Comment conserver ses médicaments en cas de fortes chaleurs ?

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Alexia F. et publié le 29 juin 2022

L’arrivée des fortes chaleur est une source d’inquiétude pour la santé des personnes les plus fragiles. Mais, qu’en est-il des traitements suivis ? Chaque année, l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM) rappelle les consignes à suivre pour conserver les médicaments afin de garantir leur efficacité et leur sécurité, lorsque le thermomètre s’affole.

Une femme lit la notice de ces médicaments qui indiquent comment les prendre et les conserver.

Effet de la chaleur sur l’efficacité des traitements

L’organisme humain dispose d’une certaine capacité d’adaptation à la chaleur (thermorégulation). Mais, l’efficacité de ces mécanismes de défense peut être diminuée ou retardée selon les personnes. Ainsi, certaines s’adapteront plus lentement et difficilement aux températures élevées. C’est le cas des :

  • Personnes âgées, notamment si elles sont atteintes d’une pathologie sous-jacente cardiovasculaire, rénale ou neuropsychiatrique et qu’elles ont perdu leur autonomie ;
  • Nourrissons et les jeunes enfants ;
  • Personnes atteintes de maladies chroniques ;
  • Personnes suivant certains traitements médicamenteux.

Des médicaments qui aggravent l’effet de la chaleur

Ainsi, en période de fortes chaleurs, certains médicaments peuvent altérer la capacité de l’organisme à s’adapter à la température extérieure, et ce par plusieurs mécanismes :

  • Des troubles de l’hydratation et/ou électrolytiques amplifiés par certains diurétiques ;
  • Une altération de la fonction rénale augmentée par les antiinflammatoires non stéroïdiens, l’aspirine, certains médicaments contre l’hypertension artérielle, certains antibiotiques ou antiviraux, certains antidiabétiques … ;
  • Une action du médicament perturbée par la déshydratation amplifiée par le lithium, les antiarythmiques, les antiépileptiques, certains antidiabétiques, les médicaments hypocholestérolémiants … ;
  • Une perturbation de la thermorégulation corporelle augmentée par certains antidépresseurs, certains antihistaminiques, certains antiparkinsoniens … ;
  • L’induction d’une hyperthermie par les antidépresseurs, certains antalgiques, les hormones thyroïdiennes … ;
  • Une aggravation des effets de la chaleur due aux médicaments contre l’hypertension artérielle et l’angor, les psychotropes …

Certains médicaments peuvent aggraver un syndrome d’épuisement – déshydratation ou un coup de chaleur, ce qui requiert une surveillance médicale accrue. Il convient donc de ne prendre aucun médicament sans avis médical durant les périodes de canicule. Pour autant, les traitements en cours ne doivent pas être arrêtés sans demander l’avis à son médecin ou pharmacien.

Comment conserver et transporter ses médicaments par temps de canicule ?

L’exposition des médicaments à des températures élevées pendant des périodes plus ou moins prolongées peut avoir une incidence. Pour chaque médicament, la notice mentionne la durée et les conditions de conservation à respecter pour préserver la qualité et l’efficacité du médicament.

En période de fortes chaleurs, l’ANSM formule plusieurs recommandations pour conserver et transporter ses médicaments :

  • Les médicaments à conserver entre 2 et 8 °C doivent être utilisés rapidement après leur sortie du réfrigérateur et remis au froid aussitôt. Il faut contrôler régulièrement la température des réfrigérateurs ;
  • Les médicaments à conserver à une température inférieure à 25 – 30 °C ou à température ambiante : généralement, le dépassement ponctuel de la température de conservation est sans conséquences sur la stabilité des médicaments. En effet, les tests de stabilité effectués en laboratoire avant la commercialisation du médicament s’effectuent à une température constante de 40 °C ;
  • Les médicaments à conserver à 25 – 30 °C maximum après ouverture : les patients doivent se rapprocher du pharmacien ou du laboratoire pharmaceutique pour connaître la marche à suivre.

Certains médicaments se présentent sous une forme sensible à la chaleur, par exemple les ovules, les suppositoires ou les crèmes. S’il y a une altération de l’aspect extérieur du médicament, il convient de ne pas l’utiliser en raison du risque de modification de ses propriétés.

Dans tous les cas, il est important de préserver les médicaments de l’exposition au soleil et de ne pas les laisser dans une voiture, où la température peut dépasser les 40 °C. Pour le transport, il est alors conseillé d’utiliser un emballage isotherme, réfrigéré si besoin. Une vigilance particulière est nécessaire pour les médicaments liquides, car ils sont susceptibles de monter en température plus rapidement que des médicaments solides.

Diabète : conserver les médicaments et dispositifs de contrôle de la glycémie

Les personnes atteintes de maladies chroniques sont plus sensibles aux variations importantes de température. Ainsi, les patients diabétiques peuvent souffrir d’un déséquilibre du diabète en cas de canicule. Pour limiter ce risque, ils doivent suivre un certain nombre de consignes.

D’une manière générale, il faut éviter d’exposer au soleil et à des fortes températures l’ensemble du matériel utilisé pour l’autosurveillance glycémique et les injections d’insuline. La notice contient toutes les conditions de conservation :

  • Les bandelettes, électrodes et les solutions de contrôle sont à conserver dans un endroit frais et sec dans l’intervalle de température indiqué sur la notice. Il ne faut pas les placer au réfrigérateur. Des pochettes isothermes, mais surtout sans glace permettent de les transporter  ;
  • Les lecteurs de glycémie tolèrent généralement mieux les écarts de température.

Certains appareils indiquent un message d’erreur en cas de température élevée ou n’affichent pas de résultat. Si le lecteur indique un résultat inhabituel, le patient doit contacter un professionnel de santé.

Enfin, en cas de déshydratation, il peut être difficile d’obtenir une goutte de sang. Aussi, les résultats de l’autosurveillance glycémique peuvent être faussés. Au moindre doute sur l’équilibre du diabète, il est capital de consulter un professionnel de santé.

Rédigé par Estelle B., le 27 juin 2017. Mis à jour par Alexia F., Docteure en Neurosciences le 29 juin 2022.

Sources
– Le point sur vos traitements. ANSM. Consulté le 29 juin 2022.

 

  • pichot jean luc says:

    bjr.chez moi je commence a avoir plus de 25 degré et je suis diabétique type 2 je me pique une fois par jour avec lantus comment puis je conserver ma lantuse si j’ai plus de 25 degré vue qu’il faut pas la remétre au frigo merci .jl

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,

      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Effectivement, une fois ouverte, l’insuline doit être conservée en dehors du frigo, 4 semaines maximum et à une température ne dépassant pas les 30°C. Il est donc conseillé de la mettre à l’abri de la chaleur ou de la lumière directe (dans son emballage). Ainsi, l’insuline peut être conservée dans une pièce où la température oscille entre 20 et 25°C. Il existe des pochettes permettent de protéger l’insuline de la chaleur.
      Nous vous invitons donc à vous tourner vers votre médecin ou votre pharmacien pour des conseils adaptés à votre cas.

      Nous vous souhaitons une très bonne journée !
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.