Cet été : prudence avec les noyades !

Aug 11, 2017 par

Chaque année, les noyades sont responsables de près de 500 décès accidentels en France, un véritable problème de santé publique. Avec l’arrivée des beaux jours et des envies de baignades, une enquête en profite pour rappeler que cette période de l’année est également propice aux noyades, fatales dans 1 cas sur 3.

Prévention contre les noyades

C’est quoi une noyade et comment agir devant une noyade ?

Définition de la noyade

Le Larousse Médical définit une noyade comme étant une « asphyxie par afflux de liquide dans les voies respiratoires, en particulier à la suite d’une immersion dans l’eau ».

Au cours de la noyade, on distingue 4 stades dont la gravité est croissante :

  1. La phase 1 appelée « aquastress », le sujet « boit la tasse » mais l’eau ne pénètre pas dans les poumons. Avec la panique, la victime s’agite et a des gestes désordonnés.
  2. La phase 2 appelée petite noyade ou « petite hypoxie », la victime a inhalé de petites quantités d’eau au niveau des poumons et commence à s’épuiser, mais est toujours consciente.
  3. La phase 3 appelée grande noyade ou « grande hypoxie », le sujet est totalement épuisé et n’arrive plus à se maintenir à la surface. Une grande quantité d’eau a été inhalée et la victime perd peu à peu conscience. Les extrémités du noyé se colorent en bleu, on dit qu’il est cyanosé.
  4. La phase 4 appelée « anoxie », après plusieurs minutes de noyade, la victime est en état de mort apparente. Elle est inconsciente, son pouls et sa respiration sont très faibles.

A savoir ! Toutes les victimes ne passent pas obligatoirement par les 4 stades. Par exemple, en cas d’hydrocution, il n’y a pas de stade 1, 2 ou 3, mais directement le stade 4.

Quelle conduite à tenir devant une noyade ?

Lorsque l’on voit quelqu’un se noyer, le plus important est la vitesse. En effet, un noyé secouru dans la première minute à 95% de chance de s’en tirer contre seulement 25% après 6 minutes de noyade et 3% après 8 minutes. Il faut :

  1. Sortir la victime de l’eau ;
  2. Allonger le noyé et le couvrir pour qu’il se réchauffe ;
  3. Faire un bilan des fonctions vitales (conscience, respiration et circulation) ;
  4. Appeler les secours si le malaise de la victime persiste ;
  5. En cas de perte de connaissance (mais que la personne respire), la mettre en position latérale de sécurité et attendre les secours en la surveillant ;
  6. En cas d’arrêt de la respiration, effectuer le massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours.

Ce que révèle l’enquête « NOYADES 2015 »

L’enquête « NOYADES 2015 », réalisée par l’INVs (Institut de veille sanitaire) et la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises du ministère de l’intérieur, s’est déroulée de juin à septembre de la même année. Afin d’assurer une meilleure prévention de ces drames, l’objectif de l’enquête était de mettre en évidence les caractéristiques et les facteurs de risque des noyades accidentels. Ainsi, toutes les victimes de noyades, peu importe l’issue (hospitalisation ou décès) ont été recensées.

Les résultats de l’enquête révèlent qu’en 2015, 1 266 noyades ont été comptabilisées sur les 4 mois estivaux. Près d’un tiers des victimes, soit 436, sont décédées.

Parmi ces noyades :

  1. 18 % concernaient des enfants de moins de 6 ans (226 noyades et 29 décès) ;
  2. 46 % des victimes étaient des adultes de plus de 45 ans (568 noyades et 260 décès).

Par ailleurs, les enquêteurs ont pu constater une variation du nombre de victimes en fonction du lieu. Par exemple, la mer semble plus propice à une noyade qu’une piscine publique. Ainsi, 241 noyades dont 68 décès ont eu lieu dans des piscines privées, 62 dont 6 décès dans des piscines publiques, 157 dont 115 décès dans des cours d’eau, 132 dont 65 décès dans un plan d’eau et enfin 637 dont 167 décès en mer. Le reste des noyades et décès, soit respectivement 37 et 15 concernaient d’autres lieux.

Les enquêteurs ont également pu observer que les circonstances du drame dépendaient du lieu. En effet, les causes les plus fréquentes de noyades en piscines privées chez les enfants de moins de 6 ans étaient le manque de surveillance d’un adulte et l’inaptitude à nager. Dans les cours d’eau ou plans d’eau, la noyade était le plus souvent le résultat d’une chute soit à cause de l’alcool soit de l’activité effectuée. Les noyades en mer concernaient majoritairement des résidents du département, généralement de plus de 45 ans ou ayant un problème de santé.

A partir de l’ensemble de ces observations, les auteurs et autorités de santé ont établi des messages de prévention : Préventions en cas de noyades

  1. Lors des baignades, un adulte doit toujours être présent pour surveiller les jeunes enfants ;
  2. Apprendre dès que possible les enfants à nager ;
  3. Nager uniquement dans des zones surveillées ;
  4. Ne pas surestimer ses capacités physiques ;
  5. Se renseigner sur les conditions météorologiques et l’état de la mer.

Charline D., Pharmacien

– Les noyades au cours de l’été : de la surveillance épidémiologique à la prévention. Résultats de l’enquête NOYADES 2015. BEH. L.Lasbeur and al. Le 27 juin 2016.
– Noyade : le site de référence sur les noyades. noyades.com – Consulté le 04 août 2017.
Charline D.

Pharmacienne.

Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.

Aime le sport et la mode.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.