Bientôt un vaccin contre le rhume des foins ?!

Feb 12, 2018 par

L’arrivée du printemps est espérée au sortir de l’hiver, sauf pour les personnes allergiques, notamment aux pollens de Graminées. Victimes du rhume des foins, elles n’ont que peu d’alternatives efficaces face à ces réactions allergiques, qui peuvent considérablement altérer leur qualité de vie. Un vaccin, basé sur une technologie innovante, a été mis au point et s’avère prometteur pour combattre ces allergies aux pollens de Graminées.

Vaccin - allergie au pollen - rhume des foins

Pollens de Graminées et allergies

Les Graminées sont des plantes à longues feuilles étroites comme celles des herbes, avec des fleurs groupées en épillets formant une inflorescence. Elles se rencontrent dans de nombreux écosystèmes : les prairies, les rochers, les forêts, les fossés, les bords de routes, les zones marécageuses, etc. Parmi les 9 500 espèces recensées dans le monde, se retrouvent notamment les ray-grass, le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, le riz, l’oyat des dunes, les roseaux, le millet, le maïs, la canne à sucre, les pâturins, les houlques, mais aussi les bambous.

Les Graminées, en particulier celles des pâturages et les céréales, possèdent un potentiel allergisant très élevé. Elles sont à l’origine du phénomène bien connu de rhume des foins ! Ainsi, 70 % des personnes allergiques réagissent aux pollens des Graminées.

Les Graminées produisent des quantités très importantes de pollens, disséminés ensuite par le vent. Ainsi, une tige de seigle peut produire environ 7 millions de grains de pollen. Le seigle est justement l’une des plantes les plus allergènes parmi les Graminées, une plante susceptible d’être retrouvée presque partout dans l’environnement. La pollinisation des Graminées s’étale du mois d’avril au mois de septembre, avec un pic dominant entre mai et juillet.

Rhume des foins et désensibilisation

Pour les patients allergiques, les pollens de Graminées représentent un véritable fléau, auquel il est presque impossible de se soustraire, tant ces grains de pollens se dispersent partout. L’allergie aux pollens de Graminées se traduit par le rhume des foins (forme de rhinite allergique) :

  • Des démangeaisons au niveau du nez, des yeux et de la bouche ;
  • Des éternuements répétés ;
  • Un écoulement nasal (rhinite allergique) ;
  • Une congestion nasale (nez bouché) ;
  • Des yeux rouges ;
  • Un larmoiement.

Face à ces symptômes, l’éviction de l’allergène, c’est-à-dire l’arrêt de toute exposition aux pollens de Graminées, est impossible, tant ces pollens sont omniprésents dans l’environnement. Les traitements reposent sur des médicaments (antihistaminiques, corticoïdes), administrés par voie orale ou locale (pulvérisations nasales), au moment des réactions allergiques. Le seul moyen pour réduire l’allergie sur le moyen – long terme est la désensibilisation, mais cette dernière reste longue, contraignante et parfois peu efficace.

Vers un vaccin contre l’allergie à ces pollens ?!

Dans ce contexte, des chercheurs ont mis au point un vaccin contre l’allergie aux pollens de Graminées, basé sur une technique innovante. Récemment, ce vaccin a été testé dans le cadre d’une étude clinique, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue scientifique Journal of Allergy and Clinical Immunology.

L’étude a été menée sur 180 patients issus de 11 pays européens, répartis aléatoirement en trois groupes :

  • Un groupe A (58 personnes) a reçu 3 injections de placebo ;
  • Un groupe B (60 personnes) a reçu 3 injections d’une faible dose du vaccin (nommé BM32) ;
  • Un groupe C (63 personnes) a reçu 3 injections d’une forte dose de BM32.

Ces injections ont eu lieu avant la saison pollinique, avec un rappel à l’automne. L’année suivante, les participants des groupes B et C ont reçu trois injections d’une faible dose de BM32 avant la saison pollinique.

Les résultats ont mis en évidence que les personnes traitées par BM32 ont montré, par rapport aux personnes traitées par placebo, une amélioration de leur état de santé à plusieurs niveaux :

  • Les symptômes allergiques ;
  • Les symptômes d’asthme ;
  • La réponse aux médicaments antihistaminiques ;
  • La qualité de vie.

Cependant, ces améliorations n’étaient pas significatives sur le plan statistique.

Ces résultats prometteurs devraient déboucher prochainement sur une étude clinique de vaccination chez l’enfant. Une avancée majeure pour toutes les personnes qui redoutent chaque année l’arrivée du printemps et des pollens !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Les Graminées. RNSA. Consulté le 31 janvier 2018.
– Graminées. Centre d’Allergie Suisse. Consulté le 31 janvier 2018.
– Safety and efficacy of immunotherapy with the recombinant B-cell epitope–based grass pollen vaccine BM32. Niederberger, Verena and al. 2018. Journal Allergy Clinical Immunology.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.