Covid-19 : Une vaccination surveillée de près

Jan 22, 2021 par

Très attendue, la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19 a enfin démarré sur notre territoire le 27 décembre dernier. Si les règles relatives à l’utilisation des produits de santé sont rigoureusement respectées, les vaccins anti-Covid-19 font également l’objet d’une surveillance toute particulière. L’objectif étant d’identifier les effets indésirables potentiels qui ne seraient pas survenus lors des essais cliniques.

Une surveillance à toutes les étapes de la vaccination

Avant de procéder à la vaccination d’un patient, le professionnel de santé est tenu de vérifier l’absence de contre-indications temporaires ou définitives à un tel acte. Il s’en assure à travers le questionnaire préalablement rempli par le patient.

À savoir ! La Haute Autorité de Santé déconseille l’administration du vaccin pendant la grossesse (sauf si un risque élevé de forme grave a été identifié lors de la consultation pré-vaccinale). Elle estime en effet que les données de tolérance disponibles à l’heure actuelle sont encore insuffisantes pour informer correctement sur les risques de la vaccination pendant la grossesse.

Le professionnel de santé détermine ensuite le bénéfice/risque de la vaccination anti-Covid-19 et vérifie en particulier les antécédents d’allergie du patient, les éventuels épisodes infectieux en cours ainsi que la dernière date de vaccination antigrippale.

À savoir ! Un délai d’au moins 3 semaines doit être respecté entre la vaccination antigrippale et la vaccination anti-Covid-19.

Le professionnel de santé fournit enfin au patient tous les éléments d’informations sur la vaccination nécessaires afin qu’il puisse prendre sa décision en toute connaissance de cause.

Après avoir été vacciné, le patient est surveillé pendant une quinzaine de minutes en raison du risque de réaction allergique, dont la manifestation la plus sévère est le choc anaphylactique.

S’agissant de la seconde injection, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a analysé le risque de rallongement du délai de la deuxième piqûre pour le vaccin Pfizer. Elle  a finalement estimé que le délai d’administration de la seconde dose pouvait être envisagé entre 21 et 42 jours. Vues les circonstances particulières actuelles, l’Agence souhaite en effet élargir la couverture vaccinale des personnes prioritaires. Le délai recommandé entre les deux injections est donc désormais de 28 jours. Ce délai n’est pas porteur de risque et n’occasionnera pas une perte d’efficacité de la vaccination anti-Covid-19.

À savoir ! Le rallongement du délai ne concerne pas les personnes placées en EHPAD et en unités de soins de longue durée.

Des effets secondaires majoritairement sans gravité

Comme c’est le cas pour n’importe quelle vaccination, des effets secondaires mineurs peuvent être ressentis par les personnes vaccinées contre la Covid-19. Douleur au point d’injection, rougeur, œdème, maux de tête, fatigue ou fièvre, ces effets indésirables sont certes désagréables mais ne présentent aucun caractère de gravité. Quelques heures ou quelques jours suffisent à les faire disparaître.

En revanche, dans de rares cas, certains effets indésirables plus importants (comme des réactions allergiques ou des ganglions) peuvent apparaître après la vaccination. Ils doivent impérativement faire l’objet d’un signalement dans le cadre du dispositif spécifique de surveillance renforcée des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19 mis en place par l’ANSM.

À savoir ! Lorsqu’un nouveau médicament ou vaccin est commercialisé, tous les effets indésirables afférents ne sont pas forcément connus. C’est le cas des effets secondaires rares ou retardés. D’où l’intérêt du dispositif de pharmacovigilance chargé de suivre et d’analyser le produit tout au long de sa vie.

Vaccination Covid-19 : Signalement des effets indésirables éventuels

La campagne de vaccination contre la Covid-19, a été l’occasion pour l’ANSM de mettre en place un dispositif spécifique de surveillance renforcée des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19.

Ainsi, tout effet indésirable (immédiat ou retardé), survenu à la suite d’une vaccination anti-Covid-19,  pourra être signalé par les professionnels de santé et par les patients sur le site signalement-sante.gouv.fr.

À savoir ! En cas de ressenti d’un effet indésirable grave ou inattendu, le patient doit immédiatement contacter un médecin ou le signaler à un pharmacien.

Dans cette optique, l’ANSM a élaboré un guide à destination des personnes vaccinées et de leur entourage. Ce document visant à faciliter la déclaration et expliquer la marche à suivre pour le signalement, est téléchargeable sur le site du Ministère des solidarités et de la santé.

Les signalements seront ensuite transmis au centre régional de pharmacovigilance (CRPV) concerné où un médecin/pharmacien expert évaluera sa gravité ainsi que le lien éventuel avec le vaccin. Il pourra au besoin contacter le patient ou son médecin traitant pour obtenir un complément d’informations. Le secret médical ainsi que la confidentialité des données à caractère personnel seront bien évidemment de mise.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Vaccination contre la Covid-19 : une surveillance renforcée. ameli.fr. Consulté le 19 janvier 2021.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.