Bientôt des aliments moins sucrés ?!

Feb 8, 2018 par

Pas un jour ne passe sans que ce message ne nous soit adressé : nous mangeons trop de sucre ! Les initiatives se multiplient pour inciter chacun à réduire sa consommation quotidienne de sucre et d’aliments sucrés (les sucres libres notamment). Dans ce contexte, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est lancée un nouveau défi : inciter les industriels de baisser le taux de sucre dans les aliments !

Aliments - sucres libres

Une alimentation trop riche en sucres libres

Le message est clair et maintes fois répété : les Français consomment trop de sucre. Et cette tendance commence dès l’enfance, comme en témoignent les résultats d’une étude publiée en 2017. A partir de l’étude individuelle et nationale des consommations alimentaires réalisée en 2006 et 2007, les apports nutritionnels de 1 380 enfants et 1 719 adultes ont été analysés.

Les résultats ont mis en évidence que les apports en sucre libre représentaient en moyenne respectivement 14,7 et 9,5 % des apports énergétiques des enfants de 3 à 17 ans et des adultes de 20 à 75 ans. Ainsi, 83 % des enfants et 41 % des adultes auraient une consommation quotidienne de sucre libre supérieure aux recommandations de l’OMS. Ce pourcentage diminue progressivement avec l’âge, de 92 % pour les 3 – 6 ans à 41 % chez les adultes. Aucune influence du sexe n’a pu être démontrée, hormis chez les 3 – 6 ans très consommateurs de sucre libre qui sont majoritairement des garçons.

L’OMS recommande que les apports en sucres libres ne dépassent pas 10 % des apports énergétiques quotidiens, chez les enfants et chez les adultes, avec un idéal autour de 5 %. Les sucres libres désignent :

  • Les sucres simples (glucose, saccharose… ) ajoutés aux aliments par les fabricants, les cuisiniers ou les consommateurs ;
  • Les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops et les jus de fruits.

En revanche, les sucres des fruits entiers et des légumes ne sont pas inclus dans cette définition.

De la responsabilité des consommateurs…

Parmi les solutions les plus fréquemment envisagées pour réduire la consommation quotidienne de sucres libres, le changement des habitudes alimentaires est de loin la principale. Dans l’étude précédemment citée, un second volet consistait à proposer une nouvelle alimentation aux forts consommateurs de sucres libres.

Les résultats ont montré que l’adoption de nouvelles règles alimentaires était d’autant plus facile chez les enfants plus âgés que chez les plus jeunes. En demandant aux participants de l’étude de réduire leur consommation de sucres libres, les comportements suivants ont été observés :

  • Une diminution des produits sucrés, des boissons sucrées et des jus de fruits ;
  • Une augmentation des apports en eau de boisson, en fruits, en légumes et en féculents ;
  • Une augmentation de la consommation de produits laitiers (lait et laitages) chez les enfants de 7 à 11 ans ;
  • Une légère augmentation de la consommation de poissons quel que soit l’âge ;
  • Une consommation plus importante de viande chez les enfants (3 à 17 ans) mais plus faible chez les adultes.

Certains participants sont ainsi parvenus à réduire leur consommation de sucres libres de 30 g par jour. Néanmoins, une certaine proportion de personnes n’adhérait pas à ces changements alimentaires, en particulier les jeunes enfants :

  • 40 % chez les enfants de 3 à 6 ans ;
  • 9 % chez les 7 – 11 ans ;
  • 11 % chez les 12 – 17 ans ;
  • 0,1 % chez les adultes.

… à celle des industriels

L’épidémie de surpoids et d’obésité dans les pays industrialisés est largement imputable à la consommation excessive de sucres libres. Réduire ces apports est donc un enjeu majeur de santé publique, qui repose non seulement sur une prise de conscience des consommateurs, mais aussi sur des changements de pratiques des industriels. Ces derniers ont justement fait l’objet d’un récent rapport de l’OMS, qui a examiné les raisons qui incitent les fabricants à ajouter des sucres libres dans leurs produits.

Plusieurs raisons sont invoquées par les industriels pour l’ajout de sucres libres, notamment :

  • Le sucre est associé à la douceur pour le consommateur ;
  • Le sucre est un ingrédient peu coûteux et facilement disponible ;
  • Le sucre possède des propriétés essentielles dans la fabrication de certains produits ;
  • Les consommateurs sont parfois inquiets vis-à-vis de certains édulcorants artificiels ;
  • Les consommateurs ont le choix des produits sucrés ou non.

Pour inciter les industriels à changer leurs pratiques en réduisant les sucres libres des produits alimentaires, l’OMS préconise une série de mesures :

  • Des restrictions sur le marketing des produits alimentaires destinés aux enfants ;
  • Un étiquetage facile à comprendre pour le consommateur ;
  • Une politique de prix adaptée au taux de sucres libres ;
  • Des normes minimales pour les repas scolaires ;
  • La modification de la composition des aliments.

Certaines de ces mesures existent déjà en France, notamment le logo Nutri-score ou les recommandations sur la composition des repas scolaires. Industriels et consommateurs sont désormais appelés à unir leurs forces pour lutter contre la surabondance du sucre et ses conséquences.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Enfants et adultes forts consommateurs de sucres libres en France : quels changements alimentaires pour respecter les recommandations nutritionnelles ? Maillot, M. and al. 2017. Cahiers de nutrition et de diététique 52S : S66-S79.
– Les acteurs de la filière alimentaire sont mis au défi de réduire la teneur en sucre des aliments. OMS Europe. Communiqué de presse. 5 janvier 2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.