Pollen-allgergie-header

Certains arbres comme le bouleau, le cyprès, le frêne ou encore le noisetier, certains graminées (céréales, dactyles) et autres herbacées (Oseille, Ambroisie) sont responsables de l’allergie au pollen.

À chaque type de pollens, sa saison : janvier à mai correspond à une importante dissémination des pollens des arbres, mai à juillet est la saison propice aux pollens des graminées, et juillet à octobre celle des autres types d’herbacées.

Définition et symptômes

Quels sont les pollens concernés ?

Les régions françaises ne sont pas toutes exposées aux mêmes types de pollens : le pollen des graminées est très présent sur la totalité des régions françaises entre mai et juillet. Les pollens de bouleau se disséminent sur toutes les régions du Nord-Est de la France, en avril. Les pollens disséminés par les platanes sont très présents au cours du mois de mars dans les Alpes et d’avril dans le sud-ouest. Dans les régions du sud, les pollens de cyprès apparaissent au mois de février – mars et ouvrent la saison des allergies, dans cette même région les pollens de chêne sont présents au printemps. Les pollens d’urticacées sont eux présents dans le bassin méditerranéen pendant toute la période estivale.

Végétaux les plus allergisants ?

Le réseau national de surveillance aérobiologique, classe les pollens de 0 à 5, selon leur degré allergénique. Parmi la variété d’arbres présents en France, les pollens de cyprès et de bouleau sont les plus allergéniques, suivi des pollens d’aulne et de frêne. Les pollens de graminées et d’ambroisie sont également très allergisants. Le degré allergisant peut être aggravé par la pollution atmosphérique.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de l’allergie au pollen, et leurs sévérités, dépendront du degré d’allergénicité du pollen et de la sensibilité immunologique de chaque individu. En général, ils se présentent sous forme d’une rhinite allergique caractérisée par un écoulement nasal, série d’éternuement, nez et gorge qui grattent. La rhinite allergique est souvent accompagnée d’une conjonctivite : inflammation de la membrane conjonctive de l’œil. Cette conjonctivite se caractérise par des yeux rouges, larmoyants et qui démangent.

La présence d’une toux, ou de sifflements bronchiques peut indiquer un asthme sous-jacent aux symptômes allergiques. En particulier, une allergie respiratoire non-traitée est un facteur de risque de d’installation d’un asthme.