Soignons le sport féminin

Jan 24, 2017 par

Soignons sport féminin

A l’occasion de la Journée Mondiale du Sport Féminin en ce 24 janvier, Santé sur le Net a eu l’occasion d’interviewer Marie-Françoise Potereau, présidente de l’association Femix’Sports. Ancienne cycliste de haut niveau et conseillère interfédérale, elle nous dresse le bilan de l’état du sport féminin actuel en France.

« Il est certain que les stéréotypes sexistes spécifiques au sport ont encore un impact non négligeable sur les femmes qui souhaitent aujourd’hui pratiquer un sport, notamment lorsqu’il s’agit d’une discipline traditionnellement désignée comme « masculine ». »

Marie-Françoise Potereau,
présidente de Femix’Sports.

Femix’Sports, une association engagée

En 2000, création de Femix’Sports à la suite des Premières Assises du Sport Féminin avec l’appui de Marie-Georges Buffet. Cette association œuvre pour plus d’égalité entre hommes et femmes dans la pratique du sport, ainsi qu’une « meilleure représentation des femmes dans le sport ». Son objectif majeur est « la promotion de la mixité dans le sport, où les femmes sont encore minoritaires ». Pour y arriver, avec l’aide de partenaires institutionnels et privés, Femix’Sports mène « des actions ciblées et efficaces », diffuse « les connaissances académiques et empiriques sur la thématique » et produit « des outils innovants en matière d’égalité homme-femme dans le sport ». A ce jour, c’est la seule association qui se consacre à cette thématique.

Leurs actions se divisent en quatre grands pôles d’activités :

  • « L’organisation de formations dirigeantes pour toutes les structures sportives » dans le but de « favoriser l’accès des femmes aux postes dirigeants du sport, et les aider à s’engager vers ce type de responsabilités » ;
  • L’organisation ou le partnering de « nombreux événements dédiés au sport féminin » : depuis quatre ans, l’association est impliquée dans l’événement « 4 Saisons du Sport Féminin » lancé en 2014 par le CSA pour augmenter l’exposition médiatique des pratiques sportives féminines ;
  • La participation à de « nombreuses conférences consacrées aux enjeux essentiels du sport féminin en qualité d’intervenants, d’animateurs voire de co-organisateurs » dans l’objectif de diffuser les savoirs et produire les connaissances ;
  • La « promotion du sport féminin et de lutte contre les stéréotypes sexistes » avec des « activités de communication des événements et exploits sportifs féminins » sur leurs sites et réseaux sociaux : Femix’Sports est notamment partenaire de l’initiative « Coup de Sifflet contre les Préjugés Sexistes ! ».

Le sport féminin, des efforts encore insuffisants

Depuis plusieurs années, il y a eu « en France, un travail important (…) mené en direction des Fédérations sportives et de leur féminisation ». En 2012, « la feuille de route du comité interministériel en faveur de l’égalité hommes-femmes » proposait une « série de mesures spécifiques applicables dans le sport ».

Mais, les études qui ont été réalisées par le Ministère des Sports ou le CSA, montrent une situation actuelle peu satisfaisante : l’état du sport féminin n’est pas encore suffisamment mis en avant. L’accès des femmes aux postes de dirigeantes et techniques du sport n’a pas beaucoup progressé. Par exemple, seule une femme est aujourd’hui présidente d’une fédération sportive en France. De plus, si la médiatisation des épreuves féminines a doublé de 2012 à 2014 passant de 7 % à 14 %, cela reste très faible. Marie-Françoise Potereau souligne même qu’« il existe encore un écart entre le nombre de licences masculines et féminines, ces dernières représentant 38 % des licences ».

De nouvelles initiatives pour soigner le sport féminin

Femix’Sports est aujourd’hui soutenue par le Ministère de la Santé. Leur préoccupation majeure est la place de la femme dans le sport, mais également le bénéfice du sport sur la santé féminine. De manière globale, l’activité physique régulière a un impact positif sur la santé de chacun et permet notamment de « prévenir l’apparition de maladies chroniques, d’améliorer la forme musculaire et les capacités cardio-respiratoires ».

Selon la présidente de l’association, « le lien entre pratique sportive féminine et santé se fait plutôt en termes de nouvelles offres, centrées entre autres sur la santé ». Ainsi, fruit de nombreuses réflexions sur les manières innovantes de stimuler et de penser le sport féminin, le concept de « sport-santé » se concentre par exemple sur le « bien-être et la santé physique, psychologique et sociale ». Plusieurs initiatives ont alors vu le jour pour faciliter l’accès au sport dans la population féminine, portées par des fédérations sportives, mais aussi par des joueuses professionnelles :

  • « Lors de la dernière journée Sentez-Vous Sport (organisée par le CNOSF – Centre National Olympique Sportif Français), la basketteuse Emmeline N’Dongue a présenté le « basket-santé », pratique adaptée selon les besoins de chacun et centrée sur le bien-être. Celle-ci serait proposée à des publics minoritaires, y compris les femmes » ;
  • « La boxeuse Sarah Ourahmoune, récente médaillée d’argent aux Jeux de Rio, a mis en place un service de garderie sur l’un des cours proposés par sa structure (…), afin de permettre aux mères qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants de pratique la boxe sans contrainte ».

Pour conclure, en France, le sport devient de plus en plus accessible depuis plusieurs années, grâce à de nombreuses initiatives. La présidente Marie-Françoise Potereau souhaiterait d’ailleurs adresser un message aux femmes qui pratiquent ou souhaiteraient pratiquer un sport :

« Cherchez une discipline qui vous plaît, et osez ! »


Simone VA., Rédactrice


Interview réalisée auprès de la présidente de Femix’Sports, Marie-François Potereau, le 20 janvier 2017

Simone VA.
Rédactrice et Assistante Webmarketing.
Immergée dans le secteur de la e-santé depuis plus d’un an.
Passionnée de sport et d’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.