COVID-19 : Zoom sur les nouvelles conditions du rappel vaccinal

29 novembre 2021 par

Ces dernières semaines, la 5e vague épidémique de Covid-19 s’est bel et bien installée en France avec des taux de contamination plus importants que prévus. Saisie par la Direction Générale de la Santé, la Haute Autorité de Santé s’est prononcée sur le sujet. L’instance recommande d’ouvrir la campagne de rappel vaccinal à toutes les personnes majeures et de réduire le délai de 6 à 5 mois après la primo-vaccination. On fait le point.

rappel de vaccination covid-19

Accélération de la campagne de rappel vaccinal

Jusqu’à présent, la campagne de rappel de vaccination anti-Covid se déroulait de façon progressive sur notre territoire.  La semaine dernière, la Haute Autorité de Santé (HAS) venait de recommander une dose de rappel vaccinal chez les personnes de 40 ans et plus. Mais face au contexte épidémique de plus en plus défavorable, l’instance a été saisie par la Direction Générale de la Santé afin de se prononcer sur le sujet.

La HAS préconise donc l’extension et l’accélération de la campagne de rappel vaccinal avec :

  • L’administration d’une dose de rappel à toutes les personnes majeures
  • Dans un délai plus court : 5 mois seulement après la primo-vaccination au lieu de 6 mois.

À savoir ! La validité du passe sanitaire dépendra de l’injection d’une dose de rappel au maximum 7 mois après la deuxième dose vaccinale (à partir du 15 décembre pour les 65 ans et plus et à partir du 15 janvier 2022 pour les 18 ans et plus).

Une nouvelle stratégie pour préserver le système hospitalier

Pour pouvoir émettre ces nouvelles recommandations en termes de rappel vaccinal, la HAS s’est appuyée sur les données de modélisation de l’Institut Pasteur. Ces données permettent en effet d’établir l’impact d’un rappel vaccinal sur la diminution du rebond épidémique à 4, 5 ou 6 mois, dans différentes populations selon leur âge.

Selon cette modélisation, le rappel vaccinal limité aux personnes de 65 et plus permettrait de réduire d’environ 20 % le pic d’hospitalisation. Mais un rappel vaccinal élargi à toutes les personnes de 18 ans et plus permettrait de réduire ce pic de 40 %. En parallèle, raccourcir le délai à 5 mois entre la première injection vaccinale et le rappel permettrait de réduire ce pic de 50%. D’où l’intérêt pour le gouvernement de faire appliquer au plus tôt ces recommandations afin de préserver le système hospitalier face à un rebond de l’épidémie de Covid-19.

Les gestes barrières restent essentiels

Face au rebond des contaminations liées à la cinquième vague épidémique, la HAS et le Gouvernement rappellent également l’importance des autres mesures pouvant limiter la propagation du SARS-CoV-2. Les gestes barrière restent toujours essentiels. Il conviendra donc de continuer à porter le masque en intérieur (et en extérieur lorsque les conditions l’exigent : promiscuité, forte affluence), d’aérer un maximum les espaces intérieurs et de continuer à se savonner les mains et les désinfecter avec des produits hydro-alcooliques.

La HAS et le gouvernement exhortent enfin à poursuivre les efforts de vaccination des personnes qui n’ont encore jamais été vaccinés (comme les personnes isolées et très âgées). S’agissant de la vaccination des enfants de moins de 12 ans, cette question est en attente d’un arbitrage par la HAS. Dans le cas où l’instance émettrait un avis favorable, le ministre de la Santé a d’ores et déjà précisé que la campagne de vaccination dans cette population ne sera pas mise en œuvre avant début 2022.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Avis n° 2021.0083/AC/AC/SESPEV du 24 novembre 2021 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à l’intégration des personnes de 18 ans et plus dans la campagne de rappel dès que 5 mois se sont écoulés depuis la complétude du premier schéma vaccinal. has-sante.fr. Consulté le 28 novembre 2021.
– Covid-19 : rappel vaccinal à partir 18 ans et dès 5 mois après une primovaccination. vidal.fr. Consulté le 28 novembre 2021.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.