Le changement d’heure est-il dangereux pour la santé ?

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Isabelle V. et publié le 30 mars 2020

Dimanche 29 mars 2020, à 2 heures du matin, il sera… 3 heures. Si le passage à l’heure d’hiver se révèle en général indolore (on dort une heure de plus !), le passage à l’heure d’été est loin de faire l’unanimité. La vocation même du changement d’heure bisannuel, faire réaliser aux français des économies d’électricité, est remise en cause et l’impact sur la santé aurait, semble-t-il, été trop longtemps ignoré…

Changement d'heure

Pas de pétrole ? Si on passait à l’heure d’été

À la suite du choc pétrolier de 1973-1974, la France découvre qu’elle n’a pas de pétrole, mais qu’elle a des idées. D’où l’instauration du changement d’heure en 1976, censé, en faisant mieux coïncider les heures d’activité humaine avec l’ensoleillement, entraîner une moindre consommation d’électricité et donc des économies d’énergie (à l’époque de nombreuses centrales électriques fonctionnent au fuel).

Quarante-quatre ans plus tard, nous nous apprêtons à nouveau à sacrifier une heure de sommeil à cette noble idée.

À savoir ! Une idée qui n’est pas nouvelle ; dès 1784, Benjamin Franklin (père fondateur des États-Unis) propose un changement d’heure pour « épargner bougies et chandelles »…

Cependant, depuis les années 70 ou 80, le contexte énergétique a évolué. La généralisation des lampes LED et un meilleur isolement des bâtiments semblent minimiser sérieusement les économies d’énergie entraînées par le changement d’heure. Celles-ci s’avèrent d’ailleurs difficile à chiffrer, notamment en ce qui concerne les usages thermiques. La démocratisation de la climatisation pourrait d’ailleurs rebattre la donne.

En 2015, l’ADEME déclare pourtant : « Le changement d’heure permet des économies en énergie et CO2 réelles mais modestes, pour un coût quasi-nul de mise en œuvre. »

Mais s’il y avait un prix à payer ? Et si nous y laissions un peu de notre santé ?

Lire aussiAccidents domestiques : les brûlures pédiatriques toujours aussi fréquentes

Et la santé dans tout ça ?

En règle générale, nous mettons entre une journée et une semaine à nous « remettre » du changement d’heure. Enfin, pas tous…

Une étude suédoise a mis en évidence une augmentation de 5 % du nombre d’infarctus du myocarde dans les 15 jours suivant le passage à l’heure d’été. Une conséquence de la fatigue occasionnée ? Le passage à l’heure d’hiver, n’entraîne, lui, qu’une hausse de 1.5 % de cette pathologie.

De plus, les chronobiologistes n’hésitent pas à tirer la sonnette d’alarme. Le passage à l’heure d’été aurait, selon eux, des conséquences particulièrement néfastes sur les personnes à chronotype tardif (se couchant et se levant tard). Certains de ces spécialistes n’hésitent pas à parler de mini-jetlag ajoutant ses effets pervers au manque de sommeil massif dont serait victime la population française.

Les conséquences à long terme : stress, anxiété, surpoids, affaiblissement du système immunitaire…

L’argument laisse un peu dubitatif. Que représente cette petite heure perdue ou gagnée par rapport aux décalages horaires autrement plus conséquents  des millions de voyageurs qui parcourent la planète chaque année ?

Lire aussi – Rythme circadien : une horloge dans le cerveau

Un sur-risque d’accident après le changement d’heure

Du côté de l’accidentologie, les chiffres font froid dans le dos. Le passage à l’heure d’hiver est responsable d’une hausse des accidents, avec une augmentation de 30 % de la mortalité des piétons et cyclistes. En cause ? L’avancée de la tombée de la nuit, coïncidant avec le retour des piétons (écoliers compris) et cyclistes à leur domicile. Moins visibles, ils sont plus vulnérables ; d’autant que ce changement se fait brutalement, sans possibilité d’accoutumance des automobilistes à cette nuit précoce.

Plus d’infarctus et d’accidents contre une économie d’énergie minime… Une balance bénéfice/risque défavorable que les députés européens avaient pris en compte depuis 2 ans : ils avaient en effet jusqu’au mois d’avril pour se coordonner sur l’abandon de cette mesure. Mais en plein confinement, pas sûr que ce sujet soit au centre des débats. L’avenir nous dira si les Français viennent de vivre ou non leur dernier changement d’heure !

Lire aussiFemmes : attention à l’infarctus !

Isabelle V., journaliste scientifique

– Des études concordantes sur les effets du changement d’heure sur la santé – lequotidiendumedecin.fr – 12 mars 2018.
– Changement d’heure : quels impacts ? presse.ademe.fr – consulté le 12 mars 2018.
  • moreau says:

    On ne peut pas comparer le changement d’heure sur place avec un voyage! A l’arrivée dans un autre fuseau, la lumière du soleil vous accompagne et vous resynchronise rapidement. Avec l’avancement de l’heure, la perturbation est permanente pendant sept mois.

    Reply
  • bernard demarcq says:

    Bonjour, moi je fais partie des personnes qui aiment le changement d’heure surtout pour le soir.

    Reply
  • Fabre Olivier says:

    L’heure d’été est bonne pour le moral. Elle fait baisser la consommation de psychotropes.
    Elle permet aux enfants de jouer dehors plutôt que de rester devant les écrans. Elle stimule le commerce et amène de la sécurité : plus de sérénité pour les dames à se promener le soir , moins d’accidents de la route …
    Les Français et les Européens préfèrent l’heure d’été à l’heure d’hiver toutes les études le disent.
    Avec l’heure d’hiver permanente il ferait jour à 4h30 en juin et juillet ! Quel intérêt ?
    Les citoyens se mobilisent pour défendre l’heure d’ete
    http://www.heuredete.eu

    Olivier FABRE
    Président de l’association européenne pour l’heure d’été

    Reply
  • Fabre Olivier says:

    L’heure d’été est bonne pour le moral. Elle fait baisser la consommation de psychotropes.
    Elle permet aux enfants de jouer dehors plutôt que de rester devant les écrans. Elle stimule le commerce et amène de la sécurité : plus de sérénité pour les dames à se promener le soir , moins d’accidents de la route …
    Les Français et les Européens préfèrent l’heure d’été à l’heure d’hiver toutes les études le disent.
    Avec l’heure d’hiver permanente il ferait jour à 4h30 en juin et juillet ! Quel intérêt ?
    Les citoyens se mobilisent pour défendre l’heure d’ete
    http://www.heuredete.eu

    Olivier FABRE
    Président de l’association européenne pour l’heure d’été

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.