Une étude de 7 ans pour montrer les effets des aliments ultra-transformés sur la santé

Feb 28, 2019 par

Plats préparés, pains emballés, céréales du petit déjeuner, soupes instantanées, viandes et poissons reconstitués… Le point commun entre tous ces aliments ? Ils sont ultra-transformés en contenant plus de 4 à 5 ingrédients. Pour mieux comprendre l’effet sanitaire de ces plats prêts à manger, une équipe de chercheurs français a suivi 44 531 Français pendant 7 ans. Eclairage.

aliments-ultra-transformes

Une étude de plus de 7 ans sur 44 551 Français

Plusieurs études réalisées en Espagne, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni ont déjà montré que la consommation de produits ultra-transformés augmentait le risque d’obésité, de taux de cholestérol sanguin, de maladies cardiovasculaires et de cancers. Mais qu’en est-il en France, pays réputé pour son “art de la table” ?

Pour mener à bien cette étude, des chercheurs de l’université-Paris 13 Sorbonne et du département de santé publique de l’Hôpital Avicenne de Bobigny ont suivi le régime alimentaire et la santé de 44 351 Français âgés, au minimum, de 45 ans. 73 % des volontaires étaient des femmes.

L’étude, qui s’est déroulée de mai 2009 à décembre 2017, avait pour objectif de montrer un éventuel impact de l’alimentation industrielle sur tout un ensemble d’indicateurs de santé.

Pour commencer, les chercheurs ont relevé les caractéristiques sociodémographiques, le style de vie, le niveau d’activité physique, le poids et la taille et les données anthropométriques de chaque participant.

Au cours de l’expérience, chaque volontaire a noté, chaque jour, la qualité et la quantité de l’ensemble des aliments ingurgités.

À savoir ! Selon la classification NOVA, les aliments hautement transformés (‘ultraprocessed food’) sont des produits avec des formulations industrielles qui comportent plus de 4 ou 5 ingrédients. Ces aliments peuvent comporter des additifs alimentaires, des protéines hydrolysées, des amidons modifiés et/ou des huiles hydrogénées. Ces produits sont généralement très riches en calories, riches en sucres ajoutés, en sel et matières grasses. Ils sont souvent prêts à consommer ou prêts à cuire ou à réchauffer.

Plus de produits ultra-transformés, plus de risques pour la santé

Globalement, les chercheurs ont mis en évidence qu’une hausse de consommation de produits-ultratransformés de 10% entraînait une hausse de mortalité, toutes causes confondues, de 14%.

Après analyse des résultats, les chercheurs ont mis en évidence que :

  • La proportion moyenne d’aliments transformés consommés représentait 14,4 %du poids des aliments ingérés et 29,1 % de l’ensemble des calories journalières ;
  • Le profil des personnes enclin à consommer des produits ultra-transformés sont des individus jeunes (entre 45 et 64 ans) avec des revenus modestes (moins de 1200 euros par mois), un niveau scolaire assez faible, vivant souvent seul, un Indice de Masse corporelle élevé (supérieur à 30) et pratiquant peu d’activité physique.

Après ajustement de tous les facteurs, les chercheurs ont conclu que l’augmentation de produits ultra-transformés dans le régime alimentaire est associée à un plus fort risque de décès, toutes causes confondues.

Pour les chercheurs, l’enjeu est désormais de poursuivre les études pour confirmer ce lien et de distinguer les différents mécanismes qui rendent cette nourriture néfaste pour la santé.

Plusieurs hypothèses sont couramment évoquées pour expliquer ce lien : perte de la qualité nutritionnelle, présence d’additifs ou de contaminants (plastique de contact, sous-produit de transformation).

– Association of Ultraprocessed Foods With Mortality Risk Among French Adults. Jamanetwork. L.Schnabel et al. Consulté le 25 février 2019
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.