Les bienfaits du maté lors d’une alimentation riche en gras

Dec 26, 2017 par

Le maté ou yerba maté est une infusion consommée au quotidien en Amérique du Sud. Son surnom est d’ailleurs « thé du Paraguay » ou encore, « thé du Brésil ». Ses propriétés médicinales sont reconnues depuis longtemps tout comme son action favorable sur la perte de poids et la digestion. Une étude récente menée en République de Corée vient de montrer comment le maté agit sur le métabolisme pour limiter la prise de poids dans le cadre d’un régime riche en gras.

Yerba maté

Quelques mots sur le maté

Le maté est une feuille séchée issue d’un arbuste nommé Ilex paraguariensis. Seules ses feuilles sont destinées à la consommation. La boisson maté est traditionnellement consommée, en infusion ou décoction, dans les pays d’Amérique du Sud comme l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay, certaines régions du Brésil ou encore, le sud du Chili.

Elle contient notamment des acides phénoliques, des flavonoïdes et de la caféine. Le maté est aussi riche en vitamines (A, C,  E , B1, B2) et en minéraux comme le magnésium, le calcium, le phosphore et le potassium.

À savoir ! Les acides phénoliques sont des composés organiques ayant des propriétés antioxydantes en neutralisant les radicaux libres de l’organisme. Les flavonoïdes sont des polyphénols que l’on retrouve, par exemple, dans les végétaux et le chocolat. Ils ont également des propriétés antioxydantes.

Il est également prouvé que le maté possède ces propriétés pharmacologiques :

  • Antioxydantes ;
  • Anti-inflammatoires ;
  • Hypoglycémiantes c’est-à-dire qui a tendance à réduire le taux de sucre dans le sang ;
  • Diurétiques et laxatives ;
  • Stimulantes pour le système nerveux central.

À savoir ! En raison de sa teneur élevée en caféine, le maté est déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes ayant une maladie cardiaque.

Pour mesurer les effets du maté sur le long terme, des chercheurs coréens ont observé le métabolisme des souris souffrant d’obésité induite par leur régime alimentaire et consommant du maté.

Effets du maté sur le métabolisme

Tout d’abord, les chercheurs ont divisé la vingtaine de souris mâles en deux groupes : l’un recevant un régime enrichi en gras et l’autre, recevant également cette diète hypercalorique mais accompagné, de yerba maté.

Au terme de 16 semaines, qu’observe-t-on au niveau de leur métabolisme ?

Le maté a augmenté la dépense énergétique de base des souris le consommant. Par conséquent, les souris du groupe test ont pris légèrement moins de poids que celles présentes dans le groupe contrôle.

En contrepartie et comparativement au groupe contrôle, les chercheurs ont observé, grâce à des analyses sanguines, que le maté a diminué :

  • Les niveaux de lipides sanguins (acides gras libres, triglycérides et cholestérol total) ;
  • Les niveaux d’enzymes aminotransférases hépatiques ;
  • L’accumulation de lipides dans le foie ;
  • La concentration en insuline, l’hormone hypoglycémiante ;
  • La résistance à l’insuline.

À savoir ! Les enzymes aminotransférases retrouvées dans le foie sont essentielles pour le transfert des amines, des groupements chimiques contenus dans les protéines. Leur augmentation dans le sang est souvent la conséquence d’une lésion du foie, des muscles, des reins ou encore du cœur.

Pour l’équipe coréenne de l’université national Kyungpook de Daegu, ces résultats suggèrent que la supplémentation à long terme de yerba mate peut-être bénéfique pour améliorer l’adiposité induite par l’alimentation, la résistance à l’insuline, la dyslipidémie et enfin, la stéatose hépatique (communément appelée « foie gras »).

À savoir ! La dyslipidémie est une anomalie qualitative ou quantitative d’un ou de plusieurs lipide(s) plasmatique(s) : cholestérol total (CT) et ses fractions, HDL-cholestérol (HDL-c), LDL-cholestérol (LDL-c), triglycérides (TG).

Reste désormais à réaliser d’autres études, sur la souris puis sur l’homme, pour mesurer la relation dose-effet du maté sur l’organisme, déterminer la dose maximale tolérée et s’assurer de son innocuité dans le temps.

– Long-Term Dietary Supplementation with Yerba Mate Ameliorates Diet-Induced Obesity and Metabolic Disorders in Mice by Regulating Energy Expenditure and Lipid Metabolism. Journal of Medicinal Food. C.Myung-Sook et al. Le 1er décembre 2017.
– Yerba mate’s beneficial effects on cellular energy and lipid metabolism linked to weight metabolism linked to weight. Eurekalert. Consulté le 21 décembre 2017.
– Dyslipidémie. vidal.fr. Consulté le 21 décembre 2017.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.