Les IPP : une consommation qui dépasse les recommandations d’après ANSM !

Jan 28, 2019 par

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont largement prescrits dans la prévention et la prise en charge des problèmes gastro-intestinaux. Dans l’hexagone, entre 2010 et 2015, les utilisations d’IPP ont augmenté d’environ 27%, atteignant plus de 85 millions en 2015. Considérés comme sûrs et efficaces ils ne sont pas pour autant sans danger. Les résultats d’une étude réalisée par l’ANSM montrent que l’utilisation des IPP par la population française n’est pas en adéquation avec les recommandations.

Inhibiteurs de la pompe à protons - consommation - Recommandations ANSM

Les IPP et leurs utilisations

Les IPP sont des médicaments qui réduisent la sécrétion acide gastrique. Les IPP agissent en réduisant la quantité d’acide qui est produite par l’estomac. Actuellement, cinq molécules sont disponibles : oméprazole, pantoprazole, lansoprazole, rabéprazole, ésoméprazole.

Les IPP ont 4 indications principales chez l’adulte :

  • Traitement du reflux gastro-oesophagien (RGO) et de l’oesophagite par reflux.
  • Prévention et traitement des lésions gastroduodénales dues aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez les patients à risque.
  • Traitement de l’ulcère gastrique et duodénal et l’éradication d’Helicobacter pylori.
  • Traitement du syndrome de Zollinger-Ellison.

À savoir ! Le syndrome de Zollinger-Ellison est un syndrome rare, caractérisé par des ulcères gastriques ou duodénaux graves induits par une sécrétion anormalement intense de gastrine.

Les principaux résultats : attention aux effets indésirables des traitements à long terme

Les résultats de l’étude réalisée par l’ANSM montrent qu’en 2015, 15,8 millions de personnes, soit environ un quart de la population française ont utilisé au moins un médicament IPP obtenu sur prescription médicale. Près de la moitié (8 millions) d’entre elles étaient des utilisateurs incidents, c’est‐à‐dire qu’ils n’avaient pas consommé d’IPP auparavant. En 2015, l’âge moyen des utilisateurs initiant un traitement par IPP était de 49 ans, et 56% d’entre eux étaient des femmes.

Les molécules les plus utilisées à l’initiation du traitement étaient l’oméprazole (44%), l’ésoméprazole (30%), et le pantoprazole (14%). La durée conseillée du traitement initial par IPP était de 41 jours pour l’ensemble des nouveaux utilisateurs, et 65 jours pour les plus de 65 ans. Or, la durée de traitement s’est poursuivie au‐delà de 6 mois pour près de 310 000 utilisateurs incidents, soit 4%. Cette proportion atteignait 10% chez les plus de 65 ans.

Bien que la tolérance des IPP semble être démontrée à court terme, cette utilisation massive des IPP engendre des risques potentiels d’effets indésirables associés, en particulier chez les séniors et dans le cas de traitements à long terme.

Alexana.A, Journaliste Scientifique

– Près de 16 millions de personnes ont eu une prescription d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) en 2015 en France – Point d’Information. ANSM. Consulté le 10 janvier 2018.
Alexana A.
Journaliste scientifique spécialisée en biotechnologie.
Passionnée par le domaine de la santé et les nouvelles technologies du digital.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.