BPCO et asthme, quelles sont les différences ?

Actualités Cardiologie Pneumologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 18 janvier 2023

Selon les estimations, environ 4 millions de personnes en France seraient touchées par l’asthme, alors que la BronchoPneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) concernerait entre 3 et 3.5 millions de personnes. Maladies respiratoires toutes les deux, quels sont les points communs et les différences entre asthme et BPCO ? Santé Sur le Net fait le point sur cette question.

BPCO et asthme, quelles différences ?

BPCO et asthme

L’asthme et la BPCO ont pour principal point commun d’être des maladies chroniques, affectant l’appareil pulmonaire et donc la fonction respiratoire. L’asthme se caractérise par une inflammation des bronches, et évolue sous forme de crises, les fameuses crises d’asthme. Entre deux crises, la respiration est le plus souvent normale.

Pendant les crises d’asthme, qui peuvent durer de quelques minutes à quelques heures, différents symptômes se manifestent, de manière plus ou moins intense :

  • Une gêne respiratoire (essoufflement) ;
  • Une respiration sifflante ;
  • Une toux sèche ;
  • Une sensation d’oppression thoracique.

Souvent très impressionnantes, ces crises peuvent nécessiter dans les formes les plus sévères une hospitalisation.

Des symptômes respiratoires, mais des causes et des mécanismes très différents

L’asthme débute généralement dans l’enfance, parfois dès le plus jeune âge, et se poursuit ou non à l’âge adulte. Les crises d’asthme sont plus ou moins fréquentes. Le traitement de l’asthme repose sur deux aspects complémentaires :

  • Un traitement de fond, visant à réduire la fréquence des crises d’asthme et leur intensité ;
  • Un traitement de crise, pour soulager les symptômes liés à la crise d’asthme.

La BPCO quant à elle se développe généralement dans la seconde partie de la vie, et ses deux principales causes sont le tabagisme (80 % des cas environ) et l’exposition à des substances irritantes pour les poumons. Le symptôme clé est la diminution progressive du souffle, résultat de plusieurs mécanismes :

  • L’épaississement de la paroi des bronches et des bronchioles ;
  • Une production excessive de mucus par les cellules pulmonaires ;
  • Une diminution du calibre des voies respiratoires ;
  • Une déformation des bronchioles et des alvéoles pulmonaires, avec une perte d’élasticité.

L’évolution de la maladie conduit à l’emphysème pulmonaire, puis vers l’insuffisance respiratoire.

Une qualité de vie et un pronostic différents

La BPCO est donc associée, contrairement à l’asthme, à des symptômes respiratoires constants, avec une altération progressive de la respiration, sans retour à la normale. Le traitement s’appuie sur des médicaments inhalés (bronchodilatateurs, corticoïdes), voire dans les stades avancés sur une oxygénothérapie. La BPCO est également associée à la survenue d’exacerbations, liées à des surinfections bronchiques, qui nécessitent des prescriptions d’antibiotiques et parfois une hospitalisation.

Asthme et BPCO ont pour point commun d’être des maladies chroniques respiratoires. Mais leurs symptômes, leurs mécanismes physiopathologiques, leur évolution et leur pronostic sont très différents. Elles ne touchent pas le même public, et si l’une conduit inexorablement vers l’insuffisance respiratoire, l’autre n’est associée à une altération de la fonction respiratoire que ponctuellement lors des crises.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Comprendre la BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive. ameli.fr. Consulté le 3 novembre 2022.
– Comprendre l’asthme de l’adulte. ameli.fr. Consulté le 3 novembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *