Travail au bureau versus télétravail !

Aug 9, 2019 par

Six salariés français sur dix souhaiteraient pratiquer davantage le télétravail selon les pouvoirs publics. Dans la réalité, et selon l’observatoire du travail, ce sont seulement entre 7% et 18% des professionnels qui pourraient s’accorder cette pratique dans l’Hexagone. Quels sont les inconvénients du travail en open space et la balance bénéfice/risque du télétravail ? Santé sur le Net a mené l’enquête.

télétravail

Trop de promiscuité dans les open space nuit à la communication et à la créativité

Manque d’intimité, réunion à répétition ou de dernières minutes, collègues bruyants, difficultés à se concentrer sur des tâches précises… les salariés  déplorent de plus en plus leurs conditions de travail dans les open space.

Pour preuve, en l’espace de 6 ans, entre 2008 et 2014, le nombre d’américains se plaignant de ne plus pouvoir se concentrer au travail a augmenté de 18% selon une étude de la Harvard Business Review.

A l’échelle du globe, ce sont d’ailleurs les Français, les Belges, les Allemands et les Espagnols qui sont les plus contrariés face à ces conditions de travail dans de grands espaces ouverts ou fermés partiellement.

Finalement, ces open space engendreraient chez les professionnels une perte de créativité et de communication.

À savoir ! Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) (source : ministère de l’Economie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics). Les TIC et les transmissions Internet haut débit généralisées sur tout le territoire, permettent de travailler à distance tout en étant relié au bureau par téléphone fixe ou portable, ordinateur, modem, télécopieur, webcam, mais aussi le développement de logiciels performants comme ceux liés aux Knowledge Management.

Les avantages du home office

Au regard des statistiques, seulement 8% à 17,7% des salariés français peuvent bénéficier du télétravail dans lequel le salarié est à son domicile ou dans un espace de co-working. Les dirigeants d’entreprises peinent à développer le télétravail pour plusieurs raisons comme le coût associé à sa mise en place et la crainte de perdre la notion d’encadrement et de management.

A Savoir ! On recence actuellement en France, 728 lieux de co-working dont 218 en Ile-de-France, selon la Carte du coworking.

C’est bien en deçà de la moyenne européenne qui frôle les 20%. Dans les pays scandinaves, ce taux atteindrait même les 30 % à 35 %.

Ces données semblent encore trop faibles quand on connait les avantages du télétravail, à domicile ou dans un espace de co-working :

  • Réduction de la fatigue et de la perte de temps lié au temps de déplacement dans les transports en commun ou en voiture ;
  • Accèssibilité au travail pour certaines personnes en situation de handicap, aux aidants familiaux ou aux individus souffrant d’une maladie chronique.

Enfin, toutes ces contraintes liées au déplacement physique des travailleurs pourraient faire gagner aux entreprises françaises jusqu’à 123 milliards d’euros d’ici 2030 grâce à :

  • Une augmentation de 5 à 30 % de la productivité des travailleurs ;
  • Une baisse d’absentéisme de 20 % par une hausse de la motivation des salariés,
  • Une baisse du “turn over” dans les entreprises ;
  • Une économie de surface immobilière pouvant atteindre les 30 %.

Le télétravail : quelques règles s’imposent cependant pour préserver sa santé

Même s’il comporte des avantages pour le salarié et l’employeur, le télétravail est aussi source de risques professionnels.

Ces risques sanitaires sont :

  • Physiques : l’inadaptation du matériel de télétravail et de l’ergonomie du bureau (siège de bureau, position de l’écran d’ordinateur, éclairage etc…) peut engendrer des risques physiques comme des troubles musculo-squelettiques comme des cervicalgies et lombalgies ou des troubles visuels et auditifs)
  • Psychosociaux : difficultés à mettre des limites entre vie professionnelle et privée, accumulation de stress et d’anxiété liés à des contrôles ou objectifs excessifs, appauvrissement du contact social.

À savoir ! Il existe une réglementation du travail sur écran, (décret n° 91-451 du 14 mai 1991 et circulaire DRT n° 91-18 du 4 novembre 1991). Il doit se situer à la hauteur des yeux, orientable en hauteur et latéralement, et il convient d’adopter des écrans LCD à la place des écrans cathodiques. L’écran doit être orienté perpendiculairement aux fenêtres pour limiter les reflets tout en pouvant être pivotable si des reflets subsistent.

Dans ce mode du travail à distance en plein développement, qui devrait concernet la moitié des salariés du tertiaire d’ici une dizaine d’années, les mesures préventives doivent prendre en compte à la fois les risques physiques et les risques psychosociaux.

Pour encadrer les télétravailleurs, des formations sont proposées comme celle liés à la prévention des tensions émotionnelles, à la gestion du temps de travail, aux postures de travail sur écrans ou encore, celles portant sur les risques auditifs et visuels.

Julie P., Journaliste Scientifique

– Les télétravailleurs sont plus efficaces que les employés de bureau. Influencia.net. F.thérin. Consulté le 5 août 2019.
– La prévention des risques du télétravail. Officiel Prévention-Santé et sécurité au travail. Consulté le 5 août 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.