Septicémie
La septicémie, appelée sepsis par les anglo-saxons, correspond à une infection généralisée de l’organisme associée à une réponse inflammatoire grave. Le plus souvent, ce type d’infection grave ne survient que chez des sujets dont l’état de santé est fragile. Le risque de mortalité est élevé, la septicémie provoquant par exemple autant de décès que l’infarctus du myocarde. Les spécialistes craignent un essor important de ces infections pour les années à venir, en lien avec le phénomène de vieillissement de la population.

Qu’est-ce que la septicémie ?

La septicémie, ou sepsis pour les anglo-saxons, se définit comme l’association de deux phénomènes interdépendants :

  • Une infection grave par un agent pathogène, qu’il s’agisse d’une bactérie (cas le plus fréquent), d’un virus ou encore d’un champignon ;
  • Une réaction inflammatoire généralisée à l’ensemble de l’organisme.

Le plus souvent, l’infection à l’origine de la septicémie est initialement locale, mais elle se dégrade progressivement et se propage à l’ensemble de l’organisme, une fois que l’agent pathogène a envahi la circulation sanguine. Toutes sortes d’infections locales peuvent évoluer vers une septicémie :

    • Des infections urinaires ;
    • Des infections cutanéomuqueuses ;
    • Des infections respiratoires, notamment les pneumonies ;

Dans la grande majorité des cas, la septicémie touche des catégories de personnes plus fragiles, telles que :

  • Les personnes âgées ;
  • Les personnes atteintes d’une maladie chronique (diabète, cirrhose hépatique, …) ou aigüe grave ;
  • Les personnes dont le système immunitaire est altéré (chimiothérapie, cancer, traitement immunosuppresseur, infection par le VIH, …) ;
  • Les personnes porteuses de matériel médical (sonde, cathéter, prothèses, valves cardiaques, …) ;
  • Les nourrissons ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les usagers réguliers de drogues ;
  • Les personnes atteintes d’infections chroniques persistantes malgré les traitements antibiotiques.

Certaines septicémies, liées à des agents pathogènes particuliers, peuvent survenir chez des sujets jeunes, en bonne santé. C’est notamment le cas des syndromes de choc toxique liés à l’utilisation de tampons hygiéniques chez les femmes ou des méningites bactériennes à purpura fulminans chez les jeunes enfants.

La septicémie est associée à un risque de mortalité important. D’après les estimations, la septicémie serait à l’origine de 6 millions de décès chaque année dans le monde, soit un décès toutes les 5 secondes ! Ces chiffres devraient sans doute évoluer à la hausse au cours des prochaines décennies, en raison du vieillissement de la population. Compte tenu de sa gravité et de son évolution, la septicémie a ainsi été reconnue en 2017 priorité de santé publique au niveau mondial par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).