Traiter le reflux pour réduire le risque de cancer de l’œsophage

Sep 29, 2018 par

Le reflux gastro-œsophagien (reflux gastrique) touche selon les estimations de 15 à 40 % de la population française. Si la mise en place d’un traitement vise en premier lieu à soulager les symptômes des patients, la prise en charge de ce reflux pourrait également influencer favorablement le risque de cancer de l’œsophage. Un résultat suggéré par une récente étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique JAMA Oncology.

reflux gastrique

Reflux gastro-œsophagien : Le traitement

Le reflux gastro-œsophagien, plus communément appelé le reflux gastrique ou les brûlures d’estomac, est l’une des pathologies digestives les plus courantes. La fréquence et l’intensité des symptômes sont très variables d’un patient à l’autre.

La mise en place d’un traitement du reflux gastro-œsophagien répond à un double objectif :

  • Soulager les symptômes du patient, qui peuvent parfois altérer fortement la qualité de vie ;
  • Prévenir les complications.

Les traitements du reflux gastro-œsophagien dépendent de la forme clinique du reflux et peuvent inclure :

  • Des règles hygiéno-diététiques, par exemple limiter les repas copieux et gras ou réduire la consommation d’alcool et de tabac ;
  • Des médicaments agissant à trois niveaux :
    • La neutralisation du contenu acide de l’estomac ;
    • La protection de la muqueuse de l’œsophage ;
    • La diminution de la sécrétion acide de l’estomac ;
  • Des traitements chirurgicaux.

Reflux gastrique et cancer de l’œsophage

Jusqu’à maintenant, l’instauration d’un traitement contre cela prenait pas en compte le risque de cancer de l’œsophage.

Actuellement, les facteurs de risque connus du cancer de l’œsophage sont les suivants :

  • La consommation de tabac, d’alcool ou de chique de bétel ;
  • Le surpoids et l’obésité (lien vers fiche : https://www.sante-sur-le-net.com/maladies/metabolisme/obesite/);
  • La consommation de boissons très chaudes ;
  • Les antécédents de cancers des voies respiratoires supérieures (cancers de la bouche et ORL) ;
  • Le reflux gastro-œsophagien ;
  • Les lésions chimiques de l’œsophage ou l’exposition à des rayonnements ionisants ;
  • Des affections plus rares, comme la tylose (maladie génétique rare), l’achalasie (mauvais fonctionnement des nerfs au niveau de l’œsophage) ou le syndrome de Plummer-Vinson.

Cela augmenterait ainsi le risque de développer un cancer de l’œsophage. Mais qu’en est-il si ce reflux est traité de manière adapté ?

Traiter le reflux pour réduire le risque de cancer

Pour évaluer l’effet du traitement du reflux gastro-œsophagien sur le risque du cancer de l’œsophage, des chercheurs ont mené dans des pays nordiques une vaste étude sur 942 906 patients atteints d’un reflux gastro-œsophagien, dont 48 414 ont fait l’objet d’un traitement chirurgical du reflux. La grande majorité des patients non opérés prenaient des médicaments anti-reflux.

Au final, 0,4 % des patients opérés et 0,3 % des patients non opérés ont développé un cancer de l’œsophage durant l’étude. Les résultats de l’étude ont mis en évidence que le risque de cancer œsophagien baisse au fil du temps chez les patients traités pour leur reflux gastrique, et ce quel que soit le traitement (chirurgie ou médicaments). Le risque finit par rejoindre le risque observé dans la population générale.

Cette étude suggère que le traitement adapté de ce dernier est important, non seulement pour soulager les symptômes du patient et prévenir les complications, mais aussi pour réduire à terme le risque de développer un cancer de l’œsophage. Un argument de poids, notamment pour tous ceux qui cumulent plusieurs facteurs de risque de ce cancer !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Risk of oesophageal Adenocarcinoma After Antireflux Surgery in Patients With Gastroesophageal Reflux Disease in the Nordic Countries. Maret-Ouda, J. and al. 2018. JAMA Oncol. doi: 10.1001/jamaoncol.2018.3054.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.