Hyperglycémie

17 décembre 2020 par

morceaux de sucre

L’hyperglycémie est un trouble biochimique et métabolique, caractérisé par une augmentation anormale du taux de glucose dans le sang. Elle peut être ponctuelle, par exemple après un repas copieux, ou chronique et répétitive comme dans le cas des diabètes sucrés. Selon son origine, son intensité et sa durée, l’hyperglycémie peut passer inaperçue ou entraîner des conséquences importantes sur la santé à court, moyen et long terme.

Définitions et symptômes d’une hyperglycémie

Qu’est-ce que l’hyperglycémie ?

morceaux de sucre avec une flèche montante

La glycémie correspond au taux sanguin de glucose (un sucre simple), mesuré à partir d’une simple prise de sang ou d’une goutte de sang capillaire. En temps normal, la glycémie à jeun doit être comprise entre 0.70 gramme par litre de sang et 1.10 gramme par litre de sang. L’hyperglycémie correspond à un taux de glucose dans le sang supérieur à ces valeurs normales, soit une glycémie supérieure à 1.10 gramme par litre de sang.

À savoir ! L’hyperglycémie est une augmentation anormale du taux sanguin de glucose. L’hypoglycémie correspond quant à elle à une diminution anormale du taux sanguin de glucose.

Au fil du temps, la glycémie varie en fonction de l’alimentation et de la pratique d’une activité physique. Après un repas, la glycémie s’élève physiologiquement dans les deux heures qui suivent, mais doit rester inférieure à 1.40 gramme par litre de sang. L’organisme humain dispose de plusieurs systèmes de régulation de la glycémie, afin de la maintenir dans les valeurs normales :

  • Le glucagon est une hormone hyperglycémiante, sécrétée par le pancréas. Il agit en élevant la glycémie.
  • L’insuline est la principale hormone hypoglycémiante de l’organisme. Sécrétée elle aussi par le pancréas, elle agit en réduisant la glycémie.
  • D’autres hormones, comme l’hormone de croissance ou l’adrénaline, sont des hormones hyperglycémiantes. Elles agissent en élevant la glycémie.

L’hyperglycémie peut être ponctuelle, par exemple après un repas trop copieux ou trop riche en glucides. Elle peut aussi être répétée et devenir chronique. C’est le cas en particulier des diabètes sucrés, caractérisés par une défaillance de la régulation insulinique de la glycémie. Il peut être dû à une insuffisance voire à un arrêt de sécrétion de l’insuline, parfois associés à une diminution de la sensibilité des tissus cibles à l’action de l’insuline.

À savoir ! Il existe trois types de diabètes sucrés :

  • Le diabète de type 1 débute le plus souvent au cours de l’enfance ou de l’adolescence et nécessite un traitement par l’insuline.
  • Le diabète de type 2 débute généralement dans la seconde moitié de la vie et nécessite un traitement par des médicaments antidiabétiques oraux.
  • Le diabète gestationnel est le seul diabète sucré transitoire. Il apparaît au cours de la grossesse et disparait dans les semaines ou mois qui suivent l’accouchement.

Sur le plan des mécanismes physiopathologiques, l’hyperglycémie survient lorsque la quantité d’insuline présente dans le sang est insuffisante ou inefficace. Le glucose s’accumule alors dans le sang, au lieu de pénétrer dans les cellules sous l’action de l’insuline.

Chez un sujet diabétique, les hyperglycémies peuvent avoir plusieurs causes :

  • Un excès d’apports de glucides ;
  • Une réduction de l’activité physique ;
  • Un traitement antidiabétique inadapté ;
  • Une erreur de dosage ou de prise du traitement ;
  • Un stress physique, comme une infection ou une intervention chirurgicale ;
  • Un stress psychologique (deuil, rupture, perte d’emploi, …) ;
  • La prise de certains médicaments, comme des corticoïdes.

Les symptômes d’une hyperglycémie ?

test de Guthrie, prise de sang au pied d'un bébé

Les épisodes d’hyperglycémie peuvent passer totalement inaperçus chez de nombreuses personnes, qu’elles soient ou non diabétiques, en particulier au début de l’hyperglycémie ou si l’hyperglycémie reste modérée.

