coma

Le coma est la forme la plus sévère d’altération de la conscience. Il peut avoir différentes origines, traumatiques ou non. Les médecins définissent plusieurs stades de coma, à partir d’un examen minutieux du patient et en se basant principalement sur l’échelle de Glasgow. Le coma peut être un état transitoire, bref, comme il peut durer des années. Dans tous les cas, il nécessite une prise en charge dans un service de réanimation.

Qu’est-ce que le coma ?

Le coma correspond à la forme la plus sévère d’altération de la conscience. Un patient dans le coma est inconscient, il ne réagit à aucune stimulation extérieure. Au niveau cérébral, le coma résulte d’une défaillance de la zone cérébrale impliquée dans la vigilance, la formation réticulée activatrice ascendante. En fonction de l’intensité de l’atteinte, il peut exister différentes situations :

  • L’obnubilation, lorsque le patient répond aux ordres et les exécute, malgré une réactivité altérée ;
  • La stupeur, lorsque le patient répond à des stimuli simples, comme l’appel de son nom ou un stimulus sonore ou douloureux ;
  • Le coma.

Il existe un type de coma différent des autres, le coma artificiel ou coma induit médicalement. L’administration de certains médicaments, généralement des barbituriques, peut entraîner un coma. Les médecins ont recours au coma artificiel, lorsque des patients vivent des situations dont la douleur est tellement insoutenable, qu’il est préférable que le patient ne soit plus conscient. C’est le cas après certains accidents graves, ou encore chez les grands brûlés.

Le coma est la plupart du temps un état transitoire, qui dure de quelques heures à quelques semaines. Plus rarement, le coma peut durer des mois, voire des années. Le coma est considéré comme prolongé, lorsqu’il persiste au-delà de 3 semaines.

Le coma ne doit pas être confondu avec l’état de mort cérébrale, ou de mort encéphalique. Dans le coma, une activité cérébrale persiste, mais le patient n’est pas conscient. En état de mort encéphalique, toute activité cérébrale a disparu de manière définitive.

Les différents stades du coma

Les spécialistes distinguent plusieurs stades de comas, en fonction de l’état de santé du patient :

    • Le stade 1 ou coma vigile: le patient est capable de parler de manière plus ou moins compréhensible, il réagit à la parole et à la douleur ;
  • Le stade 2 ou coma léger: le patient ne réagit pas normalement à la douleur, mais ne présente pas de troubles neurovégétatifs ;
  • Le stade 3 ou coma profond, lorsque le patient présente à la fois des réponses altérées ou absentes aux stimuli douloureux et des troubles neurovégétatifs ;
  • Le stade 4 ou coma dépassé, lorsque le patient ne répond plus à aucune stimulation, présente une faiblesse musculaire généralisée et que ses fonctions végétatives sont abolies.

Pour définir à quel stade de coma se trouve un patient, les médecins se basent sur un examen neurologique minutieux et sur l’échelle de Glasgow. L’échelle de Glasgow, très utilisée dans l’évaluation initiale et le suivi des traumatismes crâniens, évalue l’état de conscience d’un patient. Le résultat va de 3 pour un coma profond, à 15 pour une personne parfaitement consciente.
échelle Glasgow

Les comas les plus graves peuvent conduire au décès du patient. Dans les comas plus légers, le retour à la conscience peut être rapide, après seulement quelques jours. Généralement, le patient ne retrouve que progressivement la conscience, par paliers successifs. Plus le coma est profond, plus la récupération est lente.