Se vacciner contre le méningocoque, un geste essentiel pour se prémunir d’infections graves

Actualités Maladies auto-immunes Maladies infantiles Santé au quotidien (maux quotidiens) Vaccins

Rédigé par Estelle B. et publié le 31 août 2019

Le méningocoque est une bactérie particulièrement dangereuse, puisqu’elle peut provoquer des infections invasives graves, potentiellement mortelles. En France, environ 600 personnes sont concernées par ces infections invasives chaque année. Des vaccins sont disponibles contre les variétés les plus agressives de cette bactérie. La vaccination contre le méningocoque est un moyen de prévention efficace pour se protéger de ces infections invasives. Explications.

meningocoques-vaccination

Méningocoque, méningite et septicémie

La bactérie Neisseria meningitidis, plus communément appelée le méningocoque, est naturellement présente dans le rhinopharynx d’environ 10 % des personnes, sans provoquer aucun symptôme ou maladie. Ces personnes sont appelées des porteurs asymptomatiques. Leur proportion varie avec l’âge : 5 % chez les enfants, 24 % au début de l’âge adulte et 8 % après 50 ans.

Mais dans certains cas, le méningocoque peut être à l’origine de graves infections, appelées des infections invasives. Elles sont principalement de deux types :

De telles infections ne sont malheureusement pas rares. En 2017, 546 ont été recensées en France, à l’origine de 62 décès.

Lire aussiCalendrier vaccinal : quelles sont les nouveautés pour 2019 ?

Plusieurs vaccins et une obligation de vaccination pour tous les nourrissons

Les infections invasives à méningocoques connaissent deux pics de fréquence :

  • Un pendant les premières années de vie, en lien avec l’immaturité du système immunitaire ;
  • Un au cours de l’adolescence en raison d’une augmentation du portage.

Le méningocoque regroupe plusieurs variétés (sérogroupes). Les variétés les plus fréquemment impliquées dans les infections invasives sont les sérogroupes B et C, et dans une moindre mesure le sérogroupe W.

Face à un tel risque infectieux, il existe deux types de vaccins :

  • Un vaccin contre le méningocoque C, qui est désormais obligatoire chez tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018. La vaccination s’effectue en deux doses, une à l’âge de 5 mois et la seconde à l’âge de 12 mois. Pour les personnes nées avant le 1er janvier 2018, une dose de vaccin est recommandée jusqu’à l’âge de 24 ans.
  • Un vaccin contre les sérogroupes A, C, Y et W135 (vaccins tétravalents) est recommandé pour plusieurs catégories de personnes à risque :
    • Les personnes immunodéprimées ;
    • Les personnels de laboratoires travaillant sur le méningocoque ;
    • Les voyageurs effectuant un pèlerinage en Arabie Saoudite ou se rendant dans un pays en zone d’endémie.
       

    • Un vaccin contre le méningocoque B, recommandé dans des situations particulières, notamment lors de foyers épidémiques.

    Lire aussiMaladies infantiles : et les adultes alors ?

    La vaccination, la meilleure des protections

    Malgré l’existence de ces vaccins et les recommandations de vaccination en vigueur, la couverture vaccinale reste souvent insuffisante pour protéger les catégories de personnes les plus à risque de développer une infection invasive à méningocoque.

    Actuellement, le méningocoque est responsable de la moitié des méningites bactériennes de l’enfant. Si près de 75 % des enfants de 2 ans sont désormais vaccinés, seuls 30 % des adolescents et 15 % des jeunes adultes le sont, alors que le risque d’infection invasive existe bel et bien entre 15 et 24 ans.

    Se vacciner est capital pour prévenir une infection grave. Dans 10 à 20 % des cas, les infections invasives à méningocoque laissent des séquelles définitives (nécrose cutanée, déficit du développement nerveux, épilepsie, surdité ou troubles visuels). Dans 25 % des cas, l’infection invasive se manifeste par un purpura fulminans, associé à une mortalité de 22 %.

    Lire aussiVaccins pédiatriques : comment protègent-ils du risque de méningite ?

    Estelle B., Docteur en Pharmacie

    – MÉNINGITES ET SEPTICÉMIES À MÉNINGOCOQUES. Vaccination Info Service. Consulté le 27 août 2019.
  • Laboulle sylvie says:

    Bonjour, suite à une méningite a streptocoque le 15 mai 2020, un greffon a été posé le 29 07 2020 .une fuite de Lcr a été décelée et les imageries ne montraient pas de brèches osteomeningee. Une fuite est à nouveau survenu depuis le 12 08 2020.je suis dans le 76. Ou puis je trouver un médecin spécialiste de la brèche osteomeningee? Merci pour votre reponse

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour Sylvie,

      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Nous n’avons pas encore d’outil vous permettant de trouver facilement un médecin spécialiste d’un type d’activité très spécifique, mais nous notons cette idée pour vous faciliter l’accès à cette information plus facilement !
      En attendons nous vous conseillons de voir rapidement avec les professionnels de santé qui vous suivent actuellement, et qui vous en décelé ces fuites du LCR, ce qu’ils vous recommandent.

      Nous vous souhaitons une très bonne journée !
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.