Des robots chirurgiens dans les blocs opératoires

Feb 7, 2019 par

Les nouvelles technologies se développent dans de nombreux domaines de la vie courante. La santé n’y échappe pas, et notamment la chirurgie, où les robots chirurgiens s’installent dans un nombre croissant de blocs opératoires.

Des robots chirurgiens dans les blocs opératoires

Des robots chirurgiens

Les nouvelles technologies connaissent un essor important et tous les domaines de la vie quotidienne sont concernés. Dans ce contexte, les blocs opératoires sont en passe de connaître de grands changements, avec l’apparition des robots chirurgiens.

Les techniques opératoires évoluent sans cesse et ces dernières années ont été marquées par la miniaturisation des instruments chirurgicaux, nécessaire notamment à l’avènement de la cœlioscopie. Actuellement, une autre évolution marquante est l’automatisation et l’apparition de robots chirurgicaux. Evidemment, ces robots n’ont pas vocation à remplacer l’équipe chirurgicale : les chirurgiens, les infirmiers ou les anesthésistes. Le robot n’agit pas seul, le chirurgien dirige les bras du robot, qui reste donc sous le contrôle permanent du chirurgien.

L’arrivée des robots chirurgiens marque une avancée pour les blocs opératoires, car ils présentent plusieurs avantages (diminution du risque d’erreur humaine, possibilité d’accéder à des zones difficiles du corps humain, vision en trois dimensions, …), mais les connaissances et l’expérience du chirurgien restent irremplaçables. Le robot chirurgien est donc là pour seconder l’équipe chirurgicale.

Pas de robot sans un chirurgien

Dans les blocs opératoires, les nouvelles technologies occupent une place de plus en plus importante : l’automatisation, la robotisation, et demain la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle. Les robots chirurgiens offrent de nouvelles possibilités aux équipes de pratiquer des gestes jusqu’ici inaccessibles. Le robot supprime ainsi le plus infime des tremblements, permet de faire des sutures dans des positions impossibles pour une main humaine, de zoomer sur la zone à opérer, etc.

A ce stade, l’idée d’un robot capable d’opérer seul reste donc totalement inconcevable, les blocs opératoires développant en réalité de la chirurgie assistée par robot. La machine seconde ainsi le chirurgien. Actuellement, il existe plusieurs catégories de robots, en fonction de leur degré d’autonomie :

  • Le robot chirurgical le plus utilisé aujourd’hui, le Da Vinci, n’est absolument pas autonome, ni automatique. Il doit en permanence être dirigé par la main du chirurgien. Il participe à de nombreuses interventions de chirurgie abdominale.
  • Des robots capables de réaliser automatiquement un geste chirurgical, à partir d’une programmation prédéfinie, comme par exemple la descente de l’électrode de stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson.

Aucun robot chirurgical n’est entièrement autonome et ne fonctionne sans la main humaine.

Pour l’instant, rares sont les études scientifiques qui ont évalué l’efficacité des robots chirurgiens, par rapport aux opérations classiques. Une étude parue en 2014 suggérait un bénéfice pour le chirurgien, mais aucune donnée n’est disponible pour estimer le bénéfice pour le patient, en termes par exemple de complications post-opératoires ou de durée d’hospitalisations.

Si les robots chirurgiens permettent aux chirurgiens de réaliser des gestes jusqu’ici impossibles, rien ne remplace l’expérience de l’équipe chirurgicale. Etre opéré uniquement par un robot dans les années à venir parait totalement inconcevable. La chirurgie assistée par robot pourrait néanmoins connaître un essor important, en particulier grâce au développement de la réalité virtuelle et de l’intelligence artificielle.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Le robot entre au bloc de chirurgie vasculaire. Thaveau, F. and al. 2016. Journal des Maladies Vasculaires 41(2) : 91-92.
– Robots chirurgiens : des avancées très notables pour un futur prochain. Objet Connecté. 26 juillet 2018.
– Les robots sont-ils les chirurgiens de demain ? Sud Ouest. 9 juillet 2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.