Pourquoi nos souvenirs sont-ils modifiés ?

Feb 26, 2017 par

Certains évènements de notre quotidien, des faits marquants, heureux ou malheureux forgent notre mémoire. Le fait de penser à nouveau à ces souvenirs résulte de mécanismes cérébraux. Santé sur le Net fait le point pour mieux comprendre comment nos souvenirs se modifient et quelles en sont les conséquences.Souvenirs mémoire modifiés

Modification de nos souvenirs

Certaines études ont démontré que le fait de se remémorer constamment certains évènements pouvait se traduire par des modifications du souvenir.

Ces changements peuvent :

  • Augmenter l’ancrage au sein de la mémoire à long terme ;
  • Diminuer la consolidation des souvenirs, c’est-à-dire que la personne risque de perdre certains détails du fait marquant.

A savoir ! La consolidation des souvenirs correspond à leur ancrage dans la mémoire à long terme.

Les résultats de ces modifications peuvent alors s’apparenter à la dégradation, à la stabilisation ou encore au renforcement des souvenirs. De plus, l’évolution des souvenirs existants, après leur réactivation, peut avoir certaines conséquences dans l’apprentissage.

Une étude a permis de mieux comprendre en quoi les souvenirs jouaient un rôle dans l’acquisition des compétences, mais également les difficultés rencontrées dans le cadre d’une réhabilitation à la suite d’un traumatisme cérébral ou d’une maladie neurologique chronique.

Pourquoi nos souvenirs se modifient ?

Une étude réalisée sur des modèles animaux a permis de mettre en évidence l’implication de certains mécanismes biochimiques du cerveau dans la consolidation, et ainsi, dans la modification des souvenirs. Cette analyse s’est définie par l’injection d’une protéine inhibitrice synthétique (qui ralentit et/ou arrête le mécanisme biochimique concerné), jouant un rôle dans la réactivation des souvenirs.

Les mécanismes, mis en avant dans cette étude, se sont avérés similaires pour l’organisme humain. Les chercheurs se sont penchés sur l’action de la « boucle cortico-striatale » et sur son implication dans la consolidation et/ou la reconsolidation de la mémoire. Les scientifiques ont comparé l’activité de ce mécanisme cortico-striatal chez des sujets dont les souvenirs ont été modifiés et chez des sujets dont la mémoire était intacte.

A savoir ! La boucle cortico-striatale correspond à un ensemble de mécanismes se produisant au niveau des structures sous-corticales du cerveau. Ces mécanismes entrent en jeu dans diverses fonctions cognitives et comportementales comme la réalisation de tâches quotidiennes, l’apprentissage de connaissances et de compétences, etc.

L’expérience reposait alors sur la mémorisation d’un certain nombre de mouvements de la main. Le jour suivant, les participants de chaque groupe devaient alors reproduire ces mouvements, afin d’évaluer :

  • Le taux de mémorisation ;
  • La modification de la mémoire.

Les chercheurs souhaitaient observer l’influence du cortex cérébral sur la consolidation de la mémoire. Des Stimulations Magnétiques Trans crâniennes (TMS) ont alors été infligées à certains participants uniquement. Le fait de stimuler certaines zones du cortex cérébral, produirait les mêmes effets sur la mémoire que durant le sommeil.

À savoir ! Les stimulations magnétiques Trans crâniennes sont utilisées dans le traitement de certaines pathologies psychiatriques et neurologiques. Elles servent également d’outil d’investigation scientifique en neurosciences. Cette technique consiste à appliquer une impulsion magnétique sur le cortex cérébral à travers le crâne. Elle est indolore pour le patient, et sert à modifier l’activité des neurones de la zone traitée.

Les résultats ont alors démontré une modification dans la consolidation de la mémoire à la suite d’interférences cérébrales produites par les TMS. Ces stimulations ont entraîné des perturbations sur les connaissances et les compétences sensorielles, physiques et cognitives.

Cette étude a permis d’observer une variabilité entre les individus en termes de mémorisation et de modification des souvenirs.

Bientôt la possibilité de sélectionner ses souvenirs ?

Ces résultats sont d’autant plus intéressants dans le cadre de pathologies psychologiques, tel que le Syndrome du Stress Post-traumatique. Dans cet exemple, des stimulations au niveau de certaines régions du cerveau et la variation cortico-striatale peuvent faire diminuer les souvenirs négatifs.

Cette première étude portant sur le lien entre la stimulation de certaines zones du cortex cérébral et la variation cortico-striatale amène à se poser d’autres questions, notamment sur l’intérêt d’utiliser ces résultats dans la mise en place de stratégies de sélection des bons et des mauvais souvenirs…

Delphine W., Ergonome spécialisée en Santé au travail.

– Neutral Signatures of Modified Memories. sciencedirect.com, Censor et al., Neuron, 8 janvier 2014, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.neuron.2013.12.019
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.