Tuberculose : moins de cas, mais des risques réels

Feb 6, 2018 par

Dans le monde, 9 millions de personnes contracteraient chaque année la tuberculose, et 1,5 million en décèderaient selon l’Organisation Mondiale de la Santé. En France, en 2014, environ 4 800 cas ont été déclarés. Obligatoire jusqu’en 2007, le vaccin contre la tuberculose, plus connu sous le nom de BCG, n’est plus recommandé que pour certaines catégories de population et ne fait pas partie des 11 vaccins devenus obligatoires chez les jeunes enfants depuis le 1er janvier 2018.

Vaccin contre la tuberculose en France

La fin d’un vaccin obligatoire

La tuberculose est une maladie infectieuse due à une bactérie, le bacille de Koch, qui affecte principalement les poumons, mais qui peut aussi toucher d’autres organes, tels que les méninges, les os ou les ganglions. Seules les formes pulmonaires sont contagieuses et se transmettent par les gouttelettes de salive contaminées. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que le tiers de la population mondiale est infecté par le bacille de Koch, mais seulement 5 à 10 % des personnes infectées développeront la maladie, le plus souvent dans les deux premières années après l’infection.

Il existe un vaccin contre la tuberculose, plus connu sous le nom de vaccin BCG (Bacille de Calmette et Guérin, du nom des inventeurs du vaccin). En 1950, la vaccination par le BCG était devenue obligatoire pour tous les enfants de moins de 6 ans, avant leur entrée en collectivité. Le 11 juillet 2007, cette obligation vaccinale fut levée par décision ministérielle pour deux raisons principales :

  • La baisse de l’incidence de la tuberculose en France ;
  • L’arrêt de commercialisation du vaccin sous la forme d’une bague.

À savoir ! Depuis janvier 2006, le vaccin n’est plus disponible sous forme de bague. Les médecins doivent pratiquer la vaccination par la voie intradermique classique, qui est d’une part plus délicate à réaliser, et d’autre part à l’origine de fréquents effets secondaires.

Le vaccin contre la tuberculose recommandé chez certains enfants

Depuis 2007, la vaccination contre la tuberculose est restée néanmoins recommandée pour prévenir les formes graves de la maladie chez certains enfants particulièrement exposés. Ainsi le vaccin est recommandé à partir de l’âge d’un mois et jusqu’à l’âge de 15 ans chez tout enfant présentant un risque élevé de tuberculose, c’est-à-dire répondant à au moins l’une des conditions suivantes :

  • Etre né dans un pays où la tuberculose est fortement présente (Asie, Proche et Moyen-Orient, Afrique, Amérique latine, pays de l’Est) ;
  • Avoir au moins un des deux parents originaire de l’un de ces pays ;
  • Séjourner sur une période minimale d’un mois dans l’un de ces pays ;
  • Vivre dans les zones les plus touchées par la tuberculose (Ile-de-France, Guyane, Mayotte) ;
  • Avoir des antécédents familiaux de tuberculose ;
  • Vivre dans des conditions précaires.

À savoir ! Des recommandations vaccinales sont également en vigueur chez les adultes, notamment en milieu professionnel (secteur sanitaire et social) et pour les voyageurs.

Entre 1950 et 2007, environ 800 000 enfants étaient vaccinés chaque année, alors qu’actuellement seulement 100 000 enfants le sont.

Pas de résurgence, mais toujours des cas

Depuis la levée de l’obligation vaccinale, Santé Publique France est missionné pour suivre l’évolution de la tuberculose en France et la couverture vaccinale par le BCG. Si avant 2006, la couverture vaccinale avoisinait les 100 %, elle a chuté de moitié au moment de l’arrêt de commercialisation du vaccin BCG par bague en 2006. En Ile-de-France où la vaccination est recommandée chez tous les nourrissons, la couverture vaccinale était estimée à 51 % en 2008 et à près de 81 % en 2014.

En dehors de l’Ile-de-France, différentes enquêtes ont révélé une couverture vaccinale insuffisante chez les enfants à risques. Pourtant, aucune résurgence de la maladie n’a été observée. Depuis 1972, le nombre de cas de tuberculose dans la population générale diminue régulièrement, et est actuellement inférieur à 5 000 cas par an.

Mais les recommandations vaccinales visent à protéger les enfants les plus exposés des formes graves de tuberculose, en particulier les méningites tuberculeuses, qui laissent des séquelles chez plus de la moitié des enfants touchés.

La tuberculose peut encore toucher des enfants, parfois infectés par la bactérie en milieu scolaire. Ainsi, dans la région de Châtellerault, au cours des 9 derniers mois, 8 cas de tuberculose pulmonaire dont 7 enfants ont été recensés dans une école. Par ailleurs, 17 personnes seraient infectées par la bactérie, mais n’auraient pas encore développé de symptômes.

Des traitements antibiotiques existent contre la tuberculose, mais ils sont longs et peuvent entraîner des effets secondaires importants. De plus, des résistances bactériennes aux antibiotiques se développent. Le vaccin contre la tuberculose reste donc une solution efficace pour se prémunir de cette maladie qui sévit toujours en France. Une maladie que l’OMS souhaiterait voir éradiquer à l’horizon 2030 !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Tuberculose. Santé Publique France. Dossier mis à jour le 20 avril 2017.
– Le vaccin contre la tuberculose. Vaccination Info Service. Mis à jour le 19 octobre 2017.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.