Téléphone portable et grossesse : le danger est-il bien réel ?

Sep 17, 2017 par

Depuis qu’ils ont envahi notre quotidien, les téléphones portables, émetteurs d’ondes électromagnétiques, sont au centre des préoccupations sanitaires. D’autant plus que ces ondes auraient une incidence sur la santé, en particulier celle des jeunes enfants. Mais qu’en est-il pour les fœtus ? Les femmes enceintes utilisatrices de téléphones portables exposent-elles leur bébé à un risque inconsidéré pour leur développement cognitif ? Peu probable d’après une nouvelle étude norvégienne publiée dans le journal BMC Public Health.

Utilisation du téléphone portable pendant la grossesse

Portable et grossesse : des craintes non fondées

Pour l’un des auteurs de cette étude, le docteur Eleni Papadopoulou, de l’institut norvégien de santé publique, les craintes liées à l’utilisation des téléphones portables pendant la grossesse ne sont pas fondées :

 « La peur de porter atteinte au fœtus à cause des radiofréquences, comme celles émises par les téléphones portables, est principalement véhiculée par des rapports d’études expérimentales ayant été menées sur animaux et présentant des résultats inconsistants. »

A savoir ! Les différentes ondes électromagnétiques comprennent les radiations ionisantes (ultraviolets et rayons X) et les radiations non ionisantes (ultrasons et radiofréquences, qui incluent le WiFi, les téléphones portables).

L’auteur ajoute que même si cette nouvelle étude reste une simple étude observationnelle, les résultats qui en découlent ne soutiennent pas l’hypothèse selon laquelle l’utilisation du téléphone portable par la femme enceinte engendrerait des effets secondaires indésirables sur le langage de l’enfant, sa communication et ses capacités motrices.

Des résultats à l’encontre des idées reçues

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont analysé les données issues d’une vaste étude appelée MoBaet menée sur une cohorte de 45 389 femmes enceintes norvégiennes. Cette étude comporte un large éventail de données collectées sur les mères et leurs enfants pendant et après la grossesse. Les femmes participant à l’étude devaient répondre à un questionnaire relatif à leur utilisation du téléphone portable pendant la grossesse puis, après la grossesse, le développement neurologique de l’enfant faisait l’objet d’un suivi de l’âge de 3 à 5 ans.

Et force est de constater que les résultats mis en évidence vont à l’encontre des idées reçues sur la dangerosité du téléphone portable pendant la grossesse. Le Professeur Jan Alexander, l’un des auteurs de l’étude déclare :

« Nos recherches ont révélé pour la première fois que l’usage maternel du téléphone portable pouvait avoir en fait un impact positif. Plus précisément, l’usage du téléphone portable pendant la grossesse était associé à un moindre risque pour l’enfant d’avoir un langage et des capacités motrices ralentis à 3 ans. Même si nous avons pris en compte les facteurs confondants comme la personnalité de la mère et autres facteurs psychologiques, nous pensons que cet effet protecteur s’explique probablement mieux par des facteurs non mesurés dans cette étude et ayant un impact sur l’utilisation du téléphone portable par la mère et le développement cognitif de son enfant, plutôt que par l’usage maternel du téléphone portable en lui-même. »

En comparant avec les enfants nés de mères n’utilisant pas de téléphones portables pendant leur grossesse, les chercheurs ont ainsi mis en évidence que les enfants nés d’utilisatrices de téléphones portables, avaient :

  1. 27% de risque en moins d’avoir des difficultés à faire des phrases ;
  2. 14% de risque en moins de développer une grammaire incomplète ;
  3. 31% de risque en moins de présenter un léger retard de langage à l’âge de 3 ans.

Les chercheurs ont également découvert que les enfants nés d’utilisatrices de téléphones portables avaient 18% de risque en moins de présenter des capacités motrices ralenties à l’âge de 3 ans comparé aux enfants nés de mères n’utilisant pas de téléphones portables pendant leur grossesse.

A noter que les effets bénéfiques perdurent même après prise en compte des facteurs confondants pertinents et sont également liés à la fréquence d’utilisation du téléphone portable rapportée par la mère.

Les auteurs concluent : « Notre large étude fournit la preuve que l’usage des téléphones portables par les femmes enceintes n’est pas associé à un risque de porter atteinte au développement cognitif du fœtus. Les effets bénéfiques que nous avons rapportés doivent être interprétés avec prudence en raison des limites communes aux études observationnelles mais nos résultats devraient au moins soulager l’inquiétude des mères au sujet de l’usage de leur téléphone portable pendant la grossesse ».

Entre ces conclusions modérées et celles plus alarmistes de certaines autorités sanitaires, un point d’accord existe : la vigilance face à une utilisation excessive des téléphones portables. Il est impossible de ne pas être exposé mais néanmoins très simple d’adopter de bons réflexes peu contraignants pour se protéger. Par exemple, utiliser un kit mains-libres pour éloigner le téléphone portable de son corps quand on passe un appel, privilégier l’envoi de SMS, mettre régulièrement son téléphone en « mode avion » ou encore choisir son téléphone en fonction de son débit d’absorption spécifique (DAS). Plus la valeur de cet indice est basse, moins le téléphone émettra d’ondes. A bon entendeur !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Mobile phone use while pregnant not linked to child neurodevelopment problems, study suggests. Science Daily. Le 05 septembre 2017.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.