Tabagisme passif dans l’enfance, polyarthrite rhumatoïde à l’âge adulte

Jul 28, 2017 par

En France, environ 200 000 personnes sont atteintes d’une polyarthrite rhumatoïde, maladie auto-immune inflammatoire. Les causes précises restent inconnues, même si des facteurs environnementaux semblent être impliqués dans le développement de la maladie. Parmi ces facteurs, le tabagisme passif dans l’enfance pourrait constituer un aspect déterminant.

Influence du tabagisme passif sur le développement de la polyarthrite rhumatoïde

Tabagisme passif et santé

Si plus de 75 % des personnes se déclarent incommodées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif sont largement sous-estimés par la population. Pourtant, les études scientifiques démontrent clairement qu’il comporte des risques réels pour la santé et les spécialistes estiment que 3 000 non-fumeurs meurent chaque année prématurément de maladies provoquées par le tabagisme passif.

Le tabagisme passif est toxique à la fois dans les environnements fermés et les lieux ouverts. Il peut aggraver des pathologies existantes ou en créer de nouvelles. Chez le nourrisson et le jeune enfant, les principales répercussions du tabagisme passif sont :

  1. Une irritation des yeux, du nez et de la gorge ;
  2. Une fréquence accrue des rhinopharyngites et des otites ;
  3. Une augmentation du risque d’asthme et d’infections respiratoires (pneumonies, bronchites) ;
  4. Une diminution du développement des poumons ;
  5. Un risque accru de mort subite du nourrisson.

Chez les adultes, le tabagisme passif est reconnu comme un facteur de risque de plusieurs maladies graves :

  1. Un risque majoré de 27 % d’avoir une crise cardiaque ;
  2. Un risque majoré de 25 % de développer un cancer du poumon ;
  3. Un doublement du risque de cancer des sinus de la face ;
  4. Un doublement du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

A savoir ! Le tabagisme passif peut aussi concerner le fœtus dans le ventre de sa mère, si cette dernière est une fumeuse active ou passive. Les principaux risques encourus pour le fœtus sont une augmentation du risque de fausse couche, de grossesse extra-utérine et d’accouchement prématuré, un retard de développement fœtal ou encore un faible poids de naissance.

Polyarthrite rhumatoïde et facteurs environnementaux

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune inflammatoire, dont l’origine reste inconnue à ce jour.

Les études scientifiques menées pour déterminer les causes exactes de cette pathologie semblent néanmoins montrer que plusieurs facteurs sont nécessaires pour déclencher le dérèglement du système immunitaire à l’origine des symptômes de la maladie. Parmi ces facteurs, certains ont d’ores et déjà pu être identifiés :

  1. Une prédisposition génétique ;
  2. Un choc psychologique (deuil, séparation, accouchement, …) ;
  3. Des facteurs hormonaux ;
  4. Des facteurs environnementaux, notamment l’exposition à des microparticules, à la pollution ou au tabac.

Si le tabagisme représente un facteur de risque de développer la polyarthrite rhumatoïde, quelle est l’influence du tabagisme passif sur la survenue et la progression de la maladie ? Une récente étude, dont les résultats ont été présentés lors du dernier Congrès Européen de Rhumatologie, met en évidence pour la première fois un lien entre le tabagisme passif durant l’enfance et le risque de polyarthrite rhumatoïde.

Un lien avec le tabagisme passif

Des données sur 70 598 femmes nées entre 1925 et 1950 ont été analysées et révèlent que l’exposition au tabagisme passif durant l’enfance augmente significativement à l’âge adulte le lien entre tabagisme actif et risque de polyarthrite rhumatoïde.

Ainsi, chez les fumeuses ayant été exposées au tabagisme passif au cours de l’enfance, le risque de développer la maladie est multiplié par 1,73 par rapport aux non-fumeuses non exposées au tabac pendant l’enfance. Le risque est multiplié par 1,37 chez les fumeuses actives, non exposées au tabagisme passif durant l’enfance. Une exposition au tabac à la fois pendant l’enfance et à l’âge adulte s’avère ainsi la combinaison la plus risquée vis-à-vis de la polyarthrite rhumatoïde.

Pour les auteurs de l’étude, le tabagisme passif au cours de l’enfance constituerait un événement externe qui favoriserait l’apparition de l’auto-immunité, précédant les signes cliniques de la maladie qui n’apparaîtraient qu’à l’âge adulte. Tabagisme actif comme passif sont donc à proscrire, et ce dès le plus jeune âge !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Le tabagisme passif. Brochure d’information. INPES. – Consulté le 07 juillet 2017.
– New study shows for first time link between passive smoking in childhood and rheumatoid arthritis. European League Against Rheumatism. 2017 June 16.
– Passive smoking in childhood and history of chronic diarrhoea increases the risk of developing rheumatoid arthritis (RA). Seror, R and al. 2017. Annals of the Rheumatic Diseases, volume 76(S2) : 160. Abstract Number: OP0253.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.