SIDA : un candidat vaccin à ARN messager anti-VIH

Actualités Hématologie Innovations Nouveaux traitements Vaccins

Rédigé par Yasmine B. et publié le 4 novembre 2021

Après le développement d’un des vaccins contre la Covid19, le laboratoire Moderna lance la première phase d’essais cliniques pour la mise au point d’un vaccin à ARN messager contre le virus du VIH. Santé Sur Le Net fait le point sur cette actualité.

l’ARN messager contre le VIH

VIH : une infection virale qui doit être traitée

En France, 173 000 personnes sont infectées par le VIH, le Virus de l’Immunodéficience Humaine, qui détruit les cellules immunitaires en ciblant les lymphocytes T. En l’absence de traitement, le système immunitaire devient déficitaire et des maladies dites “opportunistes” apparaissent. La présence d’une ou de plusieurs de ces maladies caractérise le stade SIDA (Syndrome d’Immunodéficience Acquise).

À ce jour, les personnes séropositives bénéficient d’un traitement combiné constitué de trois médicaments antirétroviraux, qui traitent les infections à rétrovirus. Ces rétrovirus sont des virus dont le matériel génétique est un ARN simple brin. Ils possèdent une enzyme « transcriptase inverse », susceptible de créer un brin d’ADN, à partir de cet ARN viral. Ils possèdent également une autre enzyme « intégrase » qui intègre cet ADN viral dans le génome d’une cellule hôte.

Cette trithérapie contre le VIH a pour but d’empêcher la multiplication du virus, de rendre la charge virale indétectable, mais ne guérit pas la maladie.

Lire aussi Découverte inédite : Le mécanisme du SIDA enfin décrypté

La technologie de l’ARN messager contre le VIH

En 2020, le laboratoire américain Moderna a mis au point un des premiers vaccins à ARN messager (ARNm) contre la Covid-19. En août 2021, cette technologie a été utilisée pour le développement de vaccins potentiels anti-VIH à ARNm.

Comme tout vaccin, l’objectif est de provoquer une réponse immunitaire via la production d’anticorps neutralisants spécifiques. Plus spécifiquement, après vaccination par un vaccin à ARNm, les cellules de la personne vaccinée vont synthétiser elles-mêmes les protéines à l’origine de la réponse immunitaire. Ces vaccins à ARNm anti-VIH devraient favoriser une réponse immunitaire dirigée contre l’enveloppe et le noyau du virus VIH.

L’ARN messager vaccinal est dégradé très rapidement après sa traduction en protéine vaccinale, il disparait et ne s’intègre jamais dans le génome humain.

L’ARN messager n’est pas nouveau, et les thérapeutiques associées sont en plein essor. La pandémie à SARS-CoV-2 aura au moins permis d’accélérer le développement des technologies associées et son utilisation pratique clinique courante.

Lire aussiVaccin contre le VIH : un essai démarre en France !

La phase 3 des essais de vaccin anti-VIH : une étape délicate

La première phase de l’essai clinique est une étape test, ayant pour objectif de vérifier la tolérance et la réponse immunitaire de 56 participants séronégatifs, âgés de 18 à 56 ans. Les résultats sont attendus en 2023. Si ces résultats sont concluants, l’essai sera élargi à une centaine de personnes durant la phase II et sur des milliers de personnes à risque de contamination lors de la phase III.

Des travaux antérieurs ont déjà été réalisés pour évaluer un vaccin contre le VIH. Si les deux premières phases de ces études se sont avérées concluantes, la troisième phase s’est quasiment toujours soldée par un échec, à l’exception d’un essai mené en Thaïlande, néanmoins en faveur d’une protection à 34%, bien trop faible pour être efficace.

Un autre essai clinique évaluant un candidat vaccin anti-VIH a été stoppé en 2020. La réponse immunitaire efficace après 18 mois était absente et le nombre d’infections au VIH était similaire chez les participants vaccinés et chez ceux ayant bénéficié d’un placebo. La protection était donc insuffisante.

Les scientifiques précisent que le VIH, à la différence du SARS-CoV-2 s’intègre dans le génome humain, et qu’il est donc très difficile à cibler. La découverte d’un vaccin anti-VIH reste pour le moment incertaine, mais ces recherches sont encourageantes.

Les résultats des essais cliniques sur le vaccin à ARNm contre le VIH pourront en théorie être révélés d’ici 5 à 10 ans.

Lire aussiVers un dépistage du SIDA gratuit et sans ordonnance au laboratoire ?

Yasmine B., rédactrice scientifique

Sources
– Sidaction 2021 : 5 chiffres à connaître sur le sida en france. cnews.fr. Consulté le 26 octobre 2021.
– VIH/SIDA. santepubliquefrance.fr. Consulté le 26 octobre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *