Allergies aux pollens dans le contexte du Coronavirus

mars 2021 par

L’allergie aux pollens ou « rhume des foins » revient avec les beaux jours ! Dans le contexte d’épidémie au coronavirus, il est possible de confondre une infection à la Covid-19 et une allergie aux pollens. Comment les différencier ? Par ailleurs, le port du masque systématisé va-t-il diminuer les allergies aux pollens cette année ?

Femme qui à une allergie aux pollens et coronavirus

Allergie aux pollens et coronavirus : des symptômes communs

Les allergies aux pollens ont des symptômes en commun avec ceux dus aux coronavirus :

  • De la fatigue
  • Des éternuements
  • Un écoulement nasal clair et abondant
  • Un nez bouché

Néanmoins, certains symptômes de l’allergie aux pollens sont spécifiques de celle-ci et ne sont pas communs avec le coronavirus (en l’état actuel des connaissances sur la Covid-19) :

  • Des démangeaisons (nez, yeux, bouche)
  • Des yeux rouges et qui larmoient

De la même façon, certains symptômes peuvent être présents lors de la maladie à coronavirus SARS-CoV-2 mais ne le seront jamais dans une allergie aux pollens :

  • Fièvre
  • Douleurs musculaires

Au moindre doute, il faut consulter votre médecin.

Le port du masque grand public protège-t-il des allergies aux pollens ?

Les allergies au pollen ou « rhume des foins » démarrent dès le mois de février pour se terminer vers le mois de septembre. C’est pendant les périodes de floraison que les grains de pollen sont libérés dans l’air ambiant. Ils sont ensuite propagés par le vent et les insectes. Ces grains de pollen sont minuscules et sont capables de traverser les barrières naturelles.  Alors le masque peut-il protéger des pollens ?

L’allergie aux pollens de graminées est la plus fréquente. Les pollens de graminées mesurent entre 25 et 40 µm. Les masques chirurgicaux stoppent les particules d’un diamètre >3 µm, dans le sens intérieur vers l’extérieur. Les masques grand public filtrent également les particules d’un diamètre >3 µm, toujours dans le sens intérieur vers l’extérieur. Les masques sont avant tout conçus pour empêcher la sortie des particules plutôt que pour empêcher l’entrée des particules. Ils servent à protéger l’entourage de l’utilisateur plutôt que l’utilisateur lui-même.

En effet, les masques laissent entrer une grande quantité d’air sur les côtés. De plus, les pollens sont très légers et se déplacent facilement dans l’air, notamment en cas de vent fort. Néanmoins, leur utilisation pourrait tout de même protéger en partie l’utilisateur de l’exposition aux pollens. Dans un communiqué de presse, la Fédération française d’allergologie recommande aux patients allergiques de porter le masque en extérieur, durant les pics polliniques. En effet, celle-ci envisage le port du masque comme une solution à long terme de prévention des allergies aux pollens.

Conseils non médicamenteux pour limiter les allergies au pollen

Le traitement le plus efficace d’une allergie est l’éviction de l’allergène. C’est-à-dire éviter toute exposition de la personne à la substance à laquelle elle est allergique. Dans le cas des pollens, c’est extrêmement compliqué car ils se propagent partout pendant la saison printanière.  Des gestes simples permettent cependant de limiter l’exposition aux pollens des personnes allergiques :

  • Aérer son intérieur. Pour éviter l’entrée de pollens dans la maison, il vaut mieux aérer avant le lever ou après le coucher du soleil. Il y a moins de pollens dans l’air quand la température est plus fraiche.
  • Porter des lunettes à l’extérieur. Cela permet d’éviter l’entrée de pollens dans l’organisme.
  • Eviter les sorties quand il y a beaucoup de vent. En effet, c’est le vent qui transporte les pollens dans l’air.
  • Eviter les activités de jardinage pendant la saison des pollens.
  • Eviter de faire sécher le linge dehors pendant la saison des pollens
  • Se doucher le soir. Cela permet d’éviter l’accumulation de pollens sur la peau et dans les cheveux. A minima, se laver le visage et se brosser les cheveux chaque soir.
  • Faire des lavages de nez avec du sérum physiologique ou un spray d’eau de mer. Cela permet d’éviter que les pollens s’accumulent dans les muqueuses nasales.

Stéphanie LG, docteur en pharmacie

Sources
– L’ALLERGIE. pollens.fr. Consulté le 3 mars 2021.
– Fédération française d’allergologie. sfa.lesallergies.fr. Consulté le 3 mars 2021.
Stéphanie LG.
Pharmacienne, Docteur en biologie des cancers
Spécialisée dans la médecine personnalisée et la recherche translationnelle.
Passionnée par l’actualité scientifique et la mise à disposition d’informations de qualité.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.