Pollen-allgergie-header

L’allergie aux pollens appartient aux allergies dites respiratoires qui regroupent : la rhinite allergique, qui concerne près de 25 % de la population adulte, la conjonctivite allergique et l’asthme allergique. Les symptômes sont variables et peu spécifiques. Plusieurs arbres (comme le bouleau, le cyprès, le frêne et le noisetier), graminées (les céréales et dactyles) et autres herbacées (l’Oseille et l’Ambroisie) sont responsables de ces types d’allergie. Santé sur le net vous explique les différents symptômes de l’allergie au pollen.

À chaque type de pollens, sa saison :

  • Janvier à mai est la saison propice aux pollens des arbres ;
  • Mai à juillet correspond à une importante dissémination des pollens de graminées ;
  • Et juillet à octobre celle des autres types d’herbacées.

Définition et symptômes de l’allergie au pollen

Qu’est-ce que l’allergie aux pollens ?

Les allergies peuvent se déclencher à tout moment, même si elles restent rares chez les très jeunes enfants. En France, les allergies respiratoires affectent 15-20 % des personnes de 15 à 70 ans. Il y a notamment un pic de survenue des allergies après la puberté.

Les pollens sont émis par les végétaux, à savoir les arbres, les arbustes et les herbacées, lors de leur reproduction. Tous ne sont pas allergisants. Lorsqu’ils sont disséminés par le vent, les pollens peuvent entrer en contact avec la muqueuse respiratoire et engendrer les symptômes de l’allergie.

Les pollens circulent dans l’air à une période, propre à leur variété, dans l’année. Par ailleurs, leur présence varie selon la région et le climat. Les cyprès ne sont, par exemple, présents que dans le sud de la France. Par temps sec, la quantité de pollens dans l’air est plus importante qu’en cas de pluie (qui fait tomber au sol les pollens).

Toutes les régions françaises ne sont pas exposées aux mêmes types de pollens :

  • Les pollens de graminées sont très présents sur la totalité des régions françaises entre mai et juillet ;
  • Les pollens de bouleau se disséminent dans toutes les régions du Nord-Est de la France, essentiellement en avril ;
  • Les pollens disséminés par les platanes sont très présents au cours du mois de mars dans les Alpes, et d’avril dans le sud-ouest ;
  • Dans les régions du sud, les pollens de cyprès apparaissent au mois de février à mars, et ouvrent la saison des allergies. Dans cette même région, les pollens de chêne sont présents au printemps ;
  • Les pollens d’urticacées sont eux présents dans le bassin méditerranéen pendant toute la période estivale.

Le réseau national de surveillance aérobiologique, classe les pollens de 0 à 5 selon leur degré allergénique.

Parmi la variété d’arbres présents en France, les pollens de cyprès et de bouleau sont les plus fréquemment impliqués dans les allergies, suivis des pollens d’aulne et de frêne. Les pollens de graminées et d’ambroisie sont aussi très allergisants.

A noter ! Le degré allergisant peut être aggravé par la pollution atmosphérique

Il existe des similitudes dans la structure protéique des protéines de pollens et celles de certains aliments d’origine végétale comme les fruits, les légumineuses et les fruits à coque. Il est donc possible de faire une réaction locale lors de la consommation de l’un d’entre eux en cas d’allergie aux pollens préexistante. On parle d’allergie croisée. Elle se traduit généralement par des démangeaisons et un gonflement des lèvres.

Quels symptômes ?

femme avec une allergie au pollenLes symptômes de l’allergie au pollen, et leurs sévérités, dépendent du degré d’allergénicité du pollen et de la sensibilité immunologique de chaque individu.

Le plus souvent, une allergie respiratoire se présente sous forme d’une rhinite allergique caractérisée par :

  • Un écoulement nasal;
  • Une série d’éternuements;
  • Le nez et la gorge qui grattent.

La rhinite allergique est volontiers associée à une conjonctivite. Une conjonctivite correspond à l’inflammation de la membrane conjonctive de l’œil. Elle se manifeste par des yeux rouges, larmoyants et qui démangent.

La présence d’une toux, ou de sifflements bronchiques peut indiquer la présence d’un asthme sous-jacent aux symptômes allergiques. Une allergie respiratoire non-traitée est par ailleurs un facteur de risque de d’installation d’un asthme.

Plusieurs paramètres caractéristiques permettent de ne pas confondre un simple rhume avec la rhinite allergique ou le « rhume des foins » :

  1. La présence concomitante de certains symptômes en cas d’allergie : écoulement nasal, éternuements, yeux gonflés. Lors d’un rhume, les symptômes seront séquentiels : les éternuements, puis le nez qui coule, puis des congestions nasales. Autre différence notable de ces deux pathologies, la rhinite allergique est rarement à l’origine de fièvre.
  1. La durée et l’époque de l’année : le rhume dure environ une semaine et survient surtout pendant la période hivernale, alors que le rhume des foins durera toute la saison des allergies, plutôt aux printemps et en été. Toutefois, dans les régions du Sud, les allergies aux pollens des cyprès peuvent se déclencher dès le mois de février.