Gastro-entérite

juin 2021 par

Gfemme avec une astro-entérite

La gastro-entérite est une infection intestinale d’origine virale le plus souvent, et parfois, bactérienne, ou parasitaire. Elle est caractérisée par un syndrome inflammatoire de la muqueuse de l’intestin qui peut entrainer chez les personnes infectées des nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhées, une déshydratation avancée, voire une fièvre et des céphalées. La gastro-entérite est considérée comme l’une des maladies les plus répandues avec la grippe. Dans la majorité des cas, les diarrhées aigües sont guéries en quelques jours en appliquant des règles hygiéno-diététiques et un traitement symptomatique.

Infographie Santé sur le Net

Gastro-entérite

Définition et symptômes de la gastro-entérite

Qu’est-ce qu’une gastro-entérite ?

Selon l’OMS, les maladies diarrhéiques sont définies par la présence de deux symptômes :

  • Plus de trois selles par jour ;
  • Des selles molles ou liquides.

La morbidité des maladies diarrhéiques est très élevée dans les pays en voie de développement. Le nombre d’épisodes diarrhéiques annuel est estimé à environ 1,7 milliard dans le monde. 500 millions d’enfants sont concernés chaque année à travers le monde, dont près de 760 000 en meurent. Finalement, 80% des décès survenant lors des deux premières années de vie sont imputables aux déshydratations causées par les diarrhées. Bien que les pays développés soient moins touchés, le tiers des lits d’hôpitaux en service pédiatrique sont réservés aux maladies diarrhéiques.

En France, 60% des cas de diarrhées aigües restent de cause inconnue

On distingue, en France, deux périodes épidémiques :

  • Une, l’hiver, la plus forte (décembre, janvier) ;
  • Une, l’été (juillet, aout).

C’est pour cette raison que le système de surveillance épidémiologique « Réseaux Sentinelles », incluant les données de 1300 médecins généralistes répartis sur le territoire métropolitain, a décidé d’inclure l’observation des diarrhées aigües et des gastro-entérites à ses études.

À savoir ! Dans les pays à faible revenu, l’âge médian de l’infection primaire à rotavirus est de 6 à 9 mois. Dans les pays à revenu élevé, le premier épisode n’arrive parfois pas avant l’âge de 2 à 5 ans, même si les nourrissons restent les plus touchés.

Le risque de mortalité lié à la gastro-entérite concerne surtout le nourrisson et la personne âgée. En effet, les populations d’âge mûr sont plus fragiles et moins sensibles aux premiers symptômes d’une déshydratation. Chez les moins de 3 ans, en raison d’une moins grande immunité acquise et des nombreux cas de co-infection bactérienne, la gastro-entérite peut être particulièrement sévère.

Une multitude de surfaces de contamination sont impliquées dans les épidémies de gastro-entérite :

  • Dans le domicile(robinets, poignées, chasses d’eau, loquets, ou encore poubelles) ;
  • Les lieux de forte promiscuité, tels que les crèches, les établissements scolaires, ou le logement familial sont particulièrement exposés aux contaminations. Les vêtements, bavettes, jouets, et peluches sont des vecteurs très impliqués dans l’entretien de la gastro-entéritechez les jeunes enfants.

La gastro-entérite peut être causée par un virus, une bactérie, un parasite, ou l’association de plusieurs de ces micro-organismes. Il est courant qu’une infection par un agent pathogène soit un facteur de contamination pour un autre germe opportuniste.

Médicalement, on distingue deux types de diarrhée : le syndrome cholériforme et le syndrome dysentérique.

Le syndrome cholériforme regroupe plus de 90% des épisodes diarrhéiques. Elles sont reconnaissables par l’émission de selles d’aspect hydriques, abondantes, d’installation rapide, sans douleurs abdominales. Des vomissements sont parfois associés. La déshydratation peut être rapide et sévère.