Au-delà d’un certain seuil d’hyperglycémie, des signes caractéristiques apparaissent sur plusieurs jours ou semaines :

  • Une fatigue ;
  • Des urines abondantes ;
  • Une soif intense et non calmée par la prise de boissons ;
  • Une sensation de langue sèche ;
  • Un appétit exagéré ;
  • Une perte de poids inexpliquée (en cas d’hyperglycémie chronique) ;
  • Des crampes, des nausées et des douleurs abdominales ;
  • Une irritabilité ;
  • Des vertiges et étourdissements ;
  • Des mycoses (infections dues à des champignons), par exemple des mycoses vaginales ;
  • En cas de plaie, des problèmes de cicatrisation ;
  • Des troubles de la vue.

Ces signes doivent alerter et nécessitent un contrôle immédiat de la glycémie et une consultation médicale. En effet, si l’hyperglycémie s’aggrave, il existe un risque de perte de connaissance et de coma, le coma hyperglycémique.

Chez les sujets non diabétiques, la répétition des épisodes d’hyperglycémie peut favoriser le développement d’un diabète de type 2. Chez les sujets diabétiques, les épisodes répétés d’hyperglycémie augmentent le risque de développer ou d’accélérer l’évolution des complications du diabète, notamment :

  • Les complications oculaires ;
  • Les complications neurologiques ;
  • Les complications rénales ;
  • Les complications cardiovasculaires ;
  • Les complications infectieuses.

Diagnostic et traitements d’une hyperglycémie

Quel diagnostic ?

un appareil de mesure de glycémie

Si des signes d’hyperglycémie apparaissent, un contrôle de la glycémie est indispensable. Il peut être réalisé de différentes manières :

  • Un auto-contrôle de la glycémie chez les sujets diabétiques (glycémie capillaire) ;
  • Une bandelette urinaire pour détecter la présence de glucose dans les urines (glycosurie) ;
  • Une glycémie à jeun à partir d’une prise de sang.

À savoir ! Au-delà d’une glycémie de 2.00 grammes par litre de sang, une partie du glucose en excès est éliminée par les urines. Il est alors possible de détecter du glucose dans les urines par des bandelettes urinaires ou une analyse d’urines

Chez un sujet non diabétique, une hyperglycémie élevée ou des épisodes répétés d’hyperglycémies doivent amener à effectuer un dépistage du diabète, en mesurant à plusieurs reprises la glycémie à jeun ou en réalisant une hyperglycémie provoquée par voie orale.

Chez un sujet diabétique, la répétition d’épisodes d’hyperglycémie peut être détectée par le dosage de l’hémoglobine glyquée (HbA1c), qui donne un reflet de l’évolution des glycémies sur les trois derniers mois. Dans tous les cas, les sujets diabétiques doivent signaler à leur médecin tout épisode d’hyperglycémie, ponctuel ou répété, et les circonstances de survenue. Le dosage des corps cétoniques, dans le sang (cétonémie) et dans les urines (cétonurie) est également nécessaire pour détecter toute complication associée à l’hyperglycémie. La présence de corps cétoniques dans les urines ou le sang constitue un critère de gravité de l’hyperglycémie et nécessite une prise en charge médicale immédiate pour comprendre l’origine de l’hyperglycémie.

À savoir ! L’hyperglycémie néonatale correspond à la détection d’une hyperglycémie chez le nouveau-né, liée à des perfusions de glucose trop rapides chez les nourrissons hypotrophes (poids ou taille inférieurs à la normale) ou soumis à un stress (chirurgie, défaut d’oxygénation, syndrome de détresse respiratoire, sepsis).

Quels traitements ?

En cas d’hyperglycémie isolée chez un sujet en bonne santé, l’hyperglycémie reste passagère et la glycémie redevient rapidement normale, ne nécessitant ni consultation médicale, ni prise en charge particulière. Si l’hyperglycémie persiste, une recherche du diabète est nécessaire, ce qui permet si besoin d’instaurer un traitement antidiabétique adapté.

Chez les sujets diabétiques, la détection d’hyperglycémies répétées ou évolutives doit amener à revoir la prise en charge du diabète :

  • Ajuster les doses de l’insulinothérapie ou le traitement par les médicaments antidiabétiques oraux ;
  • Surveiller l’alimentation pour éviter certains écarts alimentaires à l’origine d’une augmentation de la glycémie ;
  • Pratiquer une activité physique régulière.

En cas d’hyperglycémie sévère, associée à la présence de corps cétoniques, une prise en charge médicale en urgence est indispensable pour prévenir tout risque de déshydratation et de coma.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– L’hyperglycémie. Diabète Canada. Consulté le 24 novembre 2020.
– Comment faire face à l’hyperglycémie ? Fédération Française des Diabétiques. Consulté le 24 novembre 2020.
– Hyperglycémie néonatale. Manuel MSD. Consulté le 24 novembre 2020.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.