VIH/SIDA : Une première femme guérie grâce au sang de cordon ombilical

Actualités Cancer Hématologie Innovations

Rédigé par Estelle B. et publié le 18 février 2022

Entre le 16 et 22 février 2022, se tient à San Francisco la Conférence sur les Rétrovirus et les Infections Opportunistes (CROI), l’occasion pour tous les chercheurs et médecins travaillant sur le VIH-SIDA de faire le point sur l’avancée des recherches. Dans ce contexte, une équipe médicale a annoncé le troisième cas de guérison du VIH, le premier cas chez une femme, grâce à une greffe de cellules souches hématopoïétiques. Explications.

guérison du VIH grâce sang de cordon ombilical

Première guérison du VIH

La communauté scientifique internationale s’accorde à ce jour sur deux cas officiels de guérison du VIH/SIDA, suite à la greffe de cellules souches adultes, porteuses d’une mutation spécifique, la mutation CCR5 Δ32. Ces deux cas concernaient deux hommes, un Britannique et un Allemand. Il y a quelques jours, une équipe médicale a annoncé la première guérison d’une femme américaine, cette fois-ci grâce à la greffe de cellules souches hématopoïétiques.

À savoir ! Les cellules souches hématopoïétiques sont des cellules présentes dans la moelle osseuse. Elles sont à l’origine de toutes les lignées cellulaires sanguines : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes sanguines.

Ces trois guérisons reposent sur le recours aux cellules souches, n’exprimant pas la protéine CCR5, une protéine essentielle pour que le VIH pénètre dans les cellules immunitaires, ciblées par le virus. Cette technologie a été développée grâce à l’observation que les personnes présentant naturellement une mutation sur la protéine CCR5 étaient naturellement protégées contre l’infection par le VIH.

Une double greffe de cellules souches hématopoïétiques

Le premier cas de guérison du VIH/SIDA avait été obtenu par la greffe de cellules souches adultes. Mais l’annonce faite il y a quelques jours est une première mondiale à double titre. Le patient est une femme et les cellules souches utilisées étaient des cellules souches hématopoïétiques issues d’un sang de cordon ombilical et d’un don de moelle osseuse d’un donneur compatible. Ce type de greffe est généralement indiqué dans le traitement de certaines leucémies.

A noter ! Le sang de cordon ombilical est prélevé à la naissance, dans le cadre d’un don libre, bénévole et anonyme. Il est sans aucune conséquence sur le déroulement de la grossesse et de l’accouchement, ni sur la santé de la mère et de l’enfant. Les cellules souches hématopoïétiques qu’il contient constituent une alternative au don de moelle osseuse dans certains contextes de greffes.

Cette innovation thérapeutique résulte en réalité d’un contexte exceptionnel. En effet, la patiente était séropositive depuis 2013, mais aussi atteinte d’une leucémie myéloïde chronique depuis 2017. L’objectif premier des médecins était de soigner la leucémie grâce à la greffe de cellules souches hématopoïétiques. Mais les cellules souches issues du sang de cordon ombilical présentaient également la particularité de ne pas exprimer la protéine CCR5. A l’issue de la greffe, la patiente ne présentait plus de charge virale détectable.

Une leucémie en rémission et plus de charge virale détectable

Avant le cas de cette patiente américaine, les médecins avaient par deux fois tenté une greffe de cellules souches hématopoïétiques, sans succès. Cette fois, la patiente a bien répondu au traitement et plus de trois mois après la greffe, son état de santé est bon, sa leucémie en rémission et plus aucune charge virale n’est détectée.

L’utilisation des cellules souches, qu’elles soient adultes ou issues d’un sang de cordon ombilical, reste encore exceptionnelle dans le traitement du VIH/SIDA, qui reste axé sur les thérapies antirétrovirales. En effet, les trois patients guéris par cette technique présentaient tous en parallèle une maladie du sang (leucémie ou lymphome). De plus, la greffe de cellules souches nécessite au préalable une destruction totale des lignées cellulaires de la moelle osseuse du patient, une technique risquée qui reste réservée à certains contextes cliniques. Néanmoins, cette nouvelle guérison témoigne de l’intérêt des cellules souches issues du cordon ombilical, des cellules aux multiples potentialités thérapeutiques.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– HIV-1 REMISSION WITH CCR5?32?32 HAPLO-CORD TRANSPLANT IN A U.S. WOMAN:IMPAACT P1107 croiconference.org. Consulté le 17 février 2022.
– CROI 2022 : un troisième cas de rémission annoncé. transversalmag.fr. Consulté le 17 février 2022.
– IMPAACT Shares Study Results in CROI 2022 Oral Presentations. impaactnetwork.org. Consulté le 17 février 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.