Les diverses manifestations du syndrome cholériforme résultent de la production de toxines émises par des germes à la surface de la muqueuse intestinale. Les agents infectieux pouvant entrainer ce syndrome sont :

  1. Virus : rotavirus, norovirus
  2. Bactéries : Vibrio cholera, Entérotoxémie à Escherichia coli (ETEC), Staphylococcus aureus
  3. Parasites : Cryptosporidium

A noter ! Il existe d’autres causes de diarrhée : certains médicaments (antibiotiques, chimiothérapie, etc.), les allergies alimentaires, le stress ou certaines pathologies digestives (maladie de Crohn, maladie coeliaque, rectocolite hémorragique)

Les diarrhées de type dysentérique représentent environ 10% des cas. Les selles sont glaireuses ou purulentes, et/ou sanglante. Des douleurs abdominales et de la fièvre peuvent être associées. Dans ce cas, l’agent pathogène est entéro-invasif, il y a pénétration du germe dans la paroi intestinale. Les agents infectieux pouvant entrainer un syndrome dysentérique sont :

  1. Bactérie : Shigella, Salmonella, Campylobacter, Yersinia, ETEC, Clostridium difficile
  2. Parasite (plus rare) : Entamoeba hystolytica

Quels symptômes ?

Après une période d’incubation de quelques jours, la gastro-entérite se traduit par une diarrhée d’apparition brutale :

  • La fréquence des selles est augmentée à plus de 3 par jours ;
  • Leur consistance est modifiée. Les selles sont plus molles, voire liquides.

Généralement, la diarrhée dure moins de trois jours. Elle peut être associée à des nausées ou vomissements, des douleurs abdominales, de la fièvre et parfois des rectorragies.

Lorsque les symptômes durent plus de 14 jours, on parle de diarrhée persistante.

chiffres clés sur la gastro-entérite

Diagnostic et traitement de la gastro-entérite

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une gastro-entérite repose dans un premier temps sur l’interrogatoire du patient. Le médecin demande au patient de lui préciser la fréquence, le volume et l’aspect des selles. Il cherche ensuite à identifier l’étiologie de la diarrhée par la recherche d’un voyage récent, d’un facteur de risque de type immunitaire, ou d’une prise concomitante de médicaments.

Un examen bactériologique et parasitologique (coproculture) peut être demander en cas :

  • De rectorragie (ou sang dans les selles) ;
  • De diarrhée sévère ou persistante ;
  • De suspicion d’épidémie ;
  • De retour d’un voyage dans un pays tropical.

Les symptômes associés (fièvre, des selles anormales ou des vomissures, des douleurs abdominales ou une inflammation généralisée) sont également pris en compte. Leur présence permet d’orienter le diagnostic.

Quel traitement ?

Le traitement de la gastro-entérite est symptomatique. Elle consiste en priorité à limiter les risques de déshydratation et éviter la contamination de l’entourage.

Les mesures d’hygiène et l’adaptation de l’alimentation sont indispensables, et  souvent suffisantes pour soulager la gastro-entérite.

Chez les personnes âgées (ou les nourrissons), un soluté de réhydratation orale est prescrit pour corriger ou prévenir la déshydratation. Le produit se présente sous forme de sachets à diluer dans l’eau et à consommer en petites quantités tout au long de la journée.

conseils pour éviter d'attraper la Turista

D’autres médicaments peuvent être conseillés selon les symptômes associés, par exemple :

  • Des antispasmodiques pour les douleurs abdominales ;
  • Des antiémétiques en cas de vomissements ;
  • Des ralentisseurs du transit (lopéramide par exemple) pour diminuer la fréquence des selles ;
  • Des probiotiques pour reconstituer la flore intestinale.

La gastro-entérite étant majoritairement d’origine virale, les antibiotiques ne sont pas nécessaires. Ils ne se justifient qu’en cas de cause bactérienne avérée, autrement dit mise en évidence sur coproculture.

Lorsque la gastro-entérite est d’origine parasitaire, un traitement antiparasitaire est prescrit.

La gastro-entérite, particulièrement lorsqu’elle est d’origine virale, est extrêmement contagieuse. Pour éviter de contaminer l’entourage, plusieurs mesures simples peuvent être appliquées :

  • Se laver régulièrement les mains ;
  • Ne pas partager les objets du quotidien (brosse à dents) avec l’entourage ;
  • Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique ;
  • Bien nettoyer les toilettes après chaque selle liquide ;
  • Nettoyer les surfaces régulièrement touchées (poignées de porte, téléphones, etc.).

Enfin, en cas de départ en vacances en zone endémique, pour éviter la diarrhée du voyageur, certains conseils sont à suivre.

Publié le  3 février 2016. Mis à jour par Charline D., Docteur en pharmacie, le 3 juin 2021.

Sources
– Gastro-entérite de l’adulte. ameli.fr. Consulté le 3 juin 2021.
Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.