Grippe : bientôt la fin de l’épidémie ?!

Jan 26, 2018 par

Uniquement pour la seconde semaine de janvier, les réseaux de surveillance ont recensé 5 224 passages aux urgences pour un syndrome grippal et 761 personnes ont été hospitalisées. Toutes les régions de France connaissent actuellement un pic épidémique de grippe saisonnière. Malgré l’émergence d’une souche virale mutée, la vaccination annuelle, en particulier des personnes fragiles, reste capitale pour se protéger du virus et de ses conséquences.

point grippe vaccination annuelle

La France en vigilance rouge grippe

Pour cette saison hivernale 2017-2018, l’épidémie de grippe saisonnière a débuté précocement et fortement dès le mois de décembre. Ainsi au cours de la dernière semaine de l’année 2017, 11 462 passages aux urgences ont été recensés pour la grippe, et 1 251 personnes ont été hospitalisées, dont 165 dans un service de réanimation.

En France, plus qu’ailleurs dans le reste dans l’Europe, le virus grippal de souche H1N1 est majoritaire chez les malades et le vaccin contre la grippe saisonnière s’avère globalement efficace contre ce virus.

Depuis début janvier, les autorités sanitaires redoutaient l’arrivée d’un second pic épidémique dû à une souche virale de type H3N2. Le vaccin 2017-2018 contient bien une souche de type H3N2, mais le virus a muté depuis la mise au point du vaccin, et l’efficacité du vaccin ne serait plus que d’environ 10 % face à cette nouvelle souche virale. L’émergence de ce virus muté a déjà provoqué de nombreux cas en Australie, aux USA et plus récemment au Royaume-Uni. Ainsi, dans l’hémisphère sud, le nombre de cas à la mi-octobre s’élevait à 215 280 contre 59 000 habituellement.

Lire aussiLa grippe attaque !

Vers une phase descendante de l’épidémie

A ce jour, l’épidémie de grippe semble entrer dans une phase descendante en métropole. Le pic épidémique est probablement atteint dans la plupart des régions, sauf en Corse et dans les Hauts-de-France. Pour l’instant, la souche virale de type H1N1 reste majoritaire en France, avec 73 % des cas recensés depuis le début de la surveillance (début novembre 2017).

À savoir ! A La Réunion, l’épidémie de grippe est terminée depuis Noël et à Mayotte, elle est sur le point de s’achever. Dans les Antilles, l’épidémie se poursuit avec une augmentation des cas en Martinique et à Saint-Martin, une stabilisation à Saint-Barthélemy et une diminution en Guadeloupe. En Guyane, le nombre de cas continue à augmenter.

Néanmoins, les autorités de santé observent un nombre particulièrement important d’hospitalisations dans un service de réanimation. Ainsi au cours de la seconde semaine de l’année, 140 cas graves ont été admis en réanimation. Depuis le 1er novembre 2017, 1 137 cas graves ont été signalés et 123 décès ont été recensés, parmi lesquels :

  • 3 enfants de moins de 5 ans ;
  • 50 personnes âgées de 15 à 64 ans ;
  • 70 personnes âgées de plus de 65 ans.

Depuis la semaine 50, la mortalité liée à la grippe serait plus importante que les autres années, et ce quel que soit l’âge des patients.

En France, seulement 4,5 % des patients sont atteints par la souche H3N2 mutante, mais une flambée épidémique liée à ce virus muté reste encore possible dans les semaines qui viennent, notamment parce que cette souche virale sévit actuellement au Royaume-Uni.

L’intérêt de la vaccination annuelle

L’émergence d’une souche virale mutée contre laquelle le vaccin est peu efficace pourrait remettre en cause l’intérêt de la vaccination annuelle contre la grippe saisonnière. Une nouvelle étude suggère au contraire l’intérêt des vaccinations à répétition, notamment chez les personnes âgées.

Des chercheurs espagnols ont ainsi évalué l’effet de la vaccination antigrippale chez les personnes de plus de 65 ans, admises à l’hôpital pour syndrome grippal, durant les hivers 2013-2014 et 2014-2015. Les résultats indiquent qu’une personne vaccinée l’année de son hospitalisation et au moins une fois lors des 3 précédents hivers avait une probabilité réduite de :

  • Présenter une forme sévère de grippe (-55 %) ;
  • D’être admise dans un service de réanimation (-65 %) ;
  • De décéder des conséquences de la grippe (-56 %).

La vaccination uniquement l’année de l’hospitalisation augmente la probabilité de décès, par rapport aux personnes vaccinées chaque année. Ces résultats montrent, selon leurs auteurs, l’importance capitale de la vaccination annuelle contre la grippe saisonnière chez les personnes âgées et probablement chez toutes les personnes fragiles.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Chasing Seasonal Influenza — The Need for a Universal Influenza Vaccine. Paules, C. and al. 2018. N Engl J Med 2018; 378:7-9. DOI: 10.1056/NEJMp1714916.
– Repeated influenza vaccination for preventing severe and fatal influenza infection in older adults: a multicentre case–control study. Casado, Itziar and al. 2018. CMAJ 190:E3-12. doi:10.1503/cmaj.170910.
– Bulletin épidémiologique grippe. Semaine 2, saison 2017-2018. Santé Publique France. 17 janvier 2018
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.