Diabète : conseils pratiques


Rédigé par Charline D., publié le 1 juillet 2015 et mis à jour le 23 mars 2022

Diabète : conseils pratiques

Le diabète est une affection chronique qui nécessite un suivi régulier. Ce dernier, tant par le médecin que le patient lui-même, représente un facteur de réussite important dans la prise en charge de la maladie. Diverses précautions sont, par ailleurs, indispensables.

Suivi et précautions

Quel suivi ?

Le maintien de l’équilibre glycémique est l’objectif numéro un de la prise en charge du diabète. Cet équilibre glycémique oblige à une auto-surveillance régulière pour éviter les variations de la glycémie : un taux de sucre dans le sang trop élevé (hyperglycémie) ou trop bas (hypoglycémie).

Suivre son diabète

L’équilibre glycémique est suivi selon deux modalités :

  1. En laboratoire d’analyses : tous les 3 mois, on mesure la glycémie à jeun ou l’hémoglobine glyquée (HbA1c) ;
  2. A la maison avec un lecteur de glycémie: le patient peut contrôler sa glycémie capillaire (sur une goutte de sang) à divers moments de la journée. C’est ce qu’on appelle l’auto-surveillance glycémique (ASG)

L’auto-surveillance de la glycémie consiste à mesurer soi-même sa glycémie à un moment donné de la journée. Elle est réalisée à partir d’une goutte de sang prélevée à l’extrémité d’un doigt. Elle peut être réalisée en n’importe quel lieu : à domicile, sur son lieu de travail, en voyage, dans un établissement sportif, etc. Le patient peut ainsi surveiller lui-même sa glycémie et prendre les mesures nécessaires pour la contrôler au mieux.

L’auto-surveillance glycémique doit s’inscrire dans une démarche d’éducation thérapeutique du patient. Lors de la prescription d’un dispositif d’ASG, il est indispensable d’expliquer au patient et d’organiser avec lui cette auto-surveillance, de définir les moments, la fréquence, les objectifs et les décisions à prendre en fonction des résultats.

En parallèle, un suivi médical est mis en place pour vérifier l’efficacité du traitement. Les examens fixés permettent de s’assurer que le diabète est sous contrôle. Le suivi doit être assuré au moins quatre fois par an par le médecin traitant, qui peut également orienter le patient vers des spécialistes. En effet, une fois par an, il faut réaliser :

  1. Une visite chez un ophtalmologue ;
  2. Un bilan dentaire ;
  3. Un bilan lipidique (cholestérol) ;
  4. Un bilan biologique rénal ;
  5. Un électrocardiogramme ;
  6. Un examen des pieds.

Quelles précautions ?

Les divers conseils apportés dans le suivi du diabète concernent, d’une manière générale, l’hygiène de vie du patient, à savoir son régime alimentaire, son activité physique, etc.

L’alimentation

En regard de ses effets sur la glycémie, l’alimentation joue un rôle primordial dans la gestion du diabète. Il est donc important d’avoir une bonne hygiène de vie en mangeant équilibré et sans excès. Pour cela, il est nécessaire de savoir grossièrement évaluer les quantités de glucides et de kilocalories contenues dans un plat.

Le diabète au quotidien

En effet, il faut comprendre dans quelle mesure les différents aliments influencent la glycémie. Par exemple, les glucides sont les aliments qui ont l’impact le plus important sur la glycémie, ils requièrent donc une attention toute particulière. Ainsi, le comptage des grammes de glucides est un moyen simple de planifier les repas pour réguler la glycémie.

Infographie Santé sur le NetL’alimentation du diabétique

Il est important d’adopter une alimentation variée et de faire des repas équilibrés à des horaires réguliers, sans sauter de repas. Il est possible de consulter son médecin ou un diététicien pour mettre en place un programme alimentaire personnalisé.

L’activité physique

Chez les patients diabétiques, l’activité physique fait partie intégrante de la prise en charge du diabète et de l’équilibre glycémique.
Elle doit être régulière et adaptée au profil de chaque patient.

Infographie Santé sur le NetActivité physique et diabète

L’exercice physique permet de diminuer la glycémie et contribue à réduire les complications vasculaires. Le patient doit intégrer divers réflexes pour bouger le plus possible dans la journée comme emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur, ou se garer un peu plus loin pour marcher un peu plus, etc.

