Etudiants : dormir pour mieux retenir ?

Sep 8, 2016 par

etudiant-dormir-mieux-retenir-apprentissage

Alors que la nouvelle année scolaire 2016-2017 vient seulement de commencer, des chercheurs ont publié des résultats démontrant que dormir entre deux révisions aurait un réel un impact sur les capacités d’apprentissage. Santé sur le Net décrypte le phénomène.

Une étude française

Cette étude réalisée par des laboratoires et universités françaises (Lyon et Nice), en partenariat avec l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), a cherché à montrer l’intérêt du sommeil sur les facultés d’apprentissage. Si bien dormir pour mieux apprendre était déjà connu, les chercheurs ont souhaité pousser plus loin les connaissances.

Ainsi, 40 étudiants ont été suivis sur une période d’une journée. Séparés aléatoirement en deux groupes, il leur était demandé d’apprendre 16 mots d’une langue qui leur était inconnue : le swahili (langue parlée en Ouganda, au Kenya et en Tanzanie) en deux temps de travail.

Le premier groupe devait tenter d’apprendre les 16 mots lors d’une première session de travail le matin, puis lors d’une deuxième session le soir, 12h après. Le deuxième groupe quant à lui, avait leur première session d’apprentissage le soir, puis la deuxième le matin, après une nuit de sommeil.

Après chaque session, un test était réalisé pour examiner l’apprentissage des mots de tous les étudiants. A l’issue de la première étape d’apprentissage, les étudiants des deux groupes présentaient le même niveau de connaissances, mais après la deuxième session, les résultats étaient largement différents !

Dormir entre deux révisions ?

Suite à ces tests, les scientifiques se sont rendu compte que les étudiants qui avaient dormi entre les deux sessions d’apprentissage se souvenaient beaucoup mieux des nouveaux mots de langue étrangère. En effet, alors que les étudiants n’ayant pas dormi n’avaient retenu que 7 mots sur 16, ceux qui avaient dormi en avaient retenu 10 en moyenne.

Mais les résultats ne s’arrêtent pas là : pour valider les 16 mots au complet, il a suffi aux « dormeurs » de seulement 3 essais contre 6 pour l’autre groupe.

S’ajoute à ce succès du sommeil le fait de consolider les connaissances : une semaine et même 6 mois après les premiers tests, la différence obtenue entre les deux groupes restait la même, prouvant l’intérêt de dormir entre deux révisions.

Ainsi, si dormir après des révisions était connu pour être une bonne stratégie, le fait de dormir entre deux révisions semble être une astuce encore meilleure ! Les étudiants pourront ainsi adapter leur stratégie d’apprentissage, en révisant le soir et le matin la même matière plutôt qu’une journée entière, ou même en faisant une sieste !

Clémence R. Pharmacienne


Source :

Relearn Faster and Retain Longer, Along With Practice, Sleep Makes Perfect. Stéphanie Mazza et al. Psychological Science. 16 août 2016

Clémence R.
Pharmacienne.
Passionnée par la neuropsychiatrie et la e-santé.
Aime l’univers de la musique et de la photographie.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.