Excès de sucre = danger pour la santé mentale des hommes !

Aug 31, 2017 par

Tout le monde le sait, consommer du sucre à outrance entraîne inévitablement une prise de poids et l’altération de la santé bucco-dentaire. Cependant, les dangers du sucre ne s’arrêtent pas là puisqu’en consommer trop pourrait augmenter le risque pour les hommes de développer des troubles mentaux à long terme. C’est ce que démontre une nouvelle étude britannique dont les résultats ont été publiés dans le journal Scientific Reports. 

Excès de sucres sur la santé des hommes

Le sucre en question

Il est communément admis qu’une consommation excessive de sucre augmente le risque de développer de nombreux problèmes de santé, parmi lesquels l’obésité, le diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et les problèmes dentaires.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de limiter les apports en sucres libres à moins de 10% des calories quotidiennes (soit 50 grammes) dans un objectif de santé publique et suggère d’abaisser ce seuil à 5% pour « des bénéfices santé additionnels ».

A savoir ! Selon l’OMS, les « sucres libres » regroupent les monosaccharides (tels que le glucose et le fructose) et les disaccharides (tels que le saccharose ou sucre de table) « qui sont ajoutés aux aliments par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur, ainsi que les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les concentrés de fruits ».

Mais la réalité est toute autre vu qu’en moyenne un britannique absorbe 68 grammes de sucres par jour et un américain 65 grammes par jour. D’après l’ANSES, les Français ne sont pas en reste vu qu’ils consomment en moyenne 80 grammes de sucres par jour (hors lactose et galactose) !

Dans ce contexte, des études antérieures avaient déjà étudié le lien entre une consommation importante de sucres et le risque de dépression. Cependant, les auteurs de ces précédentes études avaient conclu que les troubles mentaux étaient à l’origine d’une consommation plus importante en sucres et non le contraire.

Dans le cadre de cette nouvelle étude menée à l’Institut de santé publique de l’University College de Londres, l’auteur Anika Knüppel et son équipe ont souhaité savoir si la consommation de sucres pouvait avoir un réel impact sur le développement de maladies mentales.

Excès de sucres et santé mentale

Afin de mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont analysé les résultats du suivi à long terme de la cohorte Whitehall Study II qui comportait 10 308 participants britanniques (dont 66,9% d’hommes) âgés de 35 à 55 ans.

Ces volontaires sont suivis depuis 1983 et remplissent régulièrement des questionnaires sur leurs habitudes alimentaires et leur état de santé général.

Les chercheurs ont exploité ces informations dans un double objectif :

  1. Calculer la consommation quotidienne des participants en sucres issus d’aliments et boissons sucrés (sodas, gâteaux, thé, café) ;
  2. Identifier le développement de pathologies mentales comme l’anxiété et la dépression chez certains participants.

Les chercheurs sont ainsi arrivés au constat suivant : les hommes consommant plus de 67 grammes de sucres par jour avaient 23% de risque en plus de développer des troubles mentaux après 5 ans par rapport aux hommes présentant une consommation quotidienne de sucres plus faible (moins de 39.5 grammes par jour). Les résultats demeurent après prise en compte de nombreux biais éventuels comme des critères sociaux démographiques, d’autres facteurs diététiques et la présence d’autres problèmes de santé.

En revanche, les femmes semblent épargnées car aucun lien entre excès de sucres et troubles mentaux n’a été observé chez elles.

Les chercheurs ont par ailleurs observé que l’apport de sucres chez les hommes et femmes présentant des troubles mentaux n’était pas plus élevé que celui des hommes et femmes sans troubles mentaux. Ce constat renforce l’idée selon laquelle les pathologies mentales ne conduisent pas à la consommation de sucres.

Cette nouvelle étude est donc formelle : c’est bien la consommation excessive de sucre qui conduirait au développement de troubles mentaux chez les hommes et non le contraire : « Nos travaux suggèrent que la consommation de sucre venant de la nourriture ou des boissons a un effet sur la santé psychologique à long terme et que le fait de la diminuer peut être associé à une meilleure santé psychologique », écrivent les auteurs.

Forts de ces découvertes, les chercheurs préconisent d’éviter de consommer des aliments sucrés en cas de dépression ou de baisse de moral, dans la mesure où ils pourraient faire plus de mal que de bien : « Les aliments sucrés induisent des émotions positives à court terme. Les personnes déprimées ont donc tendance à consommer des aliments sucrés pour se débarrasser de leurs émotions négatives. Mais à long terme, c’est l’effet contraire qui se produit. Mieux vaut donc se tourner vers des solutions qui ont fait leurs preuves, comme une activité régulière », rappelle Anika Knüppel.

Une étude controversée

Les résultats de cette étude sont cependant contestés par plusieurs spécialistes parmi lesquels Catherine Collins, porte-parole de l’Association britannique de diététique, pour qui l’étude est limitée par plusieurs biais. Elle regrette en effet que les chercheurs n’aient pas fait de différence entre le sucre naturellement présent dans certains aliments et le sucre ajouté dans les bonbons et les sodas.

Pour le professeur Tom Sanders du King’s College de Londres, « Il s’agit d’une étude d’observation, pas d’un essai clinique ». L’étude se base en effet sur des conclusions issues de questionnaires remplis par les volontaires britanniques depuis 1985. Selon lui, les résultats de cette étude « doivent donc être interprétés avec prudence ».

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Too much sugar may harm men’s mental health. MedicalNewsToday. Honor Whiteman. Le 28 juillet 2017.
– Apports en sucres : les nouvelles recommandations de l’OMS. LE CEDUS. Le 06 mars 2015.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.