Améliorer la mémoire par une stimulation électrique du cerveau ?

Nov 19, 2017 par

La mémoire constitue l’un des domaines les plus mystérieux et les plus fascinants du cerveau. Véritable dépôt de milliards d’informations, elle construit notre identité tout au long de la vie mais peut parfois faire défaut, comme dans le cas de l’épilepsie ou de la maladie d’Alzheimer. Des neuroscientifiques américains ont découvert où et comment stimuler électriquement le cerveau pour améliorer la capacité de mémoire de patients épileptiques.

Stimulation électrique du cerveau

Qu’est-ce que la mémoire ?

La mémoire désigne les facultés d’enregistrement, de conservation et de restitution des informations collectées à partir de différentes expériences et événements à la fois anciens et récents.

A savoir ! La mémoire sollicite différents réseaux de neurones et s’organise en « mémoire à long terme » et «mémoire à court terme ». La mémoire à long terme permet de stocker de façon illimitée des informations sur une période très longue. La mémoire à court terme permet d’enregistrer des souvenirs plus éphémères.

La mémoire peut faire l’objet de troubles qui altèrent soit la capacité à mémoriser un fait nouveau, soit la capacité à retrouver une information ancienne, soit les deux.

  1. Les plus communs sont les « trous de mémoire » qui constituent de simples petits oublis et dont la fréquence peut augmenter avec l’âge ou dans certaines circonstances (surmenage, stress, fatigue, anxiété…).
  2. Parfois, les troubles de la mémoire sont plus graves. Liés à une maladie, ils apparaissent lentement dans les maladies chroniques ou brutalement dans les maladies aiguës.

Les troubles de la mémoire peuvent ainsi avoir une origine cérébrale. C’est le cas dans les crises d’épilepsie qui provoquent une amnésie provisoire ou dans les maladies cérébrales, comme la maladie d’Alzheimer, qui peuvent s’accompagner de troubles de la mémoire permanents.

A savoir ! La crise d’épilepsie est liée à une activité anormalement élevée des cellules nerveuses (les neurones), qui se matérialise par des décharges électriques responsables d’un « court-circuit » du système nerveux.

Dans ce contexte, une équipe de scientifiques américains s’est intéressée à l’impact de la stimulation électrique du cerveau sur les capacités de mémoire de personnes épileptiques.

Stimulation électrique et mémoire

L’étude a été menée par Dr Itzhak Fried, professeur de neurochirurgie, de psychiatrie et de sciences biocomportementales à l’Université de Californie de Los Angeles et directeur du Programme de chirurgie de l’épilepsie chez l’adulte.

Pour mener à bien leurs recherches, le Dr Fried et son équipe se sont appuyés sur une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et selon laquelle la mémoire peut être renforcée par une stimulation électrique au niveau d’une zone bien précise du cerveau appelée « cortex entorhinal ».

A savoir ! Le cortex entorhinal désigne une région du cerveau capitale dans les facultés d’apprentissage et de mémorisation. Il constitue en effet la porte d’entrée des informations qu’il traite en amont avant de les communiquer à l’hippocampe. C’est cette région du cerveau qui est en partie affectée dans la maladie d’Alzheimer.

Pour ce faire, les chercheurs ont suivi 13 patients épileptiques qu’ils ont équipés d’électrodes ultra fines implantées dans leurs cerveaux. Utiliser des électrodes ultra fines a permis aux chercheurs de cibler précisément la stimulation mais également d’utiliser un voltage aussi bas que celui utilisé dans des études précédentes.

L’étude a démontré que 8 patients sur 9 ont vu augmenter de façon significative leur capacité à reconnaître les visages de personnes spécifiques après avoir reçu des impulsions électriques sur le coté droit du cortex enthorinal.

En revanche, les scientifiques ont observé qu’une stimulation électrique délivrée du coté gauche de cette région, testée sur 4 autres personnes, n’a pas entraîné d’amélioration de la mémoire des patients.

De l’importance d’une stimulation électrique localisée

Forts de ces observations, les auteurs de l’étude ont tiré les conclusions suivantes :

  1. Des courants électriques, même faibles, peuvent affecter les circuits cérébraux qui contrôlent la mémoire et l’apprentissage.
  2. Cibler précisément la stimulation électrique au niveau de la région entorhinale droite est indispensable. D’autres études ayant appliqué la stimulation électrique sur une large bande de tissu cérébral ont en effet produit des résultats contradictoires.

La stimulation électrique du cortex entorhinal droit ouvre ainsi la voie à une meilleure compréhension des mécanismes mnésiques des sujets épileptiques et pourrait offrir la promesse d’un traitement d’autres troubles de la mémoire comme ceux observés dans la maladie d’Alzheimer.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Neuroscientists improve human memory by electrically stimulating brain. Science Daily. Le 25 octobre 2017.
– Dossier d’information « Mémoire ». INSERM. – Consulté le 15 novembre 2017.
– Les différents troubles de la mémoire et leurs causes. Ameli santé. – Consulté le 15 novembre 2017.
– Présentation Itzhak Fried. Institut d’études avancées de Paris. – Consulté le 15 novembre 2017.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.