Prescrire du vin pour adoucir la fin de vie …

Oct 6, 2016 par

bar vin fin de vie

Le vin est généralement associé à une sensation de plaisir partagé. L’hôpital peut-il offrir cette sensation à un patient en fin de vie ?

Le droit de prescrire du vin !

Un médecin américain, le Dr. La Puma, revendique le droit de pouvoir prescrire du vin à ses patients en fin de vie. Fin amateur de gastronomie, il s’appuie sur le bien-être procuré par la dégustation de vin. Pour ce médecin, intégrer la notion de bien-être dans les soins palliatifs en fin de vie devrait être une priorité pour les soignants. Il s’agirait de permettre à ces personnes, pour lesquelles la médecine traditionnelle a atteint ses limites, de renouer avec des émotions sensorielles de plaisir.

Le Dr. La Puma considère que la prescription de vin à la demande s’intègre parfaitement dans les soins palliatifs au même titre que les soins de confort et que la bonne nourriture. Evidemment, tout dépend de la dose de vin prescrite ! Ce médecin a ainsi conçu une prescription type de vin pour ses patients :

  • Un vin au goût du patient, quelle que soit la qualité, le cépage ou le terroir ;
  • Une dégustation de différents vins pour les patients qui ne savent pas lequel choisir ;
  • Un verre de vin de 150 ml à consommer doucement au cours du repas, en alternance avec de l’eau, au moins 2 heures avant le coucher ;
  • Sans association avec d’autres boissons alcoolisées ;
  • Cette prescription peut être renouvelée tous les soirs à la demande du patient.

A savoir !De nombreuses études se sont penchées sur les bienfaits du vin sur l’organisme. Le resvératrol a notamment fait l’objet de centaines d’études pour ses activités anti-oxydantes. Mais à ce jour, le vin s’avère toujours source à la fois de bienfaits et de méfaits. Tout est souvent question de dosage !

Un bar à vin dans un service de soins palliatifs

En France, une initiative de ce genre existe déjà. Un bar à vin a ainsi été ouvert en 2014 au sein du service de soins palliatifs du centre hospitalier de Clermont-Ferrand. L’entrée d’une boisson alcoolisée au sein d’un service de soins peut choquer et ne manque pas de susciter le débat.

La création du bar à vin était à l’initiative conjointe des patients et de leurs familles. Ce projet s’est appuyé sur des travaux de recherche sur les données sensorielles et gustatives des personnes en fin de vie. Le personnel du service de soins palliatifs a reçu une formation spécifique sur le fonctionnement du bar à vin. Les objectifs visés par les professionnels de santé sont multiples :

  • La relaxation;
  • La convivialité;
  • Un sentiment de bien-être ;
  • Le vécu de sensations agréables.

Dans le bar à vin du CHU de Clermont-Ferrand, le vin est servi selon un protocole déterminé et une évaluation permet au personnel soignant d’analyser le bien-être procuré pour les personnes en fin de vie. Le bar à vin dispose de bouteilles de vin sélectionnées, de champagnes et de whisky. Les familles et les proches des patients peuvent également profiter de ce lieu d’échanges pour partager un moment convivial avec le patient, en dehors du contexte médical du service de soins.

De vives réactions des associations de lutte contre l’alcoolisme

Plusieurs associations, comme l’ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), se sont mobilisées contre l’ouverture de ce bar à vin, invoquant une incitation à la consommation d’alcool. Le vin n’est en effet pas un médicament et les abus de consommation peuvent avoir des effets délétères sur la santé. L’alcoolisme est une maladie chronique qui fait des ravages dans de nombreux pays. L’appel aux dons lancé par l’hôpital pour approvisionner le bar à vin faisait craindre une reprise de l’initiative par les producteurs de vin. Mais l’hôpital insiste sur l’encadrement médical strict mis en place autour de cette dégustation, qui reste réservée à des personnes en fin de vie, dont le quotidien est extrêmement difficile.

A ce jour, il est impossible de prescrire du vin à des patients même en fin de vie que ce soit en France ou aux Etats-Unis. Si le bar à vin de l’hôpital de Clermont-Ferrand continue de mettre à disposition du vin à des personnes en fin de vie, aucun autre centre hospitalier français n’a depuis suivi cet exemple …

Santé Sur le Net vous rappelle que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources

Medscape. Fin de vie : Faut-il prescrire du vin rouge ? Et si oui, comment ? 2016.

Puma  A.J. Prescribing Red Wine: An Rx for the End of Life . 2015. Medscape.

Réseau CHU. « Un bar à vin » pour cultiver les saveurs jusqu’à la fin de sa vie . 2014.

Le Grand-Sébille C. Fins de vie : Plaisirs des vins et des nourritures. Espace éthique, 30 septembre 2014.

Soins palliatifs et bar à vins – Position du bureau national de l’A.N.P.A.A . du 9 septembre 2014.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.