Cystoscopie - Vessie Une cystoscopie est un examen médical de la vessie. L’appareil utilisé, appelé endoscope, permet de visualiser les parois et le contenu de cette dernière par endoscopie (passage par l’urètre). L’examen peut aussi bien être utile à des fins diagnostiques que curatives.

Définition et objectif d’une cystoscopie

La vessie est un réservoir permettant de stocker l’urine en provenance des reins avant son élimination lors de la miction. L’urètre représente le conduit de sortie de la vessie assurant l’évacuation de l’urine.

Une cystoscopie est l’examen endoscopique de l’intérieur de la vessie et de l’urètre. Cet examen peut être utilisé à des fins thérapeutiques ou diagnostiques. Il est généralement prescrit pour aider au diagnostic de troubles urinaires (observation de la muqueuse et des orifices de la vessie, du col vésical et de l’urètre) ou dans le cadre d’un dépistage (prélèvement de lésions à analyser) ou du suivi d’un cancer de la vessie (traitement électrique ou au laser de certaines tumeurs), mais aussi pour :

  • L’introduction d’une sonde urétérale (c’est-à-dire placée dans le conduit reliant les reins à la vessie : les uretères) pour rechercher l’origine d’un saignement ou de cellules tumorales ou pour effectuer des radiographies des voies rénales ;
  • L’extraction ou la destruction de calculs vésicaux.

Préparation

En général, une cystoscopie ne nécessite pas d’hospitalisation. Le plus souvent, elle est réalisée sans anesthésie chez la femme. En revanche, chez l’homme, une anesthésie locale (application d’un gel) est nécessaire. Dans le cas, d’une cystoscopie thérapeutique une anesthésie générale ou épidurale est requise.

Aucune préparation est nécessaire mise à part une toilette soigneuse le jour de l’examen.

Précautions

Il n’est pas utile que le patient soit à jeun. L’examen est contre-indiqué en cas d’infection urinaire. Un examen des urines, soit sur bandelettes en l’absence d’antécédents soit sur examen cytobactériologique dans le cas contraire, est systématiquement réalisé avant toute intervention afin de s’assurer de la stérilité des urines.

Chez l’enfant, une anesthésie générale est indispensable. Les patients sous anticoagulants ne nécessitent aucune précaution particulière mise à part l’évitement de toutes manœuvres brusques. La grossesse n’est pas une contre-indication à l’examen.

Après l’examen, aucune précaution particulière n’est nécessaire, le patient peut dès la fin de son examen reprendre ses activités habituelles.

Déroulement de l’examen

Une cystoscopie dure environ 5 minutes. L’examen a lieu dans une salle de radiologie. Le patient prend place sur la table d’examen en position gynécologique. Le médecin introduit doucement dans l’urètre un cystoscope qui est un tube (rigide ou souple) équipé d’un système optique. Une fois arrivé au niveau de la vessie, il procède à une injection d’eau stérile afin de distendre la paroi de la vessie et assurer une meilleure visibilité.

L’introduction de l’endoscope dans l’urètre peut être désagréable, mais l’examen reste indolore.

Suites de l’examen

Une cystoscopie est intégralement prise en charge par la sécurité sociale et les mutuelles.

Dans les heures suivant l’examen, il est possible de ressentir des envies pressentes d’uriner et une sensation de brûlure en urinant. Il est conseiller de prendre contact avec son médecin en cas de persistance de ces troubles.

Les complications (saignement urinaire ou infection urinaire) sont rares.

Les résultats concernant l’observation de la vessie sont disponibles le jour même de l’examen. Le compte rendu d’analyse d’éventuels prélèvements sont envoyés au médecin prescripteur dans les 8 à 10 jours suivant l’examen.

Charline D., Pharmacien

– Cystoscopie. Larousse. Consulté le 21 décembre 2017.
– Cystoscopie. Harmonie prévention. Consulté le 21 décembre 2017.
– Cystoscopie. Association française d’urologie. Le 8 novembre 2010.