son livre de 1983 intitulé “Le Syndrome de Peter Pan, ces hommes qui ont refusé de grandir “(The Peter Pan Syndrome: Men Who Have Never Grown Up), Dan Kiley décrit quatre traits de caractère permettant de repérer un individu souffrant de ce syndrome. Ils sont en général narcissiques, immatures d’un point de vue émotionnel, socialement irresponsables et dépendants.

Ce syndrome, qui est un ensemble de symptômes induisant un trouble du comportement, n’est pas reconnu par le corps médical comme une pathologie ou un trouble clinique, car il n’a pas fait l’objet d’études scientifiques.

Certains psychiatres avancent que ce complexe de Peter Pan est davantage retrouvé chez les personnes n’ayant pas vécu leur adolescence ou ayant vécu un traumatisme pendant leur enfance. On retrouve souvent la présence d’un père difficile à contenter et/ou l’obligation d’assumer des responsabilités importantes dès le plus jeune âge (soutien de famille, obligations professionnelles, début de carrière artistique etc..).

Lire aussiComment « mieux vivre avec ses émotions » ?

Quels sont les symptômes du syndrome de Peter Pan ?

Selon le psychanalyste, on distingue plusieurs stades évoluant avec le temps:

  • 12 à 17 ans: irresponsabilité, angoisses, repli sur soi et conflit face au sexe ;
  • 18 à 25 ans: narcissisme, une misandrie ou une misogynie apparaît. L’individu peut également manifester une insatisfaction et une inadaptation au monde extérieur;
  • 26 à 30 ans: début de la phase chronique du syndrome et besoin de paraître en adulte mature;
  • Après 45 ans: l’adulte peut tenter de retrouver son enfance. L’individu souffre de dépression et de troubles du sommeil.

L’adulte qui refuse de grandir ressent une angoisse à l’idée de vieillir mais aussi, un désir de rester dans l’enfance. Ce sont finalement deux comportements psychologiques qui s’additionnent pour atteindre le même but.

Même si le syndrome peut toucher les femmes et les hommes, on s’accorde à dire que ce sont plus souvent la gent masculine qui peut en souffrir.

Sept symptômes principaux sont décrits par Dan Kiley :

  • Une incapacité à exprimer ses émotions;
  • Une tendance à procrastiner (remettre à plus tard les tâches et obligations) et donc des difficultés à avoir un rapport au temps normal;
  • La difficulté à développer des amitiés pérennes les poussant à être solitaires;
  • Une tendance à l’évitement pour nier les responsabilités;
  • Un sentiment de colère et de culpabilité envers la mère;
  • Un désir d’être proche du père mais une impossibilité à satisfaire cette figure paternelle;
  • Problèmes relationnels avec les femmes, on notera une attitude plutôt machiste.

Lire aussiTraumatisme de l’enfance : du parent à l’enfant

Vivre avec ou vivre sans

On distingue différents degrés dans ce complexe: certains réussiront à s’acclimater à la vie d’adulte en ayant une famille et des responsabilités professionnelles. Cependant, ils éprouveront, peut être, un sentiment de “ne pas être en phase avec leur vie”.

D’autres, au contraire, resteront dans un monde imaginaire dans lequel ils n’accepteront pas les responsabilités.

La prise en charge consiste par une première étape: celle de la reconnaissance d’un problème comportemental. Les individus souffrant de ce syndrome sont souvent dans le déni.

Ensuite, une psychothérapie permettra d’identifier les causes et de comprendre comment il est possible d’évoluer vers un comportement plus “typique” pour moins souffrir d’anxiété et de dépression.

Dans la lignée des syndromes ayant un lien avec Peter Pan, et toujours non reconnus par les autorités sanitaires, on parle du complexe de Wendy pour décrire une femme-mère dépendante et le syndrome de Clochette qui décrit une femme autoritaire, manipulatrice et possessive.

Lire aussiDossier Psychothérapie

Julie P., Journaliste scientifique

– Syndrome de Peter Pan. Futura Science. M.C Ray. Consulté le 18 avril 2019.
  • Ça c’est bien moi ^_^ mais je le vis plutôt bien. Je travaille, m’entretien physiquement et ne demande rien à personne. De ce fait je ne me pose jamais la question de si je plaîs ou non à une femme, ni si je serais un bon père. Car je sais que tout cela est voué à l’échec.

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations. Il est effectivement possible de bien vivre avec le syndrome de Peter Pan ! Néanmoins, n’abandonnez pas tout projet de vie familiale, des solutions existent. Nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin pour en discuter.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
  • GERVAIS says:

    Vers quels établissements mon petit,fils de 25 ans peut se diriger pour un examen de diagnostique de ce syndrome.???
    Cette demande est très URGENTE .

    MERCI !

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Merci de partager votre expérience. Nous ne sommes pas en mesure de vous conseiller un établissement en particulier. Nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.