Névralgie faciale

La névralgie faciale, ou névralgie du trijumeau, correspond à un dysfonctionnement au niveau de la cinquième paire de nerfs crâniens. Le plus souvent d’origine vasculaire, cette névralgie provoque des douleurs vives et caractéristiques au niveau de la partie basse du visage, ainsi que des troubles sensitifs. Le traitement repose sur la chirurgie et un traitement médicamenteux, incluant notamment des médicaments anticonvulsivants, antidépresseurs ou un relaxant musculaire.

Définitions et symptômes de la Névralgie faciale (du trijumeau)

Qu’est-ce que c’est ?

Névralgie faciale sur une image de synthèseLes névralgies faciales et crâniennes, auxquelles appartient la névralgie faciale du trijumeau, sont répertoriées dans la classification internationale des céphalées. Les névralgies faciales et crâniennes correspondent à des douleurs associées au dysfonctionnement de certaines paires de nerfs crâniens. Toutes les paires de nerfs crâniens peuvent être touchées, mais les plus fréquentes sont les suivantes :

  • La névralgie faciale du trijumeau est associée à des douleurs de la cinquième paire de nerfs crâniens, le nerf trijumeau;
  • La névralgie du glosso-pharyngien qui concerne la neuvième paire de nerfs crâniens.

À savoir ! Il existe 12 paires de nerfs crâniens, des nerfs qui émergent directement à partir du tronc cérébral : le nerf olfactif, le nerf optique, le nerf oculomoteur, le nerf trochléaire (qui innerve un muscle oculaire), le nerf trijumeau, le nerf ophtalmique, le nerf maxillaire, le nerf mandibulaire, le nerf abducens (qui innerve un muscle oculaire), le nerf facial, le nerf intermédiaire, le nerf auditif, le nerf glossopharyngien, le nerf vague, le nerf accessoire et le nerf hypoglosse. Certains ont un rôle moteur, d’autres un rôle sensoriel et enfin les derniers ont un rôle à la fois moteur et sensoriel.

système nerveux central et ses douze paires de nerfs crâniens

La névralgie faciale du trijumeau est provoquée par un dysfonctionnement au niveau du nerf trijumeau, qui exerce des fonctions à la fois sensitives et motrices. Généralement, un seul nerf de la paire de nerfs crâniens est atteint. En temps normal, le nerf trijumeau participe à la motricité des muscles de la mastication et à la sensibilité de la peau du visage. Il possède trois branches différentes, innervant des territoires spécifiques.

La névralgie résulte généralement d’une compression anormale du nerf, mais elle peut aussi être essentielle, c’est-à-dire sans mécanisme pathologique identifié. Le dysfonctionnement du nerf crânien provoque des décharges électriques dans le territoire innervé par le nerf et entraîne ainsi des douleurs. Les causes de la névralgie faciale du trijumeau sont :

  • Aucune cause retrouvée pour les névralgies idiopathiques essentielles ;
  • Le trajet anormal d’une artère au niveau de l’insertion crânienne du nerf (cas fréquent chez l’adulte) ;
  • Des lésions neurologiques consécutives à une sclérose en plaques ;
  • Une compression tumorale ;
  • Une malformation artérioveineuse à l’origine d’une anomalie de connexion entre les réseaux veineux et artériels ;
  • Un anévrisme au niveau d’une artère irrigant le nerf trijumeau.

La névralgie faciale du trijumeau peut survenir à tous les âges de la vie, même si les enfants sont plus rarement touchés. Elle est relativement rare, avec une incidence de 5 cas pour 100 000 chaque année. L’incidence tend à augmenter avec l’âge, après 50 ans. Les femmes sont globalement plus concernées que les hommes par cette atteinte.

Quels symptômes ?

Les décharges électriques dans le territoire innervé par le nerf trijumeau sont responsables de symptômes caractéristiques :

  • Des douleurs très vives, faisant penser à une décharge électrique, sur une courte durée (de l’ordre de quelques secondes) ;
  • Soit répétitives (jusqu’à cent fois par jour), soit lancinantes ;
  • Apparaissant spontanément, suite à une pression cutanée (appui) ou au moment d’une activité quotidienne (mastication, brossage des dents, parole, rire, mimique) ;
  • Au niveau de la partie inférieure du visage : joues, proximité du nez, mâchoire, lèvres, langue ;
  • Généralement d’un seul côté du visage.

