Statines, le vrai du faux sur leurs effets indésirables

Mar 19, 2021 par

Les statines, l’une des classes de médicaments hypocholestérolémiants la plus prescrite, sont décriées depuis quelques années en raison de leurs effets indésirables, notamment musculaires. Cette remise en question a entraîné une réduction des prescriptions et une vague de doute chez les patients. Or aujourd’hui, une étude vient remettre en cause l’impact de ces effets indésirables des statines. Explications.

Statines et effets indésirables

Statines et effets indésirables

Les statines appartiennent à l’arsenal thérapeutique destiné à lutter contre l’excès de cholestérol, et en particulier de mauvais cholestérol, le fameux LDL-cholestérol. Très largement prescrites chez les patients présentant un risque cardiovasculaire élevé ou chez les patients ayant des antécédents d’accidents cardiovasculaires, les statines ont fait l’objet d’un vaste débat il y a quelques années, en raison de certains de leurs effets secondaires, des effets musculaires importants.

En effet, les statines présentent différents effets indésirables, répertoriés lors des essais cliniques puis des suivis de pharmacovigilance :

  • Des troubles gastro-intestinaux, notamment une constipation et des nausées ;
  • Des troubles hépatiques avec une augmentation des enzymes hépatiques, voire la survenue d’une hépatite ;
  • Une atteinte neurologique, marquée par des troubles neurologiques périphériques, voire des douleurs articulaires ;
  • Des troubles musculaires caractérisés par des douleurs musculaires, une fatigue musculaire et des crampes. Dans les formes les plus sévères, ces troubles peuvent entraîner une véritable destruction des tissus musculaires (la rhabdomyolyse) parfois à l’origine d’une insuffisance rénale.

Des effets musculaires parfois graves

Si la plupart de ces effets secondaires sont bénins et cessent au fil des semaines, certains nécessitent un arrêt du traitement. Des décès liés aux effets musculaires ont été recensés et ont même nécessité l’arrêt de commercialisation de certaines statines. Face à de telles situations, de nombreux patients, mais aussi une partie de la communauté médicale, se sont interrogés sur l’intérêt d’un tel traitement et sur le rapport entre le bénéfice du traitement et les risques encourus.

Différents travaux scientifiques ont été menés et ont notamment conduit à limiter la prescription des statines après l’âge de 75 ans. Si ces médicaments ne sont pas contre-indiqués au-delà de cet âge, les spécialistes considèrent que les risques encourus peuvent devenir supérieurs au bénéfice attendu en termes d’années de vie supplémentaires, pour les patients ayant un taux de cholestérol modéré. Chaque situation doit être évaluée par le médecin, en fonction du risque cardiovasculaire et des effets indésirables du patient.

Une surveillance systématique des effets secondaires

Si l’impact des effets secondaires a durant les dernières années jeté un doute sur l’intérêt des statines, une récente étude pourrait raviver le débat. Des chercheurs britanniques ont suivi 200 patients, d’âge moyen 69,5 ans présentant des troubles musculaires en lien avec un traitement à base de statines. Pendant une année, ils ont reçu de manière aléatoire sur des périodes de deux mois, soit une statine, soit un placebo.

A l’issue de l’étude, les chercheurs ont montré une absence de différence significative entre les patients traités par statine ou placebo sur :

  • Les troubles musculaires ;
  • L’impact de ces troubles sur la vie quotidienne.

Le taux d’arrêt de traitement était similaire entre les deux groupes de patients.

Une telle étude suggère que les statines n’entraîneraient statistiquement pas plus de troubles musculaires qu’un placebo. Une bonne nouvelle pour les quelques six millions de Français traités par statines. Dans tous les cas, une surveillance des effets secondaires reste nécessaire tout au long du traitement. Si des troubles musculaires apparaissent, un bilan sanguin doit être systématiquement effectué pour envisager si besoin un arrêt du traitement.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Cholestérol : Faut-il arrêter la prise préventive de statines après 75 ans ? inserm.fr. Consulté le 16 mars 2021.
– Statines. pharmacomedicale.org. Consulté le 16 mars 2021.
– Statin treatment and muscle symptoms: series of randomised, placebo controlled n-of-1 trials. bmj.com. Consulté le 16 mars 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.