Respirer par le nez pour améliorer sa mémoire ?

Neurologie Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Deborah L. et publié le 4 novembre 2018

Une mémoire d’éléphant qui nous permette de ne jamais rien oublier, on en rêve tous ! Mais cela nécessite des efforts et de l’entretien au quotidien ! Et s’il était désormais possible d’améliorer de façon simple nos capacités de mémorisation en respirant par le nez plutôt que par la bouche ? C’est ce que suggère une nouvelle étude suédoise publiée dans le Journal of neuroscience.

mémoire

Respiration et mémoire

Ces dernières années, de nombreuses études se sont attachées à analyser le lien existant entre la façon de respirer et l’activité cérébrale. Mais la plupart des animaux de laboratoire (souris et rats) ne pouvant pas respirer naturellement par la bouche, il était jusqu’à présent difficile d’étudier un tel sujet. De nouvelles méthodes d’analyse ayant depuis vu le jour ont finalement permis de mener des recherches plus approfondies, la plupart se concentrant sur les capacités de mémorisation.

Dans ce contexte, une équipe de scientifiques suédois a démontré que respirer par le nez permettait de mieux consolider les souvenirs :

«L’idée selon laquelle la respiration affecte notre comportement n’est en fait pas nouvelle. En fait, cette connaissance existe depuis des milliers d’années dans des domaines tels que la méditation. Mais personne n’avait réussi à prouver scientifiquement ce qui se passait réellement dans le cerveau. Nous avons maintenant des outils qui peuvent révéler de nouvelles connaissances cliniques. », déclare l’un des auteurs de l’étude.

Lire aussiQuels sont les effets de la méditation sur l’organisme ?

Respirer par le nez consolide la mémoire

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont demandé aux volontaires de l’étude de mémoriser 12 odeurs différentes. Ils leur ont ensuite demandé de respirer soit par le nez soit par la bouche pendant une heure. Une fois le temps écoulé, ils leur ont présenté un nouvel éventail de 12 odeurs et leur ont demandé si chacune d’elles appartenait à l’ancienne ou à la nouvelle série d’odeurs.

Les résultats ont montré que lorsque les volontaires respiraient par le nez entre le moment de l’apprentissage et la reconnaissance de l’odeur, ils se souvenaient mieux des odeurs :

« Notre étude démontre que nous nous souvenons mieux des odeurs si nous respirons par le nez lorsque la mémoire est consolidée, un processus qui s’opère entre l’apprentissage et la récupération des souvenirs, déclare l’un des auteurs de l’étude. C’est la première fois que l’on démontre une telle chose. »

Lire aussiSommeil et mémoire à long terme

Mesure de l’activité cérébrale  pendant la respiration

Les scientifiques ont ensuite cherché à mesurer l’activité cérébrale pendant la respiration et son lien avec la mémoire. Ils ont ainsi mis au point une nouvelle technique non invasive :

« C’était auparavant une impossibilité pratique, car les électrodes devaient être insérées directement dans le cerveau. Nous avons réussi à résoudre ce problème et nous développons maintenant un nouveau moyen de mesurer l’activité dans le bulbe olfactif et le cerveau sans avoir à insérer d’électrodes. »

Des recherches antérieures ont en effet démontré que les récepteurs du bulbe olfactif sont capables de détecter non seulement les odeurs, mais également les variations du flux d’air. Différentes parties du cerveau sont ainsi activées dans les différentes phases d’inspiration et d’expiration.

Reste une inconnue au tableau : comprendre comment se produit la synchronisation de la respiration et de l’activité cérébrale et comment un lien avec la mémoire peut être établi. Ce point d’interrogation sera certainement le sujet de futures recherches visant à améliorer les capacités de mémorisation de la population saine et de la population souffrant de troubles de la mémoire !

Lire aussiAméliorer la mémoire par une stimulation électrique du cerveau ?

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Breathing through the nose aids memory storage. Science Daily.. Consulté le 22 octobre 2018.
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Voici les références : Artin Arshamian, Behzad Iravani, Asifa Majid, Johan N. Lundström. Respiration modulates olfactory memory consolidation in humans. The Journal of Neuroscience, 2018; 3360-17 DOI: 10.1523/JNEUROSCI.3360-17.2018
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.