La répétition de ces douleurs a tendance à entraîner des contractures des muscles du visage, pouvant donner l’impression d’un tic. L’impact sur la qualité de vie est important, avec une douleur qui devient rapidement insupportable et gêne les activités quotidiennes. Le sujet peut même se forcer à garder le visage immobile pour réduire les douleurs.

Après quelques temps, les douleurs ont tendance à céder d’elles-mêmes, mais les récidives sont fréquentes, même après une longue période d’accalmie.

Diagnostic et traitements de la Névralgie faciale (du trijumeau)

Quel diagnostic ?

Devant l’intensité et la répétition des douleurs, le sujet atteint de névralgie du trijumeau consulte de lui-même souvent rapidement son médecin. Les signes cliniques sont généralement caractéristiques et évocateurs d’une névralgie faciale du trijumeau.

Cependant, la démarche diagnostique doit écarter toutes les autres causes possibles de douleur faciale, notamment :

  • Des migraines ;
  • Des pathologies de la mâchoire ;
  • Une atteinte des sinus ;
  • Une maladie dentaire ;
  • La neuropathie du trijumeau, une atteinte neurologique à l’origine de douleurs, de picotements au niveau du visage et des troubles du goût (dysgueusie).

L’examen clinique effectué par le médecin est généralement normal, notamment sur le plan musculaire, cutané et neurologique.

Aucun examen complémentaire ne permet de confirmer le diagnostic de névralgie du trijumeau. Le médecin peut prescrire une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) cérébrale pour rechercher une cause à la névralgie : recherche d’une tumeur, d’une maladie neurologique ou d’une anomalie vasculaire. D’autres examens peuvent alors compléter le diagnostic :

  • Des bilans sanguins ;
  • Une ponction lombaire, par exemple pour écarter une sclérose en plaques.

Quels traitements ?

Traitement de la Névralgie facialeLa névralgie faciale du trijumeau nécessite en premier lieu un traitement antalgique, pour soulager les douleurs très intenses du patient. Les médicaments antalgiques classiques, comme le paracétamol ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont le plus souvent inefficaces sur ce type de douleur. Le traitement médicamenteux repose donc sur d’autres médicaments agissant sur les douleurs de type névralgie :

Si la cause de la névralgie est identifiée et que les médicaments prescrits sont insuffisamment efficaces, une intervention chirurgicale peut être conseillée. Cette opération a pour objectif de supprimer la compression du nerf trijumeau par une artère (décompression vasculaire) ou une tumeur.

À savoir ! Une intervention chirurgicale au niveau du nerf trijumeau nécessite une incision de la partie arrière du crâne et la création d’une petite brèche crânienne, le tout sous anesthésie générale. Le chirurgien accède à la partie inférieure du cerveau derrière laquelle se trouve l’insertion du nerf trijumeau, où il agit pour lever la compression sur le nerf.

Si le traitement médicamenteux est inefficace et la chirurgie impossible ou non-indiquée (par exemple lorsque la cause de la névralgie reste inconnue), il est possible d’injecter un produit anesthésiant directement au niveau du nerf trijumeau pour supprimer temporairement son dysfonctionnement. Ce blocage du nerf trijumeau peut aussi être envisagé de manière définitive, en sectionnant le nerf chirurgicalement ou par rayonnement, en le comprimant ou en le détruisant chimiquement.

La chirurgie de la névralgie faciale du trijumeau est généralement efficace pour soulager les douleurs du patient, mais selon la technique utilisée les douleurs peuvent réapparaître chez un certain nombre de patients.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Migraine, névralgie du trijumeau et algies de la face. Collège des Enseignants de Neurologie. cen-neurologie.fr. Consulté le 22 mars 2021.
– Névralgie du trijumeau (Tic Douloureux). msdmanuals.com. Consulté le 22 mars 2021.