A noter ! Par mesure de sécurité, il est préférable d’être accompagné lors d’une activité sportive et d’informer les participants de la maladie.  Par ailleurs, certains sports sont à éviter en cas de diabète, par exemple, le deltaplane, parapente, parachutisme, alpinisme en montagne, voile en solitaire, sports mécaniques…

Il est important de bien s’hydrater durant toute la durée de l’effort et de contrôler plus régulièrement la glycémie pour prévenir une hypoglycémie. Ainsi, il faut penser à toujours avoir du sucre ou un en-cas sur soi en cas d’hypoglycémie.

Les voyages

Avant de partir en voyage, il faut prendre en compte un ensemble de paramètres pour éviter les imprévus. C’est pourquoi, il est recommandé de s’y préparer à l’avance. Quelle que soit la durée du séjour, il est recommandé d’emporter une ordonnance en cours de validité, la quantité de médicaments nécessaire pour la durée du séjour, le matériel nécessaire au traitement et à son suivi (stylos, aiguilles, lecteur de glycémie…).

Par précaution, il est préférable d’emporter davantage de médicaments et de matériel pour faire face aux éventuels imprévus. S’il s’agit d’un voyage à l’étranger, il est important de se renseigner le type d’insuline utilisée dans le pays visité.

En fonction du déplacement, il peut être nécessaire d’adapter son traitement, en particulier si des changements surviennent dans :

  • Le rythme des repas et l’alimentation : par exemple les plats, les légumes ou les fruits peuvent être nouveaux et on connaît moins leurs effets sur la glycémie ;
  • L’activité physique : elle est généralement plus importante en vacances ;
  • Le décalage horaire. Afin de ne pas trop déséquilibrer le diabète, il est recommandé de ne pas changer d’heure jusqu’au premier repas dans le pays d’arrivée. Cette astuce permet de suivre l’action de l’insuline et d’adapter les prises alimentaires. Il faut en parler avec son médecin, avant le départ pour adapter au mieux le traitement.

Pour transporter correctement son insuline, il est nécessaire d’utiliser des trousses isothermes. Attention, à ne pas mettre l’insuline au contact de blocs congelés. Elle ne doit jamais être conservée à moins de 0°C. Dès l’arrivée, mettre l’insuline au réfrigérateur car les insulines non entamées doivent être conservées entre 2 et 8°C.
De même, penser à ne pas laisser le lecteur de glycémie au chaud, au froid ou au soleil dans la voiture ou le train.

Partir en voiture ou en train

Il est conseillé de planifier l’itinéraire et de se renseigner sur la durée du trajet. Par précaution, il est préférable d’emporter une collation et de quoi s’hydrater, afin de pouvoir anticiper tout allongement de parcours (panne, embouteillage…).

En voiture, il est conseillé de faire une pause toutes les deux heures. Il peut être recommandé d’effectuer une auto surveillance de la glycémie avant de partir ou lors des pauses. En train comme en voiture, il faut penser à avoir son matériel (sucre, boisson, lecteur de glycémie…) à portée de main, tout au long du voyage.

Partir en avion

Les médicaments sont, selon la réglementation, des « liquides essentiels à la personne ». On ne peut donc pas interdire à une personne diabétique de transporter, en bagage à mains, l’insuline nécessaire à son traitement et le matériel utile pour la surveillance de la glycémie. N’étant pas à l’abri d’un vol, d’un oubli ou d’une perte, il est préférable de séparer le traitement, une partie dans le bagage à mains et une partie dans la soute.

Le voyageur diabétique

Comme lors d’un trajet en voiture, il faut penser à avoir tout le matériel nécessaire à portée de main. Il est possible de contacter directement la compagnie aérienne pour savoir s’il y a des modalités particulières de transport.

Publié le 1er juillet 2015. Mis à jour par Charline.D , Docteur en pharmacie, le 23 mars 2022.

Sources
– Fédération française des diabétiques. federationdesdiabetiques.org. Consulté le 23 mars 2022.
– Tout comprendre sur le diabète. diabete.fr. Consulté le 23 mars 2022.