constipation chez l'enfantLa constipation est un trouble digestif pouvant être très gênant et douloureux chez l’enfant. La mauvaise qualité des selles et les maux de ventre sont les symptômes les plus courants rencontrés chez ces jeunes sujets. Une révision de l’alimentation peut s’avérer nécessaire pour rétablir le transit intestinal mais pas seulement. Parfois, des changements survenus dans le cadre familial peuvent être à l’origine de ces troubles digestifs. La constipation est responsable de jusqu’à 5% des consultations chez le pédiatre.

Rappels sur la digestion des aliments

La digestion des aliments est un processus débutant au niveau de la bouche par la mastication. Ces aliments descendent ensuite au niveau de l’œsophage puis atteignent l’estomac.

Une fois arrivés dans l’estomac, les aliments subissent une première digestion. Ensuite, ils traversent l’intestin grêle puis le côlon où certains nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme vont être absorbés. C’est au cours du passage dans le tube digestif, que les aliments ingérés vont être dégradés par la flore intestinale. Ainsi, les résidus issus de cette digestion vont constituer les selles.

Le besoin de déféquer est provoqué par la pression exercée sur le rectum par les matières fécales. En se contractant, le côlon et les muscles abdominaux permettent l’expulsion.

Caractéristiques de la constipation

Définition

La constipation est un phénomène courant chez les enfants mais décrite différemment suivant leur âge.

Chez les nourrissons par exemple, elle se caractérise par du retard ou des difficultés à évacuer les selles pendant au moins un délai d’1 mois et de 2 mois pour des enfants plus âgés.

Le retard en question est dû à la progression trop lente des selles jusqu’au côlon qui est l’organe fondamental assurant la bonne évacuation des selles.

La vitesse du transit intestinal est variable selon l’âge du sujet.

Plus l’enfant grandit, plus le nombre de selles diminue en raison de l’augmentation de la taille de son tube digestif avec le temps.

En règle générale, chez le nourrisson (au biberon) l’émission des selles est estimée à moins d’une fois par jour tandis que chez le nourrisson allaité au sein, cette fréquence est plutôt très variable. Une fois que l’enfant est devenu plus grand, au moins 3 selles par semaine sont attendues.

A savoir ! Chez les bébés nourris au lait maternel, cette fréquence variable peut aller de 5-6 selles par jour à 1 tous les 8 à 10 jours. Les selles sont généralement plus fréquentes que les nourrissons nourris au biberon.

Dans tous les cas, les bébés de moins de 2 mois sont rarement constipés. Ce sont surtout les sujets de 6 mois à 4 ans qui sont le plus souvent touchés par ce type d’affection intestinale.

Néanmoins, même si le nombre de selles diminue, il se peut que l’enfant aille très bien tant que les selles restent molles et qu’il n’y a pas de symptômes modifiant son comportement général.

Une perturbation de l’émission des selles (tendant à s’allonger) ou un changement observé au niveau de la consistance sont les 2 grands critères permettant de parler de constipation chez un sujet.

En effet, les selles sont plus dures et parfois plus importantes que d’habitude, provoquant des maux de ventre, voire parfois des vomissements.

Cette constipation peut être soit :

  • Occasionnelle ;
  • Chronique (lorsque les symptômes durent plus de 6 mois).

La détection chez l’enfant

De manière générale, plusieurs signes peuvent alerter les parents lorsque leur enfant est confronté à une constipation :

  • La production de selles difficiles à éliminer : soit elles sont dures et petites, soit de taille plus importante, entraînant des douleurs abdominales lors de la défécation ;
  • Une alternance entre selles liquides et selles dures : on parle aussi de « fausse diarrhée sur constipation » ;
  • L’émission de selles quotidiennes mais en quantité insuffisante par rapport à l’apport alimentaire ;
  • La difficulté de déféquer malgré l’envie d’aller à la selle pour l’enfant ;
  • La présence de selles anormalement dures pendant plusieurs jours ;
  • Un manque soudain d’appétit, douleurs au niveau de l’estomac, ballonnements au niveau du ventre.

A l’âge des nourrissons, les symptômes caractérisant un état de constipation sont de préférence la dureté des selles (de la taille d’une bille) et les efforts que fait le nourrisson pour les éliminer.

Chez les enfants plus âgés, ce sont surtout des selles espacées dans le temps et de consistance dure qui traduisent une constipation.

Les causes de la constipation

La constipation fonctionnelle

Chez 95% des enfants, la constipation est souvent liée à des problèmes alimentaires et comportementaux (stress, apprentissage de la propreté).

