Prendre soin du cœur des femmes !

Dec 1, 2016 par

AVC femme

Les maladies cardiovasculaires tuent 8 fois plus de femmes que le cancer du sein ! L’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral sont les principales causes de décès des femmes en France. Pourquoi les femmes sont-elles aujourd’hui particulièrement touchées par ces maladies que l’on pensait jusqu’ici réservées aux hommes ?

Les femmes et le risque cardiovasculaire

Pendant longtemps, le risque cardiovasculaire n’a concerné que les hommes. Depuis 10 ans, les infarctus du myocarde chutent chez les hommes, mais augmentent chez les femmes, touchant des femmes de plus en plus jeunes. Pourquoi cette différence homme / femme face aux maladies cardiovasculaires ? Biologiquement, les femmes bénéficient d’un facteur de protection naturelle contre les maladies cardiovasculaires : les œstrogènes (hormones féminines). Mais à l’inverse, leurs artères sont plus fines, peuvent se boucher plus facilement et présentent plus de contractions brutales, qui perturbent le débit sanguin du cœur.

L’augmentation considérable des maladies cardiovasculaires depuis la fin de la seconde guerre mondiale est étroitement liée aux changements de mode de vie. Les hommes ont été les premiers à adopter des comportements à risque, mais les femmes les ont petit à petit rattrapés, augmentant ainsi leur risque cardiovasculaire depuis les années 70.

Les femmes présentent aujourd’hui les mêmes facteurs de risque cardiovasculaire que les hommes, à savoir :

  • Le tabac;
  • La consommation d’alcool ;
  • La sédentarité;
  • Une alimentation déséquilibrée;
  • Le surpoids;
  • Le stress;
  • La précarité;
  • Le diabète;
  • L’excès de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) ;
  • L’hypertension artérielle;
  • Le syndrome d’apnée du sommeil.

Ces facteurs de risque ont un effet plus délétère chez les femmes, en particulier le tabac. Le risque cardiovasculaire associé au tabagisme est plus important que chez l’homme, et ce quel que soit l’âge, car le tabac réduit l’effet protecteur des œstrogènes. Ainsi une consommation de 3 à 4 cigarettes par jour suffit pour multiplier le risque d’accident cardiovasculaire par 3 chez les femmes !

Des symptômes typiquement féminins

Chez les hommes, l’apparition d’une douleur thoracique, qui s’étend dans le bras gauche et jusqu’à la mâchoire, fait instantanément penser à un infarctus du myocarde. Chez les femmes, les accidents cardiovasculaires peuvent se manifester de manière plus discrète. De plus, les femmes ont tendance à sous-estimer leurs douleurs, les associant facilement au stress, à la fatigue ou à des problèmes digestifs. De même, les femmes négligent souvent les signes avant-coureurs de l’accident cardiovasculaire (douleurs dans la poitrine, palpitations durant les efforts, essoufflement, troubles digestifs).

Dans le cas de l’accident vasculaire cérébral (AVC), les symptômes classiques de l’imminence d’un AVC sont bien connus : faiblesse musculaire d’un membre, souvent d’un seul côté, engourdissement du visage, confusion, trouble du langage ou de la vue et maux de tête violents. Mais les femmes ressentent des symptômes différents à l’approche d’un AVC (perte d’équilibre, étourdissement, palpitations, nausées, souffle court). Les femmes doivent apprendre à détecter et à prendre en compte ces symptômes, en particulier les femmes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire.

A savoir ! L’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral (AVC) sont dus à la formation de plaques de graisses (plaques d’athérome) sur la paroi des artères. En se détachant, ces plaques peuvent former un caillot qui bloque le passage du sang dans les artères, entraînant des lésions irréversibles au niveau du cœur pour l’infarctus du myocarde, au niveau du cerveau pour l’AVC.

Hormones féminines et évolution du risque cardiovasculaire

Chez les femmes, le risque cardiovasculaire est étroitement lié aux œstrogènes naturels (synthétisés par notre organisme) ou synthétiques (pris lors d’une contraception). Il est donc très variable en cas de contraception à base d’œstrogènes, en cas de grossesse, ou à partir de la ménopause (fin de la synthèse des œstrogènes naturels).

Les contraceptifs à base d’œstrogènes (pilules œstro-progestatives, patchs cutanés et anneaux vaginaux) favorisent la formation de caillots et peuvent donc aggraver le risque cardiovasculaire. La prescription de ces contraceptifs doit être associée à une prévention du risque cardiovasculaire. L’association contraception – tabac est ainsi un cocktail destructeur qui multiplie le risque d’infarctus du myocarde par 30 chez les femmes de plus de 35 ans.

Au cours de la grossesse, le système cardiovasculaire maternel est fortement sollicité (formation du placenta, augmentation du volume sanguin). Chez les femmes enceintes de plus de 35 ans, le risque cardiovasculaire est ainsi majoré, surtout en cas de facteurs de risque cardiovasculaire associés.

Après la ménopause, les femmes perdent la protection des œstrogènes naturels. L’adoption d’une bonne hygiène de vie est essentielle pour limiter au maximum les facteurs de risque cardiovasculaire.

10 conseils destinés aux femmes

Chez les femmes, les accidents cardiovasculaires sont globalement pris en charge plus tardivement que chez les hommes. En moyenne, une femme victime d’un accident cardiovasculaire est prise en charge par les secours 1 heure plus tard qu’un homme. Une fois arrivée aux urgences, elle est auscultée par un cardiologue, également avec un retard d’une heure. Or chaque minute compte dans la prise en charge de ces accidents. Les conséquences sont ainsi souvent plus dramatiques pour les femmes : un risque accru de décès ou de récidive et un retour plus compliqué à une vie normale.

La Fédération Française de Cardiologie lance une campagne de prévention, spécifiquement dédiée aux femmes, avec des informations sur les maladies cardiovasculaires et les facteurs de risque. Un test pour identifier son appartenance à un groupe à risque est également disponible en ligne.

La Fédération Française de Cardiologie énonce 10 conseils pour préserver les femmes des risques cardiovasculaires :

  1. Manger équilibré et lentement ;
  2. Pratiquer une activité physique régulière ;
  3. Ne pas fumer ;
  4. Consommer peu d’alcool ;
  5. Apprendre à gérer son stress ;
  6. Réduire la consommation de sel ;
  7. Préserver son sommeil ;
  8. Rire au moins une fois par jour ;
  9. Pas de contraception à base d’œstrogènes chez les fumeuses de plus de 35 ans ;
  10. Etre suivie régulièrement par un médecin.

En savoir plusCasting de femmes

Appartenez vous à une population à risque ?Faîtes le test !

Les femmes et la société en général doivent maintenant prendre conscience que les maladies cardiovasculaires ne sont pas qu’une affaire d’hommes, mais que les femmes sont tout autant, voire plus exposées que les hommes.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :

Site internet de la Fédération Française de Cardiologie. L’infarctus n’est pas réservé aux hommes. Consulté le 25 novembre 2016.

Fédération Française de Cardiologie. Cœur, artères et femmes. Aujourd’hui les femmes sont moins protégées que les hommes. 24 pages.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.