Paludisme : nouveau vaccin en perspective

Actualités Maladies parasitaires

Rédigé par Charline D. et publié le 26 avril 2017

À l’occasion de la journée mondiale contre le paludisme, l’OMS dévoile son programme pilote de vaccination dans 3 pays d’Afrique subsaharienne : le Kenya, le Ghana et le Malawi. Le top départ est prévu pour 2018, d’ici là Santé sur le Net fait le point sur le sujet.

paludisme vaccin

Le paludisme selon l’OMS

Les dernières estimations de l’OMS faisaient état pour l’année 2015 de 212 millions de cas de paludisme dans le monde dont 429 000 décès. Cependant, un recul de l’incidence de 21 % de la maladie chez les populations les plus exposées a été noté entre 2010 et 2015. Sur cette même période, un recul de la mortalité de près de 29% a également été relevé. En tout, l’OMS estime à 6.8 millions le nombre de décès qui aurait été évité depuis 2001.

Cependant, l’Afrique subsaharienne à elle seule comptabilisait en 2015, 90% des cas de paludisme et 92% des décès liés à la maladie. Les enfants de moins de 5 ans sont les plus à risque dans cette région où le paludisme est très présent. L’issue est fatale dans 70% des cas.

Bien que le taux de mortalité du paludisme chez les enfants de moins de 5 ans ait baissé de 29% au niveau mondial, des actions restent à mener. En effet, un enfant meurt toutes les 2 minutes du paludisme.

Lire aussiLa vaccination du nourrisson

Le vaccin contre le paludisme : Mosquirix

L’Afrique est la région du monde la plus touchée par le paludisme, abritant la majorité des décès liés à la maladie. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) lance donc dans le courant de l’année 2018, un programme pilote contre le paludisme en Afrique. L’objectif de l’OMS avec cette initiative est double d’ici 2030 :

  • Obtenir une réduction de l’incidence mondiale de la maladie de 40% ;
  • Eliminer le paludisme d’au minimum 10 pays.

Le Mosquirix est le vaccin actuellement le plus avancé sur le marché. Il a été développé par le laboratoire GSK en partenariat avec une ONG (Path malaria vaccine initiative). Cependant, les études menées dessus jusqu’à présent démontre une efficacité limitée. Il permettrait de réduire de 40% le nombre d’épisodes paludiques sur 4.5 ans minimum selon une étude réalisée entre 2009 et 2014 sur près de 15 000 personnes.

Le programme entend bien vacciner au minimum 360 000 enfants dans les 3 pays d’Afrique subsaharienne d’ici 2020. Le vaccin nécessite 4 doses : à 5 mois, 6 mois, 7 mois et 2 ans. L’OMS estime pouvoir sauver des dizaines de milliers de vies en Afrique grâce à ce programme pilote contre le paludisme.

Lire aussiVaccins : un calendrier personnalisé

Charline D., Pharmacienne

– Paludisme : le vaccin de GSK va être testé en Afrique dans 3 pays dès 2018. Le quotidien du médecin. Le 24 avril 2017.
– Paludisme. OMS. Décembre 2016.
  • Rudel Biboussi says:

    Surprise agréable consernant le vaccin antipaludique. Approfondir les recherches pour avoir un vaccin conférant une immunité permanente serait meilleure ! Le Congo Brazzaville figure t_il parmi les pays où le Paludisme doit être éradiquer ?

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      L’objectif du vaccin est d’éradiquer le paludisme de l’Afrique, en commençant donc par les pays les plus concernés avant de le diffuser à l’ensemble du continent dont le Congo.
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.