Bien que ces épisodes de constipation rendent difficile le quotidien de ces jeunes sujets, ce problème reste plutôt bénin dans la plupart des cas. Aucune lésion de l’intestin ou de maladie grave ne sont à signaler : cette constipation est dite fonctionnelle.

Plusieurs comportements naturels favorisent son déclenchement :

  • Un apport hydrique insuffisant ;
  • La prise de certains médicaments ;
  • Un changement de cadre de vie ;
  • Un stress émotionnel ou physique ;
  • Une mauvaise installation de l’enfant sur les toilettes ;
  • Un apprentissage de la propreté mal conduit ou trop précoce.

La constipation organique

Dans les 5% restants, ce phénomène sous-tend une complication bien plus grave, touchant souvent les nourrissons dès leur plus jeune âge, soit peu de temps après la naissance ou durant les premiers mois de la vie. Cette constipation est plutôt reliée à un trouble physique, un médicament ou bien même une toxine.

On parle ainsi de constipation organique.

Ces causes sérieuses de constipation organique peuvent être liées à :

  • La maladie de Hirschsprung : une innervation inappropriée du gros intestin ;
  • Une malformation congénitale de l’anus ou du sphincter de l’enfant ;
  • Une maladie endocrinienne (troubles hormonaux entraînant une hypothyroïdie) ou neurologique (atteinte de la moelle épinière) ;
  • Une mucoviscidose ;
  • Une intoxication à certaines toxines comme le plomb ou bien le botulisme ;
  • Des médicaments comme les analgésiques puissants appelés opioïdes ;

Evolution de la constipation

Même si une meilleure hygiène de vie associée à un traitement médicamenteux peut permettre d’arrêter la constipation chez l’enfant, des complications peuvent néanmoins se présenter dans quelques cas :

  • L’installation d’une occlusion intestinale ;
  • La présence de fissures anales accompagnée de pertes de sang (sur papier ou dans les toilettes) et de pleurs quand l’enfant va à la selle ;
  • Des infections urinaires répétées, souvent chez les petites filles et conduisant à des sensations de brûlure. En effet, lorsque les selles stagnent dans le rectum, cela favorise la prolifération de microbes et donc les infections.
  • Des difficultés à uriner, liées à une compression des voies urinaires exercée par la quantité de selles stockées dans le rectum.
  • Une incontinence fécale ;
  • Un prolongement de la constipation jusqu’à l’âge adulte.

Traitement de la constipation

Le traitement de la constipation va dépendre de l’âge de l’enfant ainsi que du type de constipation auquel il est confronté.

Ainsi, en cas de constipation dite fonctionnelle, le médecin traitant ou le pédiatre va commencer par ré-ajuster l’équilibre alimentaire de l’enfant en fonction des résultats fournis lors de l’interrogatoire.

Des conseils relatifs à l’hygiène de vie sont aussi fournis aux parents afin d’améliorer le confort de leur enfant.

Si ces mesures ne suffisent pas alors un traitement médicamenteux peut être mis en place sous l’une de ces formes :

  • Des médicaments osmotiques doux permettant d’hydrater et de ramollir les selles ;
  • Des lubrifiants (huile de paraffine par exemple) permettant de favoriser le passage anal, surtout lorsqu’il existe des fissures ;
  • Des suppositoires (utilisation restant exceptionnelle) : déclencher la défécation en début de traitement ;
  • Le recours à un lavement (rarement exploité) : permettre l’évacuation des selles qui ont longuement stagné dans le côlon.

En cas de constipation dite organique, soit liée à une pathologie grave, le traitement instauré va permettre d’éradiquer la cause de la maladie et pas seulement les symptômes que rencontre l’enfant.

De façon générale, l’adoption d’une bonne hygiène de vie est primordiale pour éviter ce genre de trouble digestif.

Un régime alimentaire diversifié, riche en fibres, un abreuvement suffisant ainsi que la pratique d’une activité physique quotidienne sont des éléments majeurs à prendre en compte pour rester en forme et lutter efficacement contre la constipation.

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé

– Dossier santé : Constipation de l’enfant. Ameli santé. Consulté le 06 novembre 2017.
– Comment réagir en cas de constipation d’un enfant ? VIDAL-Eurekasanté. Mis à jour le 29 janvier 2014.
– Constipation chez les enfants. Le manuel MSD. Deborah M. Consolini et Alfred I. Consulté le 09 novembre